(test utilisateur) Montres connectées Moto 360 vs. LG Watch R. Et la gagnante est…

Après un mois d’utilisation simultanée des montres connectées LG G Watch R et Motorola Moto 360, quelle est la meilleure ? Voici notre verdict.

thumb

Maintenant que nous les geeks sommes quelque peu blasés après une bonne quinzaine d’années à attendre et tester frénétiquement des centaines de smartphones, puis tablettes et autres gadgets, il fallait trouver quelque-chose qui nous excite de nouveau comme aux premiers jours glorieux des années 2000.

Nous sommes en 2014, et 15 ans après les premiers smartphones, les objets connectés arrivent à point pour satisfaire notre appétit de nouveauté et d’innovation portable, personnelle et connectée, et parmi eux bien sûr, les stars du moment : les montres. Quoi de plus tentant que d’avoir à son poignet un bel objet – ce que les amateurs et collectionneurs savent depuis longtemps – mais qui soit de surcroit bourré d’intelligence, connecté aux internets et accessoirement vous fournisse nombre d’informations sur votre santé et votre activité quotidienne ?

Les smartwatchs arrivent donc en force depuis quelques mois, et l’offre va rapidement devenir pléthorique. Les plus en vue du moment sont celles dont je vais vous parler aujourd’hui : la Moto 360 de Motorola et la G Watch R de LG. Leur point commun : elles sont toutes les deux rondes, contrairement à la Sony, à la première LG Watch, à l’Asus ZenWatch ou à cet incroyable et excellent OVNI qu’est la Simvalley. Ce qui prouve que les constructeur n’ont pas mis très longtemps à passer à le seconde étape de leur stratégie : après avoir intégré l’intelligence, place au design. Et en matière de design de montre, le standard est la forme circulaire (même s’il existe aussi nombre de montres de luxe rectangulaires).

Car les mêmes constructeurs ont vite compris que le niveau d’exigence des amateurs de montres était probablement un cran plus élevé que celui des geeks-à-smartphones. En effet, l’objectif ici n’est pas seulement de capter la cible des technophiles, mais également d’attirer les esthètes de la tocante, qui passent une partie de leur temps et de leurs économies à chercher une belle pièce. Des geeks avant l’heure, en quelque sorte (sans mauvais jeu de mot, bien sûr).

Personnellement, si vous m’autorisez à parler un peu de mon expérience, je n’en suis pas à ma première smartwatch. Et les constructeurs non plus. Mon premier test remonte à juillet 2009, autant dire la préhistoire en temps internet, avec cette étonnante LG (déjà !) LG Watch Phone LG GD910. Il y a cinq ans, l’engin embarquait déjà toute le technologie d’un smartphone, et on peut donc considérer que cette montre connectée était plus évoluée que celles dont je vais parler aujourd’hui. Mais son prix était dissuasif (autour de 1000 euros) et le marché n’était pas prêt. Résultat, à part quelques tests dans les sites spécialisés, on n’en n’a jamais vu la couleur, et elle est allée rapidement rejoindre le cimetière de la high-tech à côté de plusieurs autres #fails.

Non, la première « vraie » smartwatch que j’ai utilisée au quotidien fut l’excellente MotoActv (de Motorola, déjà aussi, décidément). Une montre plutôt orientée sur l’activité sportive mais qui offrait déjà de nombreux service annexes (GPS intégré, WiFi, lecteur mp3 interne…). Malheureusement elle a aussi connu un destin funeste puisque à peine lancée en grandes pompes (un stand de 200 m2 rien que pour elle au CES 2012 à Las Vegas) elle fut stupidement abandonnée par Motorola, une marque assez coutumière de ce type de foutage de gueule et de mépris des clients, sans aucune explication.

J’ai donc à ma disposition la Moto 360 et la LG G Watch R depuis environ trois semaines, et j’alterne leur utilisation au quotidien afin de pouvoir établir un comparatif à peu près équitable.

Android Wear : mention bien, mais peut mieux faire

Ma première impression concerne d’abord le système d’exploitation qui équipe les deux montres : Android Wear, un dérivé simplifié et dépendant d’Android. Tout d’abord, il faut savoir qu’Android Wear n’est compatible qu’à partir de la version 4.3 d’Android. Par conséquent si vous possédez un joli smartphone acheté récemment mais sous Android 4.2 et que le gentil constructeur ne propose pas de mise à jour, passez votre chemin, il ne sera pas compatible avec votre montre et elle ne pourra donc pas fonctionner. Sympa, hein ? Pour savoir si votre smartphone est compatible Android Wear, rendez-vous ici avec celui-ci : http://www.android.com/wear/check/

Android Wear

Mon impression, donc : Android Wear est sympa graphiquement, facile à activer et paramétrer, mais son utilisation n’est pas très intuitive. Et ce d’autant moins que selon les modèles que j’ai testés, à savoir LG Watch (la première, rectangulaire), et les deux de ce jour, les comportements sur certaines commandes sont différents : la LG Watch 1 n’a aucun bouton, la Watch R possède un bouton très réactif, alors que la Moto 360 propose également un bouton, mais au toucher spongieux et dont je n’ai pas encore vraiment compris à quoi il sert tant son usage est déroutant.

D’autre part, la logique des écrans superposés de notifications m’échappe aussi un peu, notamment dans leur défilement et affichage (quand ça marche, car sur la Moto ça lag ou ça fige de temps en temps) : parfois il faut un défilement vertical, d’autres fois un défilement horizontal à gauche, et dans d’autres cas il faut un défilement vers la droite. Même si on imagine bien qu’il y a une logique derrière cela, je n’ai pas encore saisi laquelle, et cela laisse une impression de comportement aléatoire dans lequel on se perd facilement. Une impression qui est renforcée par les bugs fréquents de la Moto 360, qui se bloque régulièrement sur un écran sans aucune possibilité d’en sortir sauf à appuyer sur le bouton « remontoir », dont le toucher n’inspire par confiance et ne donne aucune indication sur la bonne exécution de l’action. Autre comportement quelque peu déroutant : un glisser vers la droite pour revenir à l’écran précédent (par exemple quand on est sur Activité) ne renvoie pas à l’écran précédent mais à l’affichage de l’heure.

Cela étant avec un peu d’habitude, on finit par gérer l’ensemble et les mouvements de façon assez instinctive (vers la droite pour supprimer une notification ou fermer un application en cours), même si on n’est pas toujours certain d’avoir fait le bon geste. Notez par exemple que quand vous faites glisser un email ou une notification d’email, celui-ci ne sera pas supprimé, mais ne sera pas non plus marqué comme lu dans Gmail sur votre smartphone ou PC. C’est dommage, cela permettrait de dégager rapidement au fil de l’eau les trucs sans intérêt pour ne garder que les mails importants et/ou ceux qui nécessitent une réponse. Mais c’est dans la logique des notifications, qui sont les mêmes que celles qui se superposent sur l’écran de votre smartphone, et qui sont juste là pour vous prévenir.

IMG_0601 IMG_0602 IMG_0616 IMG_0623

Une fois cette première prise en main effectuée, on rentre dans le cœur du système, et le cœur du système est constitué de deux éléments fondamentaux : Google Now et la commande vocale. Une fois que l’on a compris cela et que l’on a pris les bons réflexes, notamment concernant la commande vocale, Android Wear devient extrêmement pratique, et peut s’avérer même totalement addictif. En gros, avec la commande vocale, vous pouvez pratiquement tout faire, en tout cas gérer facilement nombre d’actions en portant seulement la montre vers votre bouche. Voici ce qu’il est possible de faire :

  • recherche sur Google
  • créer une note (qui arrivera dans votre boite mail)
  • envoyer un SMS
  • envoyer un email
  • lancer une navigation (via le GPS du smartphone)
  • créer un rappel
  • répondre à un email
  • répondre à un SMS
  • prendre un appel téléphonique (mais pas répondre ni parler car la montre ne possède pas de HP, il faudra sortir votre téléphone)
  • répondre à un message privé sur Facebook
  • répondre à un fil de discussion sur Facebook (et autres si vous avez activé les notifications correspondantes)
  • lancer une application (par exemple Spotify, avec avance/retour/volume)
  • lancer une écoute de musique sur Google Music
  • consulter la météo
  • etc

Bien sûr cela nécessite de parler à sa montre, ce qui n’est pas toujours aisé et rebutera probablement nombre d’utilisateurs, mais dans certains contextes c’est juste parfait. Il faut dire que la reconnaissance vocale Google a fait des progrès impressionnants : vous pouvez parler naturellement sans faire d’effort particulier d’articulation, et ce que vous dites sera retranscrit en texte avec une marge d’erreur quasi insignifiante.

Android Wear permet également d’installer des applications dédiées, que vous trouverez sur le Play Store dans la section spécialisée. Je n’ai pas encore installé grand chose mais j’ai testé quelques apps, comme par exemple bien sûr un navigateur web qui permet d’afficher tant bien que mal les sites sur le petit écran de la montre, ce qui n’est pas toujours très pratique sur un cadran circulaire.

IMG_0645 IMG_0699 IMG_0700 IMG_0701

Du côté des fonctions « Activité », soit tout ce qui est en rapport avec le domaine du monitoring de votre forme physique, les deux montres sont équipées d’un podomètre (compteur de pas) et d’un capteur de fréquence cardiaque. La précision du podomètre semble correcte, puisque la mesure moyenne du pas est de 80 cm. Pour le capteur cardiaque, cela semble véridique également, avec un bémol toutefois : d’une part il est placé sous la montre, or l’on sait que pour capter précisément le pouls il faut palper à l’opposé, au niveau du poignet, à la jointure entre l’avant-bras et la main. Ce qui donne parfois des chiffres très variables dans une même mesure à quelques secondes d’intervalle, sans pour autant que les écarts soient délirants. Pour connaitre sa fréquence cardiaque, mieux vaut parler de « tendance », prendre plusieurs mesures de suite et faire une moyenne. Notez que le capteur de la LG marche parfaitement bien, alors que celui de la Moto est tellement capricieux et instable que j’ai renoncé à l’utiliser (généralement il plante et tourne en boucle infinie au bout de quelques secondes).

A noter : les données d’activité ne sont apparemment pas stockées ailleurs que dans la montre, donc pas de cloud. Si vous changez de montre vous ne les récupérerez pas (ou alors je n’ai pas trouvé le paramètre ni d’application correspondante sur le smartphone).

Sinon, concernant la synchronisation entre une montre Android Wear et un smartphone Android, j’ai noté un détail quelque peu agaçant : si vous avez connecté votre montre à un terminal Android (smartphone ou tablette), et que vous changez de terminal entretemps, la montre ne sera pas reconnue par ce dernier, il faudra la réinitialiser en faisant un reset complet pour qu’elle se connecte et se synchronise de nouveau…

Sinon, un truc important : toutes ces montres donnent l’heure. Dingue, non ?

Ce préambule effectué, place au sujet du jour : les montres.

LG G Watch R

C’est la dernière née dans la catégorie montres connectées sous Android Wear avec cadran circulaire. Les avis sur son design sont partagés, mais personnellement j’aime beaucoup son côté sport/urbain. D’aucuns diront que c’est une montre pour homme, de par sa taille et son coloris noir. C’est possible, mais comme je suis un homme, finalement ça tombe assez bien.

Dans le package, servi dans une boîte en carton rigide noire mate, on a droit à la montre, un câble USB/Micro-USB, un dock pour le chargement, un chargeur-adaptateur, et le petit livret de démarrage assorti d’un leaflet de consignes de sécurité. C’est une des caractéristiques communes à toutes les montres connectées : impossible de les recharger directement avec un câble micro-USB, il faut impérativement passer par le socle de chargement. Ce qui représente évidemment deux inconvénients : cela alourdit votre sac ou votre poche, et surtout gare à l’oubli, sinon vous ne pourrez plus utiliser votre montre une fois celle-ci à court de batterie. Et bien sûr chaque socle est spécifique et ne fonctionne qu’avec sa montre. A une époque où l’on arrive enfin à un standard unique normalisé en matière de chargeurs, cette contrainte – probablement due au manque de place dans le boitier de la montre pour y insérer en plus un port USB – nous fait revenir plusieurs années en arrière. Espérons que cela soit résolu rapidement.

IMG_0607 IMG_0612 IMG_0613 IMG_0614 IMG_0615 IMG_0617 IMG_0638 IMG_0641

Le bracelet est en cuir noir doublé, et le cerclage de l’écran est marqué avec des symboles qui servent autant le design que l’ergonomie. Le bouton latéral sert à allumer et éteindre la montre (enfin pour l’éteindre, plus précisément, il sert à accéder au menu Android dans lequel il faut aller chercher la commande « Éteindre » comme sur un smartphone. Le bouton sert aussi à revenir d’un clic à l’écran d’accueil, en l’occurrence le cadran horaire de la montre.

La montre est livrée avec une bonne vingtaine (désolé je n’ai pas compté précisément et j’en ai ajouté d’autres depuis) de cadrans différents, que l’on peut aller chercher et modifier avec un tap long sur l’écran d’accueil. Il est possible d’en installer d’autres, soit directement via le Play Store en cherchant avec des mots-clés comme « face » ou « watch face », ou en se rendant sur des sites comme Badapps, qui propose de superbes skins ou « faces » gratuites, inédites, ou reprenant le design d’horlogers célèbres (ce qui pourrait cependant au passage poser quelques problèmes de propriété intellectuelle pour contrefaçon). Notez que Badapps est dédié à la Moto 360 mais les faces fonctionnent avec la LG. Pour en profiter, il faut préalablement avoir installé l’application Facer (0,80 euro).

badapps
Une capture d’écran du site Badapps spécialisé dans les « faces » de montres connectées

Globalement, mon expérience avec la LG G Watch R est très satisfaisante. La montre fonctionne bien, grâce à son processeur Qualcomm Snapdragon 400, 1.2GHz elle est réactive, la navigation dans les menus se fait de façon fluide et véloce, et l’écran Plastic OLED de 1,3 pouce est superbe, avec un très bon contraste et des noirs très profonds, ce qui contribue au côté premium de l’objet. Elle est légère (63 g) et on ne la sent pas au poignet, sauf à porter une chemise avec des manches très ajustées, auquel cas il ne faudra pas boutonner le poignet. Elle est étanche à la norme IP67, ce qui signifie qu’elle continuera à fonctionner sans problème après une immersion de trente minutes dans une profondeur d’eau d’1 mètre à température ambiante. Cela signifie surtout que vous pouvez vous laver les mains, vous doucher et marcher sous la pluie avec sans problème. Mais son point fort est certainement son autonomie : dans tous mes tests, la batterie a toujours dépassé les 48 heures non stop. En fait, à la fin d’une journée « normale », montre connectée en permanence au smartphone, il reste couramment plus de 60 à 70% de batterie. On peut donc passer en moyenne deux jours entre deux recharges.

Un coup de chapeau aux ingénieurs de LG qui ont vraiment bien bossé sur la conception de cette montre et l’optimisation de la batterie de 410 mAh. D’une façon générale cette LG R est une vraie réussite dans la fiabilité de son fonctionnement, de ses capteurs (gyromètre, accéléromètre, boussole, capteur cardiaque, baromètre). Belle et agréable à utiliser, d’apparence robuste avec son cadran protégé par le cerclage proéminent, c’est la montre tout-terrain sans histoires.

Caractéristiques de la LG G Watch R

  • OS : Android Wear
  • Écran : 1.3” circulaire P-OLED
  • Dimensions : 46.4 x 53.6 x 9.7 mm
  • Poids : 62 g
  • Batterie : 410 mAh
  • Processeur : Qualcomm Snapdragon 400, 1.2GHz
  • Bluetooth : 4.0
  • Mémoire interne : 4G0 eMMC* (3 Go utiles), 512Mo RAM
  • Capteurs : gyro, accéléromètre, boussole, cardio, baromètre
  • Résistance à l’eau et à la poussière : IP67
  • Bracelet : interchangeable

Voir la page officielle de la LG G Watch R

Motorola Moto 360

Avec la Moto 360, on reste dans le même monde et en même temps on entre dans un autre. Le même monde c’est la plateforme commune Android Wear et le cadran rond. L’autre monde c’est le design et – apparemment – une communauté autour de l’objet plus active et plus « geek ». Il faut dire qu’avec son design dépouillé à l’extrême, un simple cadran rond cerclé d’inox et un bracelet cuir (le mien est beige), on entre dans une autre dimension, celle de la montre de luxe, ou affichée comme telle. Il est d’ailleurs intéressant de noter que si l’encombrement extérieur de l’engin est inférieur à celui de la LG R, son écran est un peu plus grand, 1,56 pouce contre 1,3 pour la LG. De fait le bord de cadran est bien plus fin et l’écran dépasse légèrement de son cadre (0,5 mm environ). Il est donc moins protégé mais on gagne en aisance d’utilisation car lors des tap ou glissements sur l’écran, le doigt n’arrive pas en butée sur le rebord.

IMG_0620 IMG_0624 IMG_0626 IMG_0630 IMG_0631 IMG_0634 IMG_0636 IMG_0669 IMG_0670 IMG_0671 IMG_0673

Ce plus grand écran affleurant confère une impression d’espace supplémentaire et se révèle du coup un peu plus confortable à l’usage. Autre avantage : les faces développées pour cette montre prennent toute leur dimension et sont davantage mises en valeur que sur la LG. Un beau skin Breitling, Audemars Piguet ou même Porsche sur ce cadran claque vraiment, alors qu’il se sentira un peu à l’étroit sur la LG, qui s’accommodera mieux de skins au design plus « digital ».

La Moto 360 est également équipée d’un capteur cardio et d’un podomètre, mais pas de boussole ni de gyromètre. Elle est étanche IP67 comme la LG et est dotée d’un bouton de marche-arrêt retour horloge. Le pack inclut la montre, un chargeur-socle vertical par induction, un câble USB et un adaptateur-chargeur, ainsi qu’un petit livret de prise en main. On notera l’effort d’originalité sur le design de la boîte, cylindrique.

Ça c’était pour les points positifs et factuels. Venons-en maintenant aux points qui fâchent, et ils sont nombreux. Je vais vous dire mon impression globale directement : elle est très négative. Alors que la LG semble avoir été conçue avec le plus grand soin et parfaitement optimisée (réactivité, absence totale de bugs, finition…) la Moto semble être un objet réalisé à la va-vite, peu optimisé et codée avec les pieds. Bon ok je suis peut-être un peu extrême dans mon jugement mais j’ai de bonnes raisons pour cela, ayant à de nombreuses occasions été échaudé par Motorola dans le passé.

Si la Moto est un bel objet à la finition satisfaisante, on ne peut pas en dire autant du reste. Je ne sais pas si je suis tombé sur un mauvais numéro, mais la mienne est sujette à de nombreux bugs : écrans figés ou lents, capteur cardiaque fonctionnant mal, une fois sur cinq (j’ai vérifié, j’ai bien un cœur et il bat à peu près normalement), bouton inopérant sauf après l’avoir enfoncé comme une brute pendant plusieurs secondes, et surtout, une autonomie catastrophique, puisque dans le meilleur des cas la montre tient une petite dizaine d’heures en conditions normales, connexion permanente. Autrement dit si vous l’activez à 7h30, vous n’aurez plus de montre vers 17h. La batterie de 320mAh n’y est sûrement pas étrangère (25% moins puissante que celle de la LG), ainsi que l’écran légèrement plus grand mais cela n’explique pas tout : Motorola a mal géré le mix entre software et hardware sur ce produit, alors que LG a fait un travail remarquable. La différence est sans appel : d’un côté une montre véloce qui tient 48h, de l’autre une montre qui rame et qui tient 12h à tout casser.

Ajoutez à cela ce drôle de biseau en bas de l’écran, qui occulte une partie de celui-ci pour faire place au capteur de luminosité (?) et vous avez un produit certes sympathique et séduisant, mais qui à l’usage risque de décevoir nombre d’utilisateurs. Attendons et espérons une hypothétique mise à jour qui améliore l’ensemble.

Caractéristiques de la Motorola Moto 360

  • OS : Android Wear
  • Écran : 1.56″ 320 x 290, 205ppi Backlit LCD Corning® Gorilla® Glass 3
  • Dimensions : 46 x 11.5 mm
  • Poids : 43 g
  • Batterie : 320 mAh
  • Processeur : TI OMAP™ 3
  • Bluetooth : 4.0
  • Mémoire interne : 4G0 eMMC* (3 Go utiles), 512Mo RAM
  • Capteurs : podomètre, cardio
  • Résistance à l’eau et à la poussière : IP67
  • Bracelet : interchangeable

Voir la page officielle de la Moto 360

Vous l’aurez compris : pour moi la LG remporte ce comparatif haut la main alors que j’avais un faible au départ pour le look de la Moto.

Les deux montres sont disponibles au prix généralement constaté de 249 euros.

Que peut-on faire vraiment avec une montre connectée ?

La réponse n’est pas universelle. Tout d’abord elle dépendra de la montre choisie. Déjà, toutes les montres Android Wear, même si elles sont très proches, ne possèdent pas les mêmes caractéristiques. On voit déjà qu’entre la LG et la Moto, pourtant sorties en même temps, directement concurrentes, il y a des différences. C’est encore plus vrai avec la Sony SmartWatch 3, qui est dotée d’une puce GPS intégrée lui permettant de s’affranchir d’un smartphone pour le guidage, mais qui en revanche n’est pas dotée d’un capteur cardio. La donne sera encore différente si vous optez pour une montre totalement indépendante d’un smartphone, comme la Simvalley ou la dernière Samsung Gear S sous OS Tizen.

Ensuite, la réponse dépendra de vos propres usages : souhaitez-vous avoir toutes vos notifications, ou simplement utiliser votre montre pour monitorer votre activité, ou les deux ?

Sachez au final que ces deux montres sont totalement dépendantes d’un smartphone, et qu’il faudra que celui-ci soit dans le champ de réception du BlueTooth qui relie les deux appareils, à savoir tout au plus quelques mètres. Ensuite, ces montres sont surtout des machines à notifications n’autorisant qu’un usage relativement passif : recevoir plutôt que produire et envoyer. En fait elles sont surtout des relais de proximité du smartphone, qui évitent de sortir votre mobile à tout bout de champ, et par exemple de consulter de façon discrète une notification sans avoir à vous contorsionner sur votre chaise pendant une réunion pour sortir votre smartphone de votre poche de slim ou de votre sac à main.

Mais comme nous sommes d’incorrigibles gadgetophiles et que nous avons une propension quasi-pathologique à nous inventer des besoins dont nous ne soupçonnions même pas l’existence quelques mois auparavant, on va dire qu’une de ces montres connectées deviendra rapidement indispensable. La preuve : je ne peux déjà plus me passer de la mienne, alors qu’elle nécessite que je me trimballe en permanence un smartphone Android en plus de mon iPhone, juste pour qu’elle fonctionne.

Pathologique, vous avez dit ?

Allez, une petite galerie pour finir, histoire de savoir quoi demander au Père Noël (cliquez sur une photo pour zoomer et ouvrir la galerie)…

 


Nos dernières vidéos

21 commentaires

  1. Merci pour ce test Éric, la LG sera sous le sapin cette année !

    Et bravo pour le ton du dernier paragraphe, excellent 🙂

  2. Dossier bien énorme !!! …Mais foiré.

    On sent tout de suite que la moto 360 n’a pas été utilisée longtemps car justement son autonomie augmente fortement avec le temps (le truc qu’on a du mal a expliquer). Avec le mode veille ON elle me tient entre 20 et 30 heures….

    Bref, c’est bien dommage, on sent qu’il y a un loup…

    Voici mes tests :
    http://blog.demooz.com/tests/lg-g-watch-r
    Et
    http://blog.demooz.com/objets-.....e-moto-360

    • Eric

      @Niko C. : « On sent tout de suite que la moto 360 n’a pas été utilisée longtemps ». Ben si justement, désolé, elle a été utilisée exactement depuis la même date (début novembre) et en alternance 1 jour sur 2 avec la LG. De quel loup parlez-vous ? J’ai un modèle défectueux ? Peut-être.
      Et pour la longueur, désolé d’avoir essayé d’être le plus exhaustif possible…

  3. C’est un peu long ! Mais j’avoue que je suis moins bête côté smartwatch à présent
    C’est la première fois que je visualise des captures d’écran de la montre en fonction
    Venant à mon avis : Alors, je trouve que ce gadget est plus optionnelle que jamais

  4. @Eric

    Je parle de loup dans le sens où les conclusions sont biaisées : visiblement tu as eu un modèle défectueux (ou non mis à jour…) : j’ai pu tester les 2 modèles pendant une (longue) durée et je ne suis pas d’accord avec tes conclusions sur la moto 360 (que je porte au poignet actuellement… personnellement c’est celle que j’ai gardée face à la LG G Watch R…). Pas de bug, léger lags mais jamais de saccades ou blocages, bouton réactif. Seul le « ok google » n’est pas bien reconnu (il faut prononcer à l’américaine)…

    COncernant la longueur de l’article, je ne peux que te saluer, au contraire, il est très complet ! 🙂

  5. metci Eric pour cet article non seulement parfaitement écrit, mais étayé et exhaustif !
    Moi qui hésitais… Le design de la Moto l’emballage, mais je ne suis pas prêt à faire la concession du lion au détriment de l’usage.
    J’attendrais donc la V2.
    Par contre, je pensais qu’on pouvait utiliser ces montres hors smartphone au moins pour avoir l’heure…
    Je vais donc attendre encore un peu !

  6. Effectivement la moto a bénéficié d’une mise à jour fin novembre il me semble qui prolonge considérablement son autonomie. Je la « débranche » le matin à 7h. A 20 h, je suis entre 55 et 60% (mesurés sur plusieurs jours) et pourtant je m’en sers !
    J’en ai une depuis 15 jours (en noire, j’attends le bracelet métallique associé!) dont je ne me lasse pas .
    Je ne regrette pas de l’avoir attendu si longtemps.
    Android Wear demande peut être à murir effectivement.
    En attendant, c’est une très bonne extension de son téléphone portable.
    Nonobstant, merci beaucoup pour Badapps, je ne connaissais pas et je me régale. 🙂

  7. Pingback: Montres connectées : Moto 360 vs. LG Wat...

  8. Bonjour Eric 🙂

    Je me sens moi aussi un peu obligé de venir défendre cette petite Moto360 😉

    On peut dire que je l’utilise à fond de ses possibilités et je dois dire que j’en suis complètement dingue !

    L’autonomie est franchement correcte sauf si l’on active le mode « écran de veille » et que l’on y colle une face demandant une tonne de ressources (je sais de quoi je parle :))

    Je pense donc qu’effectivement ton modèle devait avoir un l »ger souci (preuve en est que je connais au moins 5 personnes qui ont vendu leur LG pour une Moto, bon ce n’est que 5 personnes mais le nombre de possesseurs est encore assez limité dans notre chère contrée).

    Ceci mis à part excellente présentation de ces formidables outils (tu devrais expliquer à tes lecteurs que l’on peut entre autre voir ses cam IP en live) 🙂

    Sinon pour le moment pas de mail dans ma boîte 🙂

    Amicalement
    François

  9. Ouais ben j’ai la moto 360 et j’en suis super content, pas de bugs, bonne autonomie de 7h30 à minuit sans problème et pourtant bcp de notifs, as tu fait la dernière mise à jour ?? C’est à se demander comment le test à été fait, c’est ma 4ème montre connectée, Samsung gear 1 et 2 et Sony smartwatch 2 et la moto 360 est ma préférée, j’aurai aimé un micro et un hp comme à Samsung pour répondre aux appels quand mon tel 1+1 n’est pas près de moi.

  10. Eric

    Alors pour vous répondre sur l’autonomie, je suis passé en mode économie, donc écran toujours éteint, et effectivement cela a bien amélioré l’autonomie.
    Cependant, deux remarques :
    – sur la LG, pas besoin de passer en mode éco, elle tient deux jours avec l’écran allumé en permanence, donc elle reste largement meilleure de ce point de vue.
    – avoir une montre avec écran éteint je trouve ça idiot et très peu pratique, car le mouvement du bras n’allume pas l’écran instantanément, il y a un petit lag d’1 seconde et c’est super chiant au quotidien (et en plus ça ne fonctionne pas à tous les coups, loin de là)
    Enfin sur les bugs je ne change pas d’avis : j’ai encore eu des soucis aujourd’hui pour modifier une face dans Facer, le process tourne en boucle infinie et la montre s’éteint mais le cadran ne change pas.
    Je précise que j’ai fait la dernière mise à jour en novembre.

  11. Eric

    Bien sûr si l’autonomie se confirme comme étant nettement améliorée sur plusieurs jours, je corrigerai et mettrai à jour l’article

  12. bonjour
    avez vous utilisé la lg et la moto pour courir ? le monitoring cardiaque en continu est il possible et surtout est il efficace par rapport a un cardio ceinture ?
    merci

    • Eric

      @eric : le monitoring cardiaque n’est pas en continu, il faut le lancer par séquences, mais c’est possible. Je pense que c’est cependant moins précis qu’un cardio-ceinture et plus contraignant.

  13. Pingback: Le récap : ce qu’il fallait retenir cette semaine

  14. Pingback: (test) Hawei Honor 6 Android, sobre et efficace

  15. Je suis possesseur d’une moto360 depuis un mois, et je dois avouer que la récente mise à jour vers android wear 5 a considérablement amélioré la consommation énergétique de la montre… je tiens sans pb une journée complète, et je la charge toutes les nuit de toute façon, donc c’est parfait dans mon cas.

    Côté design, c’est vraiment idiot ce cadran circulaire autour de l’écran de la LG… en fait il faudrait l’écran parfaitement circulaire et les perfs de la LG greffées sur le design général de la moto 🙂

  16. Moi on m’a offert une moto 360. Je suis fan d’objets connectés, c’est vrai, mais je n’étais pas sûre d’apprécier totalement ce cadeau, qui m’oblige à utiliser un smartphone sous android. D’abord, elle est un peu grosse, et le bracelet surtout ne paraît pas conçu pour les femmes. De plus, pour l’une des fonctions que j’aurais le mieux apprécié, le calcul du rythme cardiaque (je suis sportive et je marche énormément), souvent l’appareil me demande de resserrer le bracelet pour pouvoir effectuer ce calcul, c’est un peu agaçant tout de même. Sinon, c’est pas mal, pas seulement pour le calcul journalier du nombre de pas et autres fonctions fitness.
    En fait la montre connectée affiche en toute discrétion les appels reçus sur le smartphone, les messages sms, emails, et les hangouts. Et j’ai découvert en plus une appli connectée à mon agenda google (lequel se synchronise avec tous mes autres agendas y compris celui du blackberry), qui permet d’afficher un fond d’écran associé à un rendez-vous, une heure avant son échéance : c’est pas mal, le cadran de la montre s’emplit avec précision au fur et à mesure que le rendez-vous approche. Et quand deux événements interfèrent, il y a également continuité et interférence des fonds d’écran associés. C’est très facile à mettre en place, et on a tout de suite la liste des rendez-vous dans l’ordre chronologique, qu’on peut paramétrer ou pas, associer ou non à un fond d’écran, à une image de la galerie, ou encore à une photo personnelle. C’est l’usage le plus original que je trouve pour ma smartwatch, pas vraiment un gadget, puisque je peux maintenant supprimer les alarmes sonores (parfois gênantes) et suivre mes prochains rendez-vous d’un coup d’oeil sur ma watch.

  17. Pingback: Pour LG : le futur de la montre connectée se passera peut-être de Google

  18. Pingback: Pour LG : le futur de la montre connectée se passera peut-être de Google

  19. Et en plus ils viennent de faire une mise à jour #JeSuisCharlie sur le PlayStore, le fond d’écran par défaut s’affichera sur ma moto360 tout le mois de janvier, les autres fonctionnalités restent opérationnelles. Totalement gratuit (aucune publicité non plus) bien entendu !
    http://smartface.watch/support-for-charlie-hebdo/

Send this to a friend

Lire les articles précédents :
HDDWatch, la montre que seuls les geeks sauront apprécier

Les gens normaux la trouveront peut-être hideuse. Mais pour un geek, c’est probablement la montre idéale.

Fermer