Vos réseaux sociaux, toujours plus scrutés à l’entrée des États-Unis ?

Voilà qui risque de faire grincer des dents un peu partout dans le monde, les États-Unis souhaitent obliger les voyageurs posant les pieds sur leur sol, à fournir au préalable leurs identifiants aux réseaux sociaux ! Une mesure qui risque d’être assez rapidement impopulaire…

Les réseaux sociaux luttent assez modestement contre le racisme

Une nouvelle proposition en réflexion

C’est une nouvelle étape dans la collecte de données des personnes souhaitant entrer aux USA. Selon Bloomberg, le Département d’État veut désormais obliger les voyageurs qui demandent un visa pour les États-Unis, à donner les informations suivantes :

  • identifiants actuels et anciens utilisés sur les réseaux sociaux
  • mails anciens et actuels
  • numéros de téléphone anciens et actuels

Globalement, l’idée semble bien être de faire grossir les bases de données de l’administration américaine sur tous les entrants. A noter que les Français, qui doivent demander l’ESTA seraient eux aussi concernés. Au total, ce sont pas moins de 15 millions de personnes par an qui seraient impactés.

Pour l’instant, rien n’est encore décidé, il s’agit d’une proposition de loi sur laquelle les Américains eux-mêmes vont devoir se prononcer dans les 60 prochains jours. Une liste devrait être fournie pour les réseaux sociaux, mais, celle-ci est susceptible d’être modifiée.

Un programme actuel jugé insuffisant

Dans les faits, ce n’est pas si neuf que cela… Les États-Unis ont déjà mis en place depuis le 20 décembre 2016 une stratégie beaucoup plus offensive à ce niveau-là, mais jusque-là, elle était surtout incitative. Ne pas donner ses identifiants ne devait en théorie pas avoir de conséquences à ceux demandant un visa.

En mai dernier, une nouvelle réglementation permettait d’interroger sur votre activité passée sur les réseaux sociaux et demandait de donner des informations personnelles numériques sur les 15 dernières années.

Des mesures déjà jugées de façon unanime comme particulièrement intrusives. Pourtant, Donald Trump et la police d’immigration (ICE) les considèrent encore pour l’instant largement insuffisantes. Notamment, parce qu’il n’y a pas d’objectifs précis, ni d’outils permettant un contrôle automatisé.

Autant dire que cela devrait constituer la prochaine étape. Les contrôleurs semblent se lasser du contrôle manuel. Plusieurs entreprises auraient même déjà été consultées pour déployer un système fonctionnel avec cet objectif.


Un commentaire

  1. Et si l’on ne s’est pas inscrit sur les réseaux sociaux ? Vont-ils nous croire ?

    Cette volonté de l’administration des USA (ils ne sont pas les seuls d’ailleurs) éveille l’urgence d’y trouver une parade.
    – Soit les citoyens s’élèvent contre ces dispositions, ce qui me semble le plus important.
    – Ou à défaut de fortifier et développer les réseaux de communication anonyme.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies