Un hôtel attaque Google en justice pour une suggestion de recherche inappropriée

Ce n’est pas la première fois, et ce ne sera certainement pas la dernière : les suggestions de recherche de Google associent parfois entre eux de façon malheureuse des termes qui ne font pas le bonheur des personnes ou des marques recherchées.

Ce n’est pas la première fois, et ce ne sera certainement pas la dernière : les suggestions de recherche de Google associent parfois entre eux de façon malheureuse des termes qui ne font pas le bonheur des personnes ou des marques recherchées.

La question revient fréquemment sur le devant de l’actualité : dans quelle mesure les suggestions de Google Suggest peuvent-elles porter atteinte à l’honneur ou à l’intégrité dune personne morale ou physique, et la question peut-elle se régler devant les tribunaux ? Plusieurs affaires ont récemment mis en lumière les problèmes que pose l’association entre plusieurs termes dans une suggestion de recherche, la plus connue étant certainement celle qui opposa Pierre Bellanger, patron de Skyrock et Google. Un procès dans lequel Google fut condamné pour diffamation et contraint à supprimer les termes « diffamatoires » liés au nom de Pierre Bellanger dans les suggestions de recherche. D’autres cas judiciaires furent en revanche favorables à Google.

Cette fois c’est un hôtel irlandais, le Ballymascanlon Hotel, qui attaque Google devant les tribunaux : l’établissement reproche au moteur de recherche une suggestion inappropriée associée à son nom. En effet, quand on tape le nom de l’hôtel, à savoir « Ballymascanlon Hotel » dans Google, on obtient en première suggestion (après son nom) l’expression « Ballymascanlon Hotel receivership », que l’on pourrait traduire par « sous séquestre » ou « en redressement judiciaire ».

Le préjudice d’un faux redressement judiciaire

Les dirigeants de l’hôtel arguent du préjudice important que provoque cette suggestion, notamment pour les groupes ou mariages dans le cas d’une réservation à l’avance avec versement d’arrhes importantes. Il parait effectivement évident que l’on hésitera fortement à verser un acompte à une entreprise en redressement judiciaire, et l’on peut comprendre la position de l’hôtel, qui affirme perdre de nombreuses réservations à cause de cette suggestion.

L’assignation de Google Irlande devant les tribunaux par l’hôtel intervient après que ses propriétaires aient tenté en vain à plusieurs reprises de contacter Google. La directrice financière de l’établissement, Rachel Russel, avait même ouvert une discussion sur le sujet dans le forum officiel de Google pour les webmasters.

Concernant les suggestions de recherche, Google a toujours défendu la même position : elles sont neutres, objectives, et gérées par un algorithme qui ne tient compte que des mots le plus souvent utilisés par les internautes. On ignore cependant pourquoi le terme « sous séquestre » est associé au nom de cet hôtel, mais à la lumière de l’affaire Bellanger on sait que Google peut intervenir sur son algorithme de suggestion et supprimer des termes litigieux.

Quoiqu’il en soit, on peut regretter qu’il soit nécessaire de passer par des procédures judiciaires pour obtenir la modification d’une suggestion qui devrait être simplement accessible sur simple demande amiable.

(source)


Nos dernières vidéos

21 commentaires

  1. En sachant, qu’il suffit de 5$ pour faire valider un google suggest.
    Si le procès est gagné Google devra revoir son algorithme.

  2. Le problème est qu’à laisser les « professionnels » influer sur les suggestions, on risque d’ouvrir la voie à du nettoyage d’e-réputation abusif

  3. Je crois que ce que veut dire Scribsi est qu’avec quelques techniques bien placées, et pour très peu d’investissement, on peut influer sur ces suggestions. Certains Black Hats l’ont démontré en faisant l’exemple du pourrissage du nom d’un quidam, en faisant remonter en Suggest « nom + mauvais payeur ». Et ça n’avait pas l’air très compliqué à mettre en oeuvre.

  4. Oui désolé je faisait référence à cet article http://goo.gl/aoZH2 qui expliquait comment pourrir l’ e-réputation de quelqu’un pour 5$. Et qui justement permettait de « créer » une suggestion google.
    Dans le cas présent un concurrent de l’hôtel par exemple à très bien put acheter 100hits de « Ballymascanlon Hotel receivership » et après un mois de patience la nouvelle suggestion est proposé dans google.

  5. Il s’agit certainement d’un concurrent ou d’un client mécontent qui souhaite juste pourrir la réputation de l’hôtel en fessant des recherche fréquente sur « Ballymascanlon Hotel receivership ».

  6. @klem @tonio @eric Oui c’est exactement ça merci.
    D’autant plus que la mentalité marketing américaine n’hésite pas à discréditer la concurrence.

    La facilité offerte par google suggest de faire une mauvaise réputation est inquiétante. Surtout quand il propose un nouvel outil de « Gestion de votre réputation en ligne » , je trouve ça plutôt paradoxal.

  7. C’est vrai que l’article paru sur deliciouscadaver semble vraiment déconcertant tellement c’est facile à faire. Si tu couples ça à l’article paru sur renarddudezert, tu peux facilement kicker tes concurrents de google en quelques jours (surtout si tu n’as pas une bribe d’éthique).

    Google risque de se faire quelques cheveux blancs…

  8. Et publier ces suggestions dans des centaines de blogs ne vont pas les aider non plus pour leur position dans les résultats…

    Ce ne sont que des algorithmes, ça semble abberant que Google soit condamné dans ce genre de situation. Les suggestions sont générées à partir des requêtes les plus « tapées »… ils n’y sont pour rien.

    En revanche, ne pas faire le ménage quand il y a des dérapages, c’est pas très malin… c’est sur.

    Mais si je commente, c’est parce que je trouve dingue le verdict dans l’affaire Bellanger/Google. Quand on est condamné pour « corruption de mineure », on relis son journal intime et on ne se plaint pas des suggestions de « viol » !

  9. Geekle.net on

    C’est ce qu’on peut appeler les dommages collatereaux des algorithmes Google!

    Inquiétant comme même!

  10. Quand bien même l’utilisateur ne pourra pas de lui-même « suggérer » au google suggest, il restera encore le cas du google bombing.

  11. bonjour à toutes et à tous, effectivement je prends le cas concret du pauvre hôtel en Irlande, c’est vrai que ce n’est pas cool, mais doit on pour autant condamné à chaque fois google pour cela car après tout le dit hôtel ne ce plaint pas trop de ce que cette recherche à pu lui rapporter de la notoriété et ça, ça vaut tout l’or du monde n’est ce pas?

  12. La défense de google a quelque chose de risible « neutres » et « objectives. »
    Quand on sait qu’il suffit de peu de chose pour manipuler le neutre…
    Mais que des internautes défendent google est aussi surprenant

  13. C’est bien la les limites de Google.
    Dans la plupart des cas la suggestion fait gagner du temps et c’est un réel bonheur…

    Mais il arrive parfois que les suggestions soient quelques peu bizarres…
    Tapez « j’ai fait l’am » sur google vous verrez ce qu’on vous suggère… Mdr

  14. C’est bien le problème de Google lorsque l’on peut « ajouter » des requêtes suggérées. De plus c’est loin de toucher uniquement cet hôtelier, il suffit de voir les requêtes suggérées par Google pour certaines marques… Ce qui est un peut idiot dans l’histoire au final c’est que Google se fait attaquer alors qu’il ne fait que suggérer les requêtes les plus tapées ou faussement tapées…

Send this to a friend