Suivez-nous

Auto-Moto

Tesla sous le coup d’un procès pour racisme dans une de ses usines

Deux anciens salariés de Tesla affirment avoir été victimes de plusieurs insultes raciales sans que l’entreprise n’agisse pour les protéger. Un procès devrait lieu en mai 2020.

Il y a

  

le

 
Logo Tesla
© Presse-citron.net

Deux plaignants afro-américains ayant travaillé au sein de l’usine de Tesla située en Californie poursuivent Tesla pour racisme. Owen Diaz et son fils Demetric Diaz affirment qu’ils ont été l’objet de plusieurs insultes et caricatures à insultes raciales.

Le superviseur de l’un d’entre eux l’aurait représenté dans un dessin montrant « une personne au visage noir avec un os dans les cheveux » et le mot « booo », avant de lui dire qu’il n’était pas capable de rire à une blague. Dans ce contexte, « Booo » serait un diminutif du terme « jigaboo », une insulte envers les personnes noires.

Selon les ex-employés, la firme n’a pas assez agi pour empêcher cette discrimination. De son côté, le fils Demetric Diaz assure avoir été licencié quand il a tenté d’expliquer la situation à la direction. Son père a quitté l’entreprise suite à ce combat perdu après avoir travaillé comme opérateur pendant onze mois.

Pas une première pour Tesla

Si Tesla a rejeté ces accusations, le juge fédéral William Orrick a indiqué en début de semaine qu’un procès se tiendrait bien le 11 mai 2020 afin de savoir quel a été le rôle de Tesla. Il a indiqué à ce sujet : « Le mot ’n’ [en référence à l’insulte raciste ’nigger/nigga’, NDLR] est peut-être l’insulte raciale la plus offensante et la plus provocante en anglais, un mot qui exprime la haine raciale et le sectarisme. Cette affaire sera jugée ».

Il se pourrait que le constructeur américain doive payer des dommages-intérêts dans le cas où il était informé de cette discrimination, mais qu’il avait laissé faire. Ceux-ci pourraient s’élever à des millions de dollars, selon l’avocat des Diaz. Ce dernier affirme aussi que les deux hommes sont en droit de poursuivre l’agence de recrutement qui les a affectés à l’usine de Tesla située en Californie.

Ce n’est pas la première fois que Tesla est accusé de racisme et d’homophobie par certains employés de la firme. En 2017 déjà, un ex-employé avait porté plainte pour des insultes homophobes proférées sur le lieu de travail, jugeant là aussi que la firme n’était pas intervenue.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top forfait mobile

Partenaire

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests