Suivez-nous

Tech

YouTube préférerait l’attention des utilisateurs à la suppression des vidéos malsaines

YouTube aurait choisi de conserver l’attention de ses utilisateurs plutôt que de s’attaquer aux problèmes de fond liés aux fake news et aux contenus complotistes. Les vues avant la responsabilité, en somme.

Il y a

  

le

 
Article 13 YouTube

Voilà plusieurs années maintenant que YouTube est accusé de ne pas faire assez d’efforts afin de conserver vers une plateforme de vidéos saine et sécurisée pour les utilisateurs. En effet, le service a du faire face à de nombreuses polémiques, dont certaines étaient liées aux fake news et aux théories du complot tournées vers la Terre plate, les anti-vaccins et autres.

Mais ce n’est pas tout, l’algorithme de recommandation de YouTube est également des le viseur, car c’est celui-ci qui suggérerait des vidéos à certains utilisateurs recherchant des contenus spécifiques, mettant par exemple en valeur des jeunes filles faisant de la gymnastique. Pour rappel, ce problème avait déjà été évoqué, au même titre que les commentaires et le nombre de vues très conséquent sous ces vidéos.

YouTube aurait mis les problèmes sous le tapis

Si YouTube annonce régulièrement qu’il prend des mesures pour rendre sa plateforme de vidéos plus saine, une enquête de Bloomberg tend à prouver que le service a choisi les vues au détriment de sa responsabilité éthique. En effet, le dossier réalisé par l’agence de presse n’hésite pas à affirmer que le service de Google profite des contenus offensants, complotistes et des fake news pour attirer les utilisateurs et les vues, c’est-à-dire l’argent.

Si l’on en croit le rapport, qui compte les prises de parole d’une vingtaine d’ex et actuels employés de la firme, Susan Wojcicki, PDG de YouTube, viserait un objectif d’un milliard d’heures de visionnage par jour, un but que la plateforme voudrait atteindre au détriment des considérations éthiques. Dans les faits, un ingénieur dont l’activité est dédiée à la vie privée a indiqué au service qu’il devait supprimer certaines vidéos inappropriées, des contenus qui n’enfreignent pas forcément les règles, mais qui sont dans la zone grise. YouTube a ignoré ses recommandations. Selon l’auteur de l’article, ce dernier aurait donc laissé le problème de côté pour favoriser la croissance des vues, sans se soucier des conséquences à long terme.

De la même façon, YouTube aurait songé à un nouveau moyen de rémunérer les créateurs, en se basant sur l’engagement plutôt que les impressions et les publicités, comme c’est le cas traditionnellement. En ce sens, la plateforme aurait certainement favorisé la montée de certains créateurs de façon positive, mais cela aurait aussi mis en avant des vidéos aux contenus viraux et situés dans cette fameuse zone grise, comme celles sur les anti-vaccins. Sundar Pichai, PDG de Google, aurait finalement mis fin au projet.

Plusieurs études tendent à démontrer que YouTube a joué un rôle dans le fait que de plus en plus de personnes croient que la Terre est plate. En plus d’aider à la diffusion de cette théorie, le service aurait donc engendré de nouveaux adeptes de cette pensée.

MISE À JOUR 3/04 – 17h : Voici la déclaration du porte-parole de YouTube France.

Nous avons eu pour objectif principal au cours des deux dernières années de nous attaquer à des défis extrêmement complexes relatifs aux contenus sur notre plateforme, en tenant compte des commentaires et des préoccupations des utilisateurs, des créateurs, des annonceurs, des experts et des employés. Nous avons pris un certain nombre de mesures importantes, comme notamment la mise à jour de notre système de recommandations pour empêcher la propagation de fausses informations nuisibles; l’amélioration de la diffusion d’informations en provenance de médias sur YouTube; le fait d’atteindre le nombre de 10 000 personnes travaillant sur les problématiques de retrait de contenu chez Google; l’investissement dans l’apprentissage automatique afin de pouvoir trouver et supprimer encore plus rapidement les contenus non autorisés ainsi que la révision et la mise à jour de nos Règles de la communauté – nous avons réalisé plus de de 30 mises à jour en 2018. Et ce n’est pas fini, être responsable reste notre priorité numéro un.

Source

Youtube
Par : Google LLC
4.4 / 5
90,1 M avis
2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Patrick

    3 avril 2019 at 19 h 24 min

    Je soutiens totalement Youtube dans cette affaire. Et je soutiens totalement Google.

    Youtube n’a pas vocation à être le bras armé des Gouvernements pour établir une censure digitale sur les communications entre citoyens.

    J’ajouterai que personne au monde ne croit que la terre est plate.
    En revanche, je pense plutôt que certains gouvernements ont monté cette supercherie, juste pour avoir un prétexte pour obliger les GAFA à établir une censure tout autant et dans le même temps à manipuler l’opinion publique pour qu’elle accepte encore plus de censure.

    Rien que la propagande autour de la Terre plate, et l’utilisation qui en est faite pour dénigrer d’autres faits (gênants pour le pouvoir) en créant des amalgames prouve qu’il s’agit d’une arme contre la libre communication des idées.
    Et je le répète, personne ne croit en la terre plate.

  2. Moi

    4 avril 2019 at 7 h 13 min

    Sauf que… On parle simplement d’algorithmes ici. La description ne correspond pas vraiment à de l’IA et on a tendance actuellement à tout faire passer pour de l’IA dès lors que ça devient un peu sophistiqué.
    A ce compte là un simple thermostat de maison d’il y a 20 ans contient une IA dès lors qu’il est capable d’ajuster les PID du programme de chauffage en tenant compte des retours sur les précédents cycles de chauffage. On faisait déjà de l’IA il y a 20 ans et personne ne le savait !!!
    Il serait temps de réviser les définitions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les meilleurs forfaits

Les tests