Bien sûr le titre est un brin taquin car si vous me connaissez vous le savez : j’adore ce genre d’engin. L’AR.drone, conçu et présenté officiellement cette semaine au CES par Parrot, une boîte française plus connue pour ses kits audio et Bluetooth automobiles, est un quadricoptère radio-commandé bardé de technologies qui n’a officiellement d’autre

Bien sûr le titre est un brin taquin car si vous me connaissez vous le savez : j’adore ce genre d’engin.

L’AR.drone, conçu et présenté officiellement cette semaine au CES par Parrot, une boîte française plus connue pour ses kits audio et Bluetooth automobiles, est un quadricoptère radio-commandé bardé de technologies qui n’a officiellement d’autre vocation que d’être un jouet sophistiqué utilisable par tous publics, quelque soit l’âge du capitaine.

ardrone [CES Las Vegas 2010] AR.drone de Parrot, lespionnage de son voisin enfin à la portée de tous

Côté technologie, les amateurs sont servis puisque l’AR.drone fait appel à plusieurs fonctions connues des geeks mobiles notamment, parmi lesquelles le pilotage à l’aide de l’iPhone, qui se transforme ici en télécommande intelligente puisque c’est le capteur de mouvement (accéléromètre) du mobile qui commande le comportement du drone, induisant un pilotage naturel que les iphonautes connaissent déjà avec certains jeux : vous inclinez l’iPhone vers la droite, hop le quadricoptère tourne à droite, vous penchez l’écran en avant, hop il avance. Et ainsi de suite.

ardrone02 [CES Las Vegas 2010] AR.drone de Parrot, lespionnage de son voisin enfin à la portée de tous

ardrone03 [CES Las Vegas 2010] AR.drone de Parrot, lespionnage de son voisin enfin à la portée de tous

Autre technologie inédite sur ce genre d’engin : la télécommande fonctionne via WiFi et non pas avec les ondes radio classiques.

Mais la fonctionnalité qui fera rêver les passionnés de vol virtuel est ailleurs : l’AR.drone est équipé de deux caméras, l’une frontale qui filme ce que voit l’appareil devant lui, et l’autre sous la coque de celui-ci, qui filme le sol, mais qui sert également de capteur afin d’évaluer l’altitude et les obstacles et ainsi stabiliser et sécuriser le vol. D’autres capteurs équipent l’engin afin d’en faciliter encore le pilotage, qui semble en effet très facile.

Les deux caméras envoient le flux en direct sur l’écran de l’iPhone, permettant au pilote de voir en direct ce que voit le drone comme s’il était à bord.

Enfin, les concepteurs ont pensé à tout, et notamment aux jeux rendus possibles avec ce type d’appareil et ses caméras, puisqu’il est prévu de développer des univers en réalité augmentée qui permettront par exemple de livrer des combats aériens avec d’autres drones virtuels.

L’AR.drone est l’une des attractions à succès du CES, vers laquelle la foule se bouscule pour assister à une démonstration, et, une fois n’est pas coutume au pays de l’Oncle Sam et dans la Mecque des nouvelles technologies, ce sont des frenchies qui tiennent la vedette.

L’AR.drone devrait être commercialisé courant 2010 mais aucun prix n’est communiqué pour le moment. Si Parrot arrive à rester en-deça des 300 euros, ça risque de faire un carton. Au-delà c’est moins sûr.

A suivre, sur Twitter par exemple…