Connect with us

Gaming

Tencent en rajoute une couche sur le contrôle des joueurs

Tencent en rajoute une couche dans sa volonté de contrôle des joueurs. Difficile de dire que l’entreprise n’inquiète pas concernant le respect de la vie privée…

Il y a

le

Tencent en rajoute une couche sur le contrôle des joueurs

La vérification de l’identité obligatoire

Tencent est un géant du jeu vidéo (entre autres). Mais en Chine, il faut tout de même se plier à la législation parfois très stricte en place dans le pays. Notamment parce que les autorités ont tendance à vouloir blâmer beaucoup de choses sur les jeux vidéo comme la myopie en augmentation dans le pays ou l’addiction aux jeux vidéo.

Désormais le contrôle se fera de façon automatisée. Chaque joueur devra s’identifier avec son nom réel et le temps qu’il aura le droit de jouer dépendra de son âge. Une limite qui ne sera pas fixée par le joueur ou ses parents mais directement par Tencent. Ainsi, les joueurs de moins de moins de 12 ans ont le droit à une heure entre 8 heures et 21h. Ceux entre 13 et 18 ans auront eux le droit à deux heures par jour.

Le système a déjà été mis en place pour Honor of Kings mais touchera 10 jeux différents d’ici à la fin de l’année 2018. Tous les jeux de Tencent seront concernés fin 2019.

> Lire aussi :  Le jeu The Walking Dead aura bien le droit à une fin

Tencent multiplie les expériences

Le moins que l’on puisse dire c’est que la mesure fait réagir parmi les joueurs. Même si les données seront protégées, il s’agit d’informations particulièrement sensibles concernant des minurs.

Si c’est ce choix qui a été retenu, c’est sans doute par défaut. Ainsi, Tencent avait déjà tenté de proposer un accord : des bons résultats scolaires contre du temps sur les jeux vidéo. Dans le même temps, le géant chinois a aussi testé un système de reconnaissance faciale. Celui-ci n’a sans doute pas eu les résultats escomptés. Reste que le système de l’identification comme il est pensé aujourd’hui, laisse la porte ouverte au trafic de pièces d’identités. Une réalité déjà vue par le passé. Mais face à la pression gouvernementale, il n’y a pas vraiment de solutions…

Source

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests