Suivez-nous

Drones

Une nouvelle loi à connaître si vous possédez un drone

Vous avez six mois pour mettre en conformité votre drone, si ce dernier entre dans les critères de la nouvelle législation mise en place.

Il y a

  

le

 
DJI Mavic 2 Pro Zoom
© DJI

En France comme ailleurs, les drones amateurs sont une véritable plaie pour les autorités, tant leur utilisation croissante se doit d’être encadrée pour prendre en compte toutes les mesures de sécurité. Depuis lundi, au sein de l’hexagone, le règlement évolue pour tous les propriétaires de drones de plus de 800 grammes.

Il s’agit d’une mesure que l’on attendait depuis un moment, tant les constructeurs tentaient de prendre de l’avance sur la loi pour mieux se l’approprier. Désormais, les pilotes de drones amateurs de plus de 800 grammes devront équiper leur aéronef d’un signalement électronique ou numérique, permettant de faciliter le partage d’informations entre le drone et les autorités.

Sous l’autorité de la DGAC (Direction Générale de l’Aviation civile), l’enregistrement obligatoire des drones de plus de 800 grammes devra donc maintenant s’accompagner d’une mise à jour logiciel et matériel. Elle permettra d’envoyer facilement les données non chiffrées, telles que le numéro de l’appareil, sa localisation, son trajet. Le boîtier exigé, sera comparable à une carte grise d’identification.

Une mise en application floue

La nouvelle législation est entrée en vigueur lundi dernier, rapporte Le Parisien. Malheureusement, tout n’est pas encore très clair. Bien évidemment, il ne s’agira que des drones de plus de 800 grammes, mais ces derniers comprennent quelques modèles « grand public » comme les DJI Mavic 2 Pro et Phantom.

DJI a rapporté « travailler avec les autorités françaises pour finaliser le respect des exigences d’identification à distance avec une mise à jour gratuite du firmware, qui sera disponible pour certains produits avant la date limite du 29 décembre 2020 ». Car pour tous les appareils commercialisés avant ce mois de juillet, les modifications devront être effectuées dans les six mois, avant quoi une amende de 135 euros sera délivrée pour non-respect.

Les constructeurs doivent donc se mettre aux normes, tout comme les pilotes de drones amateurs ayant construit eux-mêmes leur engin. Les marques devraient proposer la mise à jour directement depuis le logiciel de leur modèle. Pour les autres, une nouvelle balise émettrice devra être ajoutée, avec un signal GPS et ce fameux numéro officiel d’identification. Désormais, pour éviter toutes complication, les amateurs de drones grand public achèterons le DJI Mavic Mini. Du haut de ses 249 grammes, il n’est pas concerné par les différentes lois d’identification.

2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Vinite

    5 juillet 2020 at 10 h 25 min

    « Une véritable plaie », un peu comme les journalistes de votre genre, qui se régalent à exagérer les choses pour nous faire passer pour des adolescents inconscients …. à ce jour en France aucun mort ….

  2. fred

    29 juillet 2020 at 8 h 58 min

    Faux le Mavic mini et également soumis à cette loi car celle-ci inclut également les drones ayant une caméra, même s’il font moins de 800 g.
    Attention à ne pas publier de fausses informations.
    Il faut également passer un QCM gratuit pour pouvoir voler. Ce QCM porte essentiellement sur les conditions de vol et la législation, il est simple , facile et se passe en 45 minutes cours compris. Il permet d’avoir une attestation que l’on doit pouvoir présenter en cas de contrôle (police, gendarmerie, garde-forestier,…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Partenaire : Samsung

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests