Suivez-nous

Auto-Moto

La Tesla, victime d’un nouveau piratage, « visuel » cette fois-ci

Keen Security Lab a voulu prouver une nouvelle fois que l’Autopilote Tesla pouvait être corrompu.

Il y a

  

le

 
Tesla Model 3
© Presse-citron

Les voitures Tesla sont des condensés de technologies, et de nombreux pirates essaient par tous les moyens de s’introduire dans le système. La semaine dernière, Tesla a même annoncé avoir offert deux véhicules à des hackers qui sont parvenus à pirater son navigateur internet. Cette semaine, c’est une équipe de chercheurs du Keen Security Lab qui annoncent avoir piraté « visuellement » un véhicule.

La société spécialisée dans la cyber-sécurité Keen Security Lab, elle-même financée par l’un des grands investisseurs de Tesla (Tencent), a publié un rapport sur un nouveau type de piratage. Elle y explique comment elle a réussi à compromettre le mode Autopilote en lui affichant de mauvaises informations visuelles.

Les essuie-glaces trompés par une image

Plutôt que d’attaquer le logiciel même de la voiture (Advanced Driver Assistance System), les chercheurs ont cherché à jouer un tour visuel aux essuie-glaces en affichant une image de pluie en face de la voiture – pour duper le système de vision de l’Autopilote.

Le constructeur automobile ne s’est pas montré impressionné par la démonstration, arguant que « ça n’est pas une situation à laquelle les pilotes devront faire face dans la vie réelle, et qu’il ne s’agit pas d’un problème de sécurité ». Tesla renvoie vers son manuel qui mentionne explicitement que le « système automatique des essuie-glaces est encore en BETA ».

Altérer le marquage au sol

Keen Security Lab ne s’est pas arrêté aux essuie-glaces, et elle a voulu prouver que la corruption visuelle pouvait être bien plus dangereuse que ça. Elle a réussi à corrompre l’Autopilote des véhicules en modifiant le marquage au sol sur certaines routes, de sorte à tromper le système de détection des voies de chez Tesla. De cette manière, la société est parvenu à diriger un véhicule sur une route à contre-sens en trompant le pilote automatique.

Encore une fois, Tesla se justifie en expliquant que « dans cette démonstration, les chercheurs ont modifié l’environnement physique (par exemple, en plaçant du ruban adhésif sur la route ou en modifiant les lignes d’une voie) autour du véhicule pour que la voiture se comporte différemment lorsque l’Autopilote est utilisé. Ce n’est pas une préoccupation du monde réel, étant donné qu’un pilote peut facilement passer outre le pilote automatique à tout moment en utilisant le volant ou les freins et qu’il doit être prêt à le faire à tout moment ».

Vous pouvez retrouver la vidéo associée à ces essais ici :

Source

Tesla Model 3 Performance, notre essai utilisateur complet en vidéo

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

3 Commentaires

3 Commentaires

  1. Dede

    2 avril 2019 at 18 h 41 min

    Toujours d astuce pour compenser la laideur incroyable de cette bagnole à piles ? Et de l intérieur aussi accueillant qu une cellule de Corée du nord

    • Myk

      2 avril 2019 at 21 h 09 min

      Merci pour ton avis autant intéressant qu’un rdv chez un proctologue

  2. Myk

    2 avril 2019 at 21 h 13 min

    Tous journalistes relais cette information mais personne ne remarque que la voiture testé tourne sous le firmware 2018.6.1…

    Soit la mise à jours de la 6ème semaine 2018; soit une mise à jour de 1 ans et 2 mois.. Wow quel test incroyable sachant qu’il y a une mise à jour par semaine 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les meilleurs forfaits

Les tests