Une hotline sexy dans des cabines téléphoniques à Brooklyn

La marque de produit d’hygiène féminine Lola a mis en place une hotline en plein cœur de Brooklyn pour répondre aux questions des femmes sur la sexualité mais aussi pour faire la promotion de sa nouvelle gamme de produits.

Bien consciente de la difficultés de gérer leur sexualité pour les femmes, entre questions sur les troubles hormonaux ou les règles, la marque Lola a vu les choses en grand pour venir répondre à toutes leurs questions : une fresque géante et des cabines téléphoniques qui font office de hotline.

Des professionnels pour répondre aux questions

Lola n’a pas lésiné sur les moyens en mettant une place une telle campagne. Avec ce service de hotline, la marque incite les femmes à discuter librement d’un sujet souvent considéré comme tabou : le sexe. Dans les cabines téléphoniques, il est ainsi possible d’écouter des conversations sur le sexe et la santé avec des célébrités comme Lena Dunham, sexologue, Shan Boodram, sexologue, Corina Dunlap, naturopathe, ou encore Bethany Meyers, coach de fitness. Les sujets abordés sont variés et ne sont malheureusement pas toujours faciles à aborder dans le cadre privé. Le grand public est également encouragé à laisser un message afin de poser leurs questions et d’être rappelés un peu plus tard au cours de l’été.

Cette hotline est prévue pour durer 4 semaines au cœur de Brooklyn. Pour attirer l’œil des passants, une grande fresque signée Eugenia Mello a été placée au-dessus des cabines montrant des femmes épanouies et pleines de vie.

Faciliter le dialogue

Avec cette opération d’envergue mise en place par l’agence Giant Spoon et intitulée « Let’s talk about it », Lola veut aussi assurer la promotion de sa dernière gamme de produits « Sex by Lola ».

La grande force de cette opération de street marketing reste quand même de démocratiser un sujet encore complexe pour l’épanouissement des femmes et d’apporter une solution efficace et accessible à toutes celles qui se posent des questions sur leur sexualité mais n’osent pas en parler autour d’elles. Et pour celles qui ne voudraient pas être vues en train de décrocher le téléphone d’une des cabines téléphoniques, le numéro de la hotline est également inscrit sur la fresque.

Source : The Drum


Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies