Connect with us

Actualités

USA : le Sénat veut utiliser les services de streaming pour les alertes d’urgence

Pour éviter les fausses alertes, le Sénat américain aimerait prévenir les citoyens en utilisant les services de Netflix, Spotify et d’autres.

Il y a

le

Spotify alertes

Au mois de janvier, un opérateur admettait avoir appuyé sur le mauvais bouton, envoyant par conséquent une fausse alerte balistique à tous les habitants d’Hawaï. En lettres capitales, les utilisateurs ont reçu un message les informant qu’une « menace balistique e[tait] imminente. Recherchez un abri immédiatement. Ce n’est pas un exercice ». Si le message a ensuite été diffusé à la radio, à la télévision et sur Internet, il n’en était rien. Il semblerait que le coupable soit l’ergonomie du logiciel permettant d’envoyer les alertes d’urgence aux citoyens. En effet, le menu déroulant propose seulement deux options : « Tester alerte balistique » et « Alerte balistique ». De quoi induire facilement en erreur l’être humain qui se trouve face à l’interface.

Netflix et Spotify à la rescousse ?

De fait, un débat a été ouvert afin de déterminer si les services de streaming vidéo et audio pouvaient être utiles dans ce cas, plutôt que les simples messages. Le 18 juillet, deux sénateurs du nom de Brian Schatz et John Thune, respectivement démocrate et républicain, ont présenté un nouveau projet de loi. Baptisé READI Act (Reliable Emergency Alert Distribution Improvement), celui-ci aurait l’avantage d’éviter les fausses alertes, mais surtout de prévenir un plus large pan de la population. Pour se faire, les deux sénateurs proposent de diffuser les alertes par le biais de plusieurs services tels que Netflix et Spotify.

> Lire aussi :  Netflix s'attaque à la Révolution française

Pour l’instant, l’on ne sait pas encore si ce projet sera adopté, bien qu’il soit nécessaire que le gouvernement améliore son système d’alerte. Comme Engadget l’indique, il se pourrait que ce soit la FCC qui se charge des premières évolutions. Il y a peu, la Commission a exigé que le système soit en mesure de prévenir les fausses alertes et que des procédures de tests soient appliquées.

Si ce projet de loi venait à être adopté, il faudrait également que le gouvernement sécurise suffisamment son système pour éviter les piratages ou la diffusion de fausses alertes à tous ceux qui binge-watch.

Reste aussi à savoir si la France se penchera vers un système similaire, elle qui a récemment mis fin à l’application d’alerte attentat SAIP au profit des réseaux sociaux et de Google.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests