7 indices qui montrent que l’AR.Drone de Parrot va devenir culte auprès des geeks

L’AR.Drone de Parrot, que j’avais eu la chance de tester en janvier dernier au CES de Las Vegas où il était présenté en première mondiale, semble susciter, malgré son prix relativement élevé, un de ces engouements dont seuls les geeks et autres gadgetophiles ont le secret. Quelques indices ne trompent pas, et je ne serais

L’AR.Drone de Parrot, que j’avais eu la chance de tester en janvier dernier au CES de Las Vegas où il était présenté en première mondiale, semble susciter, malgré son prix relativement élevé, un de ces engouements dont seuls les geeks et autres gadgetophiles ont le secret.

Quelques indices ne trompent pas, et je ne serais pas étonné que l’objet soit non seulement un succès commercial, mais devienne également culte dans le cœur des technophiles.

Ceci n’est pas une étude ethno-sociologique ni une énième liste pour faire du buzz, mais une tentative de recensement des éléments qui font qu’un jour un objet dépasse un peu son statut de simple chose pour acquérir ce petit supplément d’âme qui le fera plus tard figurer au Panthéon des geeks. Cette petite analyse pourrait donc ensuite s’appliquer à d’autres phénomènes. Elle aurait d’ailleurs pu s’intituler tout simplement « 10 indices qui montrent qu’un objet va devenir culte ». Mais comme l’AR.Drone [1] est dans l’actualité, disons que c’est lui qui m’a inspiré ce billet.

Allons-y, donc.

1. Les geeks adorent les machins qui volent, qui filment et qui tiennent (presque) dans la main. Il y a eu le PicooZ, et il y aura bientôt le Hawk Eye RC Chopper. Des cartons passés ou à venir. l’Ar.Drone s’inscrit pile dans cette lignée. Un truc de garçon, quoi (pour espionner les filles ?).

2. De nombreux blogs high-tech en ont parlé avant sa sortie, et en parlent encore plus maintenant qu’il est sorti. Même Presse-citron s’est fendu d’un billet béat, alors qu’ici nous ne sommes pas dans un blog sur les jouets radio-commandés n’est-ce pas ?

3. Plusieurs blogueurs ont déjà acheté l’engin, et publient les vidéos de leurs premiers vols (et de leurs premiers crash à 290 euros) sur Ioutoube. Même quand le geek blogueur n’est pas riche, il a un iPhone et un AR.Drone. Ce qui tombe assez bien puisqu’il a besoin du premier pour piloter le deuxième. Roger, mayday, tout ça.

4. L’AR.Drone semble être doté d’un potentiel de bidouillabilité assez élevé. Autrement dit il semblerait que l’on puisse le hacker, le trafiquer, le tuner bref le modifier. Et ça putain, le geek aime plus que tout. D’ici qu’il adapte l’AR.Drone pour faire voler son chat ou larguer des boules puantes en frappes chirurgicales dans les locaux d’HADOPI, il n’y a pas loin, je vous le dis. Aux abris.

5. L’AR.Drone est fabriqué par une boîte française que tout le monde croit américaine (et qui est déjà connue pour d’autres geekeries). Ce qui représente un énorme avantage lié à la double-nationalité : mine de rien le geek est cocardier et aime le made in France, mais laisse toujours traîner un œil de l’autre côté de l’Atlantique car c’est là que ça se passe quand même hein. Du coup, bingo pour Parrot. Crédibilité. alaouaneugaine.

6. Il y a déjà des blogs dédiés à l’AR.Drone. Et ça c’est un signe qui ne trompe pas (même si je ne retrouve pas l’url qu’on m’avait indiquée, z’ont quà être mieux référencés aussi). Quand un objet devient un sujet de blog de niche c’est généralement que l’auteur sent qu’il y va y avoir du monde et des choses à dire. Bref, une co-mmu-nau-té, et le bon trafic qui va avec, ce qui permettra d’afficher des pubs qui permettront de bidouiller l’engin (voir paragraphe 4). Les premiers trolls ne devraient pas tarder, après. Je sens déjà l’odeur du sang sur les WordPress et le fumet des PunBB chauffés à blanc…

7. Il y a déjà des blogs qui font des listes à la con du style « 7 indices qui montrent que l’AR.Drone de Parrot va devenir culte auprès des geeks« . Et quand les blogs font des listes…

On pourrait aussi mentionner la possibilité de jouer en réseau en réalité augmentée avec plusieurs appareils (un vrai hameçon à geek) et d’autres subtilités comme le site mobile dédié, mais j’avais envie de faire une liste en 7 points, c’est comme ça.

Alors, succès commercial ? Objet culte qui rejoindra le musée du geek ? Les deux ? Il semblerait en tout cas que Parrot ait visé juste et pile sur la bonne cible pour que les ventes décollent aussi verticalement que son drone. Comme quoi on peut aussi exciter le web avec autre chose qu’un smartphone ou qu’un machin siglé Apple. Tant mieux, non ?

[1] lien affilié


Nos dernières vidéos

27 commentaires

  1. Allez Eric, dis nous que tu va en offrir un à ton fils sous prétexte que tu ne veux pas dire à ta femme que c’est pour toi 🙂

    En tout cas je suis certain que ton fils serait très heureux, et toi aussi certainement 😀

    Moi je m’éclate avec, comme quoi, même à quarante an, on peut en avoir 15 dans la tête 😉

    Allez, à mercredi du côté de Paris me semble t il

  2. Eric

    @philippe : pas besoin d’alibi, j’assume 🙂 D’ailleurs j’ai joué plus souvent avec mon PicooZ que mon fils !

  3. je le qualifierais d’encore plus « geek » si on pouvait le piloter sous Android (d’ailleurs, c’est prévu ??)

  4. Moi j’adore… mais les terroristes geek aussi.
    J’ai vu des démos où les gars (pas de terroristes je ne suis assez underground…) synchronisent 4 engins comme l’AR.Drone et lui font soulever des petites briques (le pain de C4 n’est pas loin…).

    Où le cas ou on pourra un systeme de securité avec portique… en passant à 3m du sol (ou plus) ou par une fenetre.
    J’adore mais je trouve ca flippant rien qu’en imaginant les dérives…

  5. Super produit que voila, mais plus un jouet pour mon petit neveu qu’un vrai « drone »( « AR jouet  » c’est moins porteur pour les geeks). Au passage, le budget de lancement de l’AR est de l’ordre de 6 millions d’euros… de quoi faire le buzzzz.

  6. Je ne sais pas si l’AR.Drone va devenir culte, mais ce qui est sûr c’est que cet article le mériterait !

    J’ai bien ri, merci !! 😀

  7. Pas trop cher, résistant, bidouillante … Moi je vous le dis, d’ici à ce que ça devienne une arme de tueur professionnel, y’a pas loin.
    Db

  8. Très mauvaise expérience pour ma part. En bon geek j’avais pré-commandé l’ar drone. Recu dans les temps. Premier vol… une branche cassée. J’ai du commander la pièce sur le site de parrot. A réception j’ai découvert qu’il fallait un tournevis spécial pour la changer… Après une heure et demie de bricolle le drone est enfin réparé. Après un nouveau vol, sans problème particulier, j’ai maintenant un problème de wifi. Ce produit ne semble donc vraiment pas fiable 🙁 J’essaye d’obtenir un remboursement de la fnac… 300 € pour 30 minutes d’utilisation, c’est pas donné. Je ne semble pas le seul dans ce cas !!

  9. En bon geek j’avais pré-commandé l’ar drone. Recu dans les temps. Premier vol… une branche cassée. J’ai du commander la pièce sur le site de parrot. A réception j’ai découvert qu’il fallait un tournevis spécial pour la changer… Après une heure et d

  10. Pingback: Revue de presse du lundi | NRE's Blog

  11. En bon geek j’avais pré-commandé l’ar drone. Recu dans les temps. Premier vol… une branche cassée. J’ai du commander la pièce sur le site de parrot. A réception j’ai découvert qu’il fallait un tournevis spécial pour la changer… Après une heure et d

  12. Pingback: Un drone amateur radio-commandé survole et filme New York

  13. Pingback: Drones : nouvel outil pour campagnes publicitaires ? | Pema 2M

  14. Pingback: Piloter un drone à 4800 km de distance avec un iPhone

  15. Pingback: Une caméra jetable pour faire des photos panoramiques

  16. Pingback: Le premier vol d'un multicoptère électrique radiocommandé avec un homme à bord !

Répondre