Connect with us

Internet

WiFi en avion : quand Boeing prend ses passagers pour des patates

Afin de tester le comportement des ondes WiFi dans une cabine d’avion en vue d’en équiper prochainement les vols commerciaux, Boeing mène une étude avec des pommes de terre.

Il y a

le

Le saviez-vous ? Quand il s’agit de WiFi, nous sommes tous de vraies patates. Explications : afin de tester le comportement des ondes WiFi dans une cabine d’avion en vue d’en équiper prochainement les vols commerciaux, Boeing mène une étude avec des pommes de terre.

Selon les scientifiques qui conduisent cette batterie d’analyses on ne peut plus sérieuses, transformer l’intérieur d’un aéronef en champ de patates permet d’obtenir des résultats sur la propagation et l’absorption des ondes WiFi tout à fait similaires à ceux que l’on aurait avec des humains (car généralement ce sont plutôt des humains qui voyagent en avion).

Du coup l’expérience est bien plus facile, rapide et moins coûteuse à mener, et si la patate fait avancer la science et nous permet bientôt d’avoir internet en avion, allons-y. Pour mener l’expérimentation, Boeing utilise 20.000 livres de pommes de terre, mais dans la vidéo si-après, le géant de l’aéronautique explique que l’optimisation du WiFi dans les airs ne se limite pas à cultiver des patates. D’autres paramètres entrent bien sûr en ligne de compte, qui compliquent sérieusement la tâche consistant à trouver le bon équilibre entre la puissance du signal et l’absence de perturbations pour les instruments de bord.

> Lire aussi :  EasyJet : des avions électriques pour 2030

patates

Quoiqu’il en soit, devant la pression des passagers et la percée de l’internet mobile, les compagnies aériennes et les autorités de régulation ne peuvent plus rester immobiles, et les tests se multiplient pour permettre aux voyageurs non seulement de surfer sur internet en vol mais également de pouvoir utiliser leurs instruments électroniques pendant les phases de décollage et d’atterrissage, ce qui est pour le moment strictement proscrit. Il est vrai que – sans même être complètement accro à sa tablette à à sa liseuse d’e-books – devoir tout couper pendant environ vingt minutes au départ et à l’arrivée alors que vous êtes juste en train de lire, en mode avion, déconnecté, peut être parfois un peu agaçant. Mais cela ne sera peut-être bientôt plus qu’un mauvais souvenir.

(source)

 

8 Commentaires

8 Commentaires

  1. La Mère Zaclys

    21 décembre 2012 at 10 h 54 min

    Si on a une purée à l’arrivée, c’est que les ondes WIFI sont trop fortes 😉

  2. PatG

    21 décembre 2012 at 11 h 18 min

    Moi je n’ai VRAIMENT pas envie de voyager dans un four à micro-ondes…

  3. Valentin

    21 décembre 2012 at 11 h 36 min

    @PatG : Il est possible que votre logement soit déjà un four à micro onde… Depuis mon appartement je capte une quinzaine de Wifi qui n’ont de cesse de me cramer le cerveau.
    A mes chers voisins je dis : MERCI ! 😉
    J’aime mon bon vieux cable RJ45 de 10m et ma box avec un Wifi principal et secondaire désactivable 😀

  4. standards du Web

    21 décembre 2012 at 12 h 11 min

    Je voudrais savoir quelle variété de pomme de terre est plus efficace pour la propagation des ondes WiFi ?

  5. NicoIas

    21 décembre 2012 at 22 h 07 min

    Le corps humain avec ses 70% d’eau ne ressemble-t-il pas plutôt à une tomate ?

  6. Quentin CHALLIER

    22 décembre 2012 at 17 h 44 min

    Ca va en faire des frites !

  7. Juliachou

    10 février 2013 at 16 h 29 min

    ils font encore des tests ? Il y a déjà du wifi à bord des vols interieurs aux USA depuis plusieurs années !

  8. Spunta

    6 mai 2013 at 1 h 36 min

    c’est quoi cette variété de pomme de terre , je pense est la carrera ?? mais vraiment la wifi est très forte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests