Suivez-nous

Gaming

Test F1 2019 : le top de la F1 (et de la F2) sur Xbox One, PS4 et PC

Tout juste disponible en boutiques, le tout nouveau F1 2019 devait parvenir sans mal à assouvir la soif de vitesse des fans de la discipline.

Il y a

le

test-F1-2019
© Codemasters

En 2019, le nouveau cru « F1 » arrive un peu plus tôt. En effet, inutile d’attendre le mois d’août cette année, puisque F1 2019 est déjà disponible en boutiques, avec la ferme intention de s’imposer (comme chaque année) comme le meilleur jeu de F1 jamais créé. Pour cette année (comme pour les autres d’ailleurs), Codemasters a annoncé un titre plus complet que jamais, avec la saison en cours évidemment, des bolides d’antan, mais aussi des ajustements techniques et un mode Carrière revu.

Acheter F1 2019 au meilleur prix

A cela s’ajoute la présence de la saison 2018 de F2, l’anti-chambre de la F1. Il est donc tout à fait possible dans F1 2019 de courir avec des F1 modernes, des voitures plus anciennes, mais aussi à bord des F2. A ce niveau, le jeu propose toujours de participer à des Courses Simples, à des Contre-la-Montre, mais on peut aussi façonner son propre Championnat, ou opter pour l’un des nombreux Championnats disponibles. Cela sans oublier bien sûr le précieux mode Carrière.

Une Carrière « à la TOCA »

Dans ce dernier, le joueur va démarrer en F2, avec la possibilité de participer à quelques bribes de courses très scénarisées, façon TOCA Race Driver. On y découvre un tandem de pilotes (Lukas et Butler) qui seront, avec le joueur, propulsés en F1 à la fin de leur saison de F2. Selon les résultats du joueur en F2, les conditions d’entrée en F1 seront légèrement différentes.

F1 2019

Les F2 s’invitent dans ce nouveau F1 2019 !

Ainsi, lors du premier GP de F1 en mode Carrière, on retrouve dans le paddock les deux pilotes cités plus haut. Le côté « rivalité » est donc plutôt bienvenu ici, même si ces derniers prendront forcément la place de pilotes réels (en l’occurrence chez nous Bottas et Gasly), ce qui en désarçonnera peut-être certains.

A noter également dans ce F1 2019, une toute nouvelle fonction de transfert des pilotes, qui apparaît dans le mode Carrière et qui se déroule principalement à la fin de chaque saison. Ainsi, il sera tout à fait possible de voir Lewis Hamilton quitter Mercedes pour une autre écurie, ou voir Kimi Raikkonen revenir à nouveau chez Ferrari pour la saison suivante. Sympa.

F1 2019 côté look

Graphiquement, ce F1 2019 réalise une sérieuse progression par rapport à l’opus précédent. Des améliorations notables au niveau des éclairages notamment, mais aussi au niveau de certains détails, comme des monoplaces toujours plus authentiques, un rendu des pneus assez hallucinant de réalisme, des reflets de toute beauté, une météo évolutive plus convaincante… A mes yeux, la seule lacune reste la gestion des dégâts encore un peu trop timide, y compris en mode simulation. Ça, les interviews (inutiles) et les affichages en piste qui font un peu trop « arcade » également.

F1 2019

Non mais regardez-moi ce rendu sur les pneus !

Toujours est-il que le jeu propose une animation en 60 fps assez exemplaire, et surtout indispensable pour profiter pleinement d’une simulation de F1. Cuvée 2019 oblige, il faut un petit temps d’adaptation pour dompter pleinement les nouvelles monoplaces, mais les vétérans de F1 2018 retrouveront vite leurs marques. Mention spéciale au sound design, assez extraordinaire, avec des sonorités vraiment très différentes d’un moteur à l’autre. On apprécie également quelques nouveautés, comme le Showroom, qui permet de profiter pleinement du design des bolides, avec un peu d’Histoire pour chacun d’eux.

Comme dans l’opus précédent, on retrouve ici certaines voitures de légende, comme la Lotus 72D de 1972, la McLaren MP4/4 de 1988, la Williams FW18 de 1996 ou encore la Red Bull RB6 de 2010. Ceux qui ont opté pour l’édition Legends du jeu pourront également piloter les McLaren et Ferrari de Prost et Senna. A ce sujet, la section qui leur est dédiée est plus que décevante, avec un peu moins d’une dizaine de défis sans grande saveur à relever, et sans la moindre bribe de scénario… Dommage.

F1 2019

Pour le reste, outre une interface totalement redessinée, F1 2019 reprend les (excellentes) bases de l’opus précédent, avec son très haut niveau de personnalisation, à tous les niveaux. Bien sûr, le jeu s’adresse aux pilotes chevronnés, avec une IA paramétrables et des aides désactivables, mais aussi aux néophytes, qui pourront eux aussi profiter de leur expérience F1. A cela s’ajoute une « Super Licence » qui résume vos bonnes/mauvaises actions en multijoueur, avec un tout nouveau système de réputation. Sur la piste, on peut toujours dialoguer avec son ingénieur, modifier divers paramètres comme le mélange d’essence ou l’ERS…

Bref, c’était déjà très bon l’an dernier, c’est encore un peu meilleur cette année, avec (une fois de plus) un léger avantage à la version Xbox One X.

Mon avis concernant F1 2019

Avec ce nouveau F1 2019, Codemasters livre incontestablement LE meilleur jeu de F1 jamais conçu. Techniquement très solide, avec une animation impeccable et des effets de toute beauté (j’insiste sur le rendu des pneus !), F1 2019 monte d’un cran par rapport à l’opus précédent, déjà très réussi. Côté contenu, le mode Carrière a été intelligemment revisité, avec une introduction en F2 façon TOCA Race Driver, sans oublier la possibilité de rouler avec les F2 2018, et de nombreuses monoplaces de légende. Sur la piste, le gameplay est toujours aussi précis et exigeant, et c’est un pur bonheur que de bloquer légèrement le pneu avant droit à l’amorce de la Source à Spa-Francorchamps, avant de doser avec soin l’accélération en sortie de virage pour filer vers Eau Rouge. Bref, un excellent cru, indiscutablement.

En ce qui me concerne, je trouve un chouia dommage toutefois de ne pas oser pousser davantage le curseur des dégâts, d’avoir clairement bâclé les défis Prost/Senna et de conserver certains éléments un peu inutiles, comme les interviews. Pas de quoi empêcher F1 2019 d’être une incontestable réussite, et il est évident que de nombreux joueurs (moi y compris) y passeront de longues, très longues heures, à enchaîner les saisons de Carrière, les Championnats officiels, le Grand Prix et/ou les courses en ligne.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Advertisement RED

Les tests