Un voyage sur Mars serait (un peu) moins dangereux que prévu

Les chiffres concernant l’exposition aux radiations reçues par les astronautes ont été revus à la baisse, concernant la conquête de la planète Mars.

Moins de radiations que prévu sur Mars

Aller sur Mars, demeure aujourd’hui encore un rêve pour les êtres humains et il suffit de regarder les images envoyées par Curiosity pour avoir envie de poser le pied sur la planète rouge. De nombreux pays mais aussi entreprises se positionnent désormais sur le sujet. La NASA et Elon Musk avec SpaceX figurent bien entendu très haut dans cette liste.

Jusque-là, une des craintes que l’on avait concernait notamment la santé des astronautes. Si on peut se douter qu’une telle mission sera dangereuse par essence, les radiations compliquaient encore les choses. En effet, selon plusieurs études, la dose de radiations reçues par ceux qui feraient le voyage serait supérieur au maximum recommandé médicalement sur toute une vie. De quoi augmenter par exemple le risque de cancer.

Toutefois, une étude qui vient d’être présentée annonce que ces données auraient été surévaluées. Ainsi, les chiffres présentées par ESA Exomars indiquent qu’un astronaute recevrait « au moins » 60 % du total des radiations recommandées avec un voyage aller-retour sur Mars.

> Lire aussi :  La Space Force, un joujou qui s'annonce coûteux pour Donald Trump

Avantage aux femmes ?

Attention toutefois, cela ne concerne que le voyage en lui-même. Le temps passé directement sur Mars n’est pas concerné. Faute d’atmosphère ou de champ magnétique, les astronautes devront de toutes façons être sérieusement protégés. Si on ne peut pas compter sur la terraformation avec des bombes nucléaires pour régler le problème, la NASA travaille en revanche sur des vêtements anti-radiations qui pourraient atténuer les dégâts.

La solution réside aussi peut-être dans le choix des astronautes. En effet, une étude relayée cet été par Sciences & Avenir indiquait que les femmes pourraient être insensibles aux radiations cosmiques. L’expérience menée avec des souris révélait en revanche une grande faiblesse chez les mâles. De quoi penser que si les femmes viennent de Vénus, les hommes ne viennent pas de Mars et sont eux bien terre à terre…

Source

 


Un commentaire

  1. Il serait peut-être temps d’aller voir ailleurs on en a la possibilité contrairement à ce qu’on nous dit. La Terre suffoque , la démographie explose mais les puissants préfèrent voir la masse mourir de famine que de perdre leur pouvoir sur d’éventuels colons martiens ou autres planètes

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.