Presser (et écouter) ses propres disques vinyle avec une imprimante 3D !

Une ingénieure californienne a réussi à presser un disque 33 Tours en vinyle à l’aide d’une imprimante 3D, et à l’écouter sur une platine vinyle classique.

On peut déjà enregistrer, éditer et produire de la musique de qualité professionnelle avec un ordinateur personnel ou une tablette, pour peu que l’on ait installé les bons logiciels et que l’on maîtrise un tant soit peu le sujet.

On peut aussi graver ses propres CD. Mais avec le retour en grâce du bon vieux vinyle, il fallait bien trouver un moyen de presser ses propres galettes. Comment faire ? En utilisant une imprimante 3D, bien sûr !

C’est la petite prouesse réalisée par Amanda Ghassaei, une ingénieure spécialisée en nanotechnologies, qui s’intéresse de près aux interfaces de manipulation de médias numériques.

33 tours vinyle 3d

En poste chez Instructables à San Francisco, elle a mis au point une technique qui permet de convertir des fichiers audio numériques en 33 tours vinyles qui fonctionnent sur n’importe-quelle platine. Même si la qualité audio est très dégradée, avec un taux d’échantillonnage de 11 KHz, soit quatre fois inférieur à celui d’un mp3, et une résolution audio de 5-6 bits, les musiques gravées sont facilement identifiables malgré le souffle important, et le son bien pourri, il faut le dire.

Une performance assez étonnante expliquée en détail (et en anglais) sur Instructables par son auteure, avec une autre vidéo qui montre tout le processus.

Invité
27 décembre 2012

Très bonne innovation !
Je ne pensais pas que cela était possible, en plus la qualité de la musique du vinyle n’a pas l’air d’être modifié ce qui est plutôt un bon point.

Comme quoi le retour du vinyle peut très bien se marier avec les nouvelles technologies actuelles :)

Invité
27 décembre 2012

Ce sont les diggers de vinyles qui vont être pas contents! Eux qui adorent posséder des perles rares de la musique, voilà qu’on peut presser de nouveaux disques grâce à une simple imprimante 3D…

Invité
Fakeman
27 décembre 2012

Eeeeuuuhhh ça sent le fake à plein nez…. 3D !!

Invité
27 décembre 2012

C’est tout simplement énorme, va falloir fouiller dans le grenier histoire de retrouver le lecteur 33 tours.

Invité
28 décembre 2012

Impressionnant ! Et ce n’est que le début d’une nouvelle révolution…

Invité
28 décembre 2012

Quand la qualité du son sera la le concept sera vraiment viable. Sinon je vois pas l’utilité…

Invité
31 décembre 2012

Bientôt le retour en grâce de la photographie argentique…. A partir d’une photo numérique tu pourras générer un négatif de qualité bien pourrie, et ensuite tu va scanner le négatif pour pouvoir l’imprimer sur ton imprimante numérique.

Trêve de plaisanterie, il y a toujours des accros au super 8. Un film de 3min30, avec une caméra sans autofocus… souvent muette, mais une qualité d’image géniale si on a une bonne caméra. Bon faut juste avoir un projecteur. Oupss non il suffit de faire numériser le film pour le regarder sur son écran HD !

Invité
3 janvier 2013

Franchement c’est intéressant d’un point de vue technologique, mais si le son est pas top… Après il y a aussi le tarif du disque car à ce que je sache l’impression 3D est encore très très cher.

Invité
igor
11 janvier 2013

Je ne comprendrai jamais de telles nostalgies : il suffit de se repasser un vinyle pour se rappeler à quel point les craquements, souffles et autres crachotements sont désagréables et viennent polluer l’écoute. En écoutant un disque de merveilleux chants orthodoxes acheté à Moscou dans les années 90, combien je regrette de n’avoir pas acheté un cd au lieu d’une galette vinyle : on n’est pas loin de la perfection du chant, on s’envole et…patatras, on est ramené sur son fauteuil par un « craaak », un « tok », puis des « clic ».
Mais je suppose qu’il y en a aussi pour regretter la bougie, ou qui voudraient se faire soigner par des saignées…
Le dinosaure a disparu, vive le mammifère !

Invité
13 janvier 2013

Comme le dit igor, je ne comprend pas pourquoi ce retour en force du vinyle… D’autant plus que ça coûte une véritable fortune j’ai l’impression. Pour ce qui est de faire ses propres disques vinyles, niveau technologie ça a vraiment l’air bien, mais si au final ça revient à peine moins cher qu’un vrai vinyle, la qualité en moins..

 
Lire les articles précédents :
connected-universe
[La Start-Up française de la Semaine] : Connected Universe

Chaque jeudi à 11h, une nouvelle start-up française vous sera présentée dans le cadre du concours Start-Up Presse-Citron 2013. Thème...

Fermer