HiBack : l’appli dating qui assure l’authenticité de ses membres grâce aux selfies vidéo

Découverte d’une application de rencontres en ligne qui a trouvé un moyen simple d’éviter les impairs propres à cette typologie de service.

Stéphane Montoir, un entrepreneur (que nous avions déjà rencontré lors du lancement de Need Sporty) lance une nouvelle aventure avec HiBack. Si le lancement d’un énième service de dating n’avait pas éveillé notre intérêt, la manière intelligente de gérer les faux profils et de forcer les membres à une certaine honnêteté nous a marqué. Interview du CEO de HiBack.

hiback

Presse-Citron : D’où vient l’idée de HiBack ?

Stéphane Montoir : HiBack est né de plusieurs mésaventures au début de l’été dernier (juillet 2015). Je me suis retrouvé célibataire et je n’aime pas spécialement rester seul. Je connaissais Tinder, happn et d’autres applis de dating par leurs noms et je me suis dis: « Pourquoi ne pas essayer ? » 

En plus, j’ai des amis qui ont rencontré leurs copines comme ça, donc pourquoi pas moi ! 

Je commence par télécharger Tinder sur mon iPhone. C’est vrai qu’une fois qu’on commence à tester, ça devient vite addictif, on passe de profil en profil en espérant trouver l’âme soeur ou simplement une copine pour la soirée.

Il y a pas mal de profils sympas et à ma grande surprise, beaucoup de « bombes » ! Donc en tant que mec, tu swipes à droite un maximum pour liker ( de temps en temps à gauche pour déculpabiliser) en espérant que ça match. 

En tant que nana pour en avoir pas mal discuté avec des amies qui utilisent cette application, c’est plutôt l’inverse. Elles ont tendance à swiper plus à gauche et rarement à droite mais ça devient vite rébarbatif. 

Quelques minutes plus tard, à ma grande surprise (pour rester modeste), je reçois des notifications m’annonçant que j’ai de nouveaux matchs sur l’application. Là je me dis : « Beau gosse, tu as choisi les bonnes photos pour ton profil, tu es un gagnant Serge ! » 

Mais je suis vite retombé de mon nuage. J’avais matché avec 70% de faux profils (des robots ou bots) qui envoient le même message à tout le monde : 

« Salut Stéphane, Tinder fait bugger mon tel, je suis plutôt chaude, pourrais-tu me rejoindre sur : www.viensfaireunewebcamavecmoigrospigeon.com » 

Apparemment je ne suis pas le seul à avoir ce problème. 

Ecoeuré, j’ai donc viré l’appli pour tester happn. 

Le concept est un peu différent, sur cette appli, tu peux matcher avec les personnes que tu croises dans la rue. Pourquoi pas. Apparemment pas de faux profils sur cette appli même si certains sont plutôt pas mal (en mode top modèle) et que les matchs sont plutôt rares (sauf si tu payes). 

Je match (sur cette appli c’est un « crush ») avec une première nana, on discute via le chat de l’appli, on se donne rendez-vous et là encore une mauvaise surprise. Ce n’était pas un robot, mais la nana a 10 ans de plus que sur ses photos, 10kg de plus, les cheveux courts… Enfin c’est l’échec total. J’efface l’appli de mon iPhone. 

Les semaines passent et une idée me trotte dans la tête, il doit bien avoir un moyen de supprimer les faux profils, d’obliger l’utilisateur à avoir un profil récent, qui correspond à la réalité et en même temps de rendre plus dynamique et ludique cette démarche de dating. 

J’utilise quasi-quotidiennement des applis comme Vine, Périscope et Snapchat. HiBack est donc apparu comme une évidence. 

bye hi hiback

PC : Quel est votre point différenciant avec la concurrence ? 

SM : Notre point de différenciation avec la concurrence est le velfie. C’est quoi un velfie ? C’est un vidéo-selfie… et avec nos velfies, il est impossible de créer un faux profil. 

Je m’explique. Quand tu télécharges HiBack, après avoir créé ton compte (prénom, age, sexe, attirance) l’appli te demande d’enregistrer ton premier velfie. 

Nous avons mis en place un algorithme qui identifie les visages sur le velfie. On évite ainsi les faux profils qu’on peut créer avec les photos. 

Une fois que ton velfie est validé, tu peux voir les velfies des autres utilisateurs (ou utilisatrices). Si tu es intéressé tu swipes à droite pour dire Hi (« salut » en anglais) sinon à gauche pour dire Bye. Et si tu as un Hi back (un salut en retour du tien), c’est un match et tu peux commencer à discuter dans la messagerie de l’appli. 

Ton velfie est diffusé pendant une semaine, ensuite il est effacé automatiquement. Donc tu dois actualiser ton profil chaque semaine et si tu n’es pas actif pendant un mois, ton compte est automatiquement supprimé. Il n’y a donc pas de vieux profils qui ne te répondront jamais. 

HiBack est 100% gratuit pour les femmes. Les hommes peuvent swiper les velfies à l’infinie et pour chatter il leur suffit d’inviter des amies pour avoir accès à la messagerie gratuitement pendant 48h (ils peuvent aussi payer 4,99$ pour y avoir accès une semaine sans limite, 9,99$ pour un mois et 49,99$ pour un an). 

PC : Quels sont vos ambitions ? 

SM : Nos ambitions sont dans un premier temps de rendre plus ludique le dating qui est devenu mécanique, boring (chiant quoi) et rempli de faux profils pour ensuite prendre la place des deux leaders sur le marché que sont Tinder et happn. 

Pour cela nous recherchons des fonds à hauteur de 500 000€ pour mettre en place nos campagnes de communication et notre stratégie de développement. 

On essaie d’être pas mal actif sur les réseaux sociaux, Facebook, Twitter et Instagram et de répondre rapidement aux questions de nos utilisateurs.  

L’appli est toute jeune. On a sorti un beta en novembre 2015 pour recueillir un maximum de retours de nos premiers utilisateurs et ainsi sortir la version qui est actuellement sur le store, disponible depuis la Saint Valentin. 

Pour télécharger l’appli, direction l’App Store d’Apple ou sur notre site : http://www.gethiback.com

Une version Android sera développée en fonction du succès de la version iPhone.

Répondre

Lire les articles précédents :
legal-1143114_1920
Un député veut interdire l’iPhone en France

L'affaire Apple contre le FBI fait débat jusqu'en France où un député a demandé l'interdiction de la commercialisation des smartphones d'une...

Fermer