Suivez-nous

Crypto-monnaies

98,7% des transactions en Bitcoin seraient purement « spéculatives »

A l’inverse, 1,3% des volumes en Bitcoin seraient liés à des transactions marchandes.

Il y a

le

Crypto-monnaie
© Unsplash - André François McKenzie

Une étude publiée par la société Chainalysis affirme que le cours du Bitcoin – comme les autres crypto-monnaies – serait aujourd’hui encore majoritairement influencé par de la spéculation. Selon cette publication, seulement 1,3% des volumes réalisés en Bitcoin concerneraient des transactions sur des plateformes marchandes. La plus grande partie des volumes (89,7%) serait liée à de la spéculation sur les plateformes d’échanges de crypto-monnaies.

De la pure spéculation ?

Alors que le Bitcoin enregistre une croissance tonitruante depuis le début du mois d’avril, la célèbre devise électronique semble avoir un peu de mal à justifier sa raison d’être : servir d’alternative aux moyens de paiement traditionnels. S’il faut reconnaitre que celle-ci se développe de manière conséquente – à tel point que Facebook serait sur le point de sortir sa propre crypto-monnaie dans les mois à venir – elle aurait toutefois du mal à s’imposer dans le quotidien de la population.

L’un des économistes en chef de Chainalysis, Kim Gauer, explique : « l’activité économique autour du Bitcoin continue d’être dominée par le trading sur les différentes plateformes d’échange de crypto-monnaies […] Cela prouve que l’utilisation principale du Bitcoin reste de l’ordre du spéculatif, et que l’utilisation en masse du Bitcoin dans les achats du quotidien n’est pas encore une réalité ».

Sur le graphique ci-dessous, il est quand même intéressant de voir que le pourcentage des échanges liés à la spéculation baisse légèrement sur les premiers mois de 2019, passant de 91,9% en 2018 à 89,7% entre janvier et avril 2019. Si le volume associé aux transactions marchandes est remonté sur les premiers mois de 2019 (1,3% des transactions), il reste toutefois inférieur à l’année 2017 – où il représentait plus de 1,5% de toutes les transactions.

Volumes sur le Bitcoin

© Bloomberg x Chainalysis

Visa reste loin devant

Alors que certains promettent au Bitcoin un avenir radieux, la devise électronique semble aujourd’hui encore à des années lumières de pouvoir rivaliser avec un Visa ou Mastercard. L’un des principaux processeurs de paiement en crypto-monnaies, BitPay, affirme avoir enregistré 1 milliard de dollars sur son réseau en 2017 et en 2018.

Pour rappel, celui-ci offre une solution clé en main (à l’instar d’un PayPal pour les moyens de paiement traditionnels) pour permettre aux marchands d’accepter le Bitcoin sur leur plateforme. BitPay a levé plus de 70 millions de dollars depuis sa création, en 2011. Parmi ses clients symboliques, on peut citer le deuxième plus gros opérateur télécom américain, AT&T, qui offre le paiement en Bitcoin grâce à BitPay.

BitPay reste toutefois très loin des volumes que l’on peut voir sur les réseaux Visa ou Mastercard. Sur l’année 2018, Visa aurait enregistré pas moins de 11,2 trilliards de dollars de transactions.

Volumes de Bitcoin chez les marchands

© Bloomberg x Chainalysis

Meilleur wallet crypto : Top 4 pour sécuriser ses devises

3 Commentaires

3 Commentaires

  1. Waxou

    3 juin 2019 at 18 h 42 min

    Bonjour,

    Je pense qu’il est relativement clair pour tout le monde que le bitcoin n’en est qu’à ses débuts, et c’est justement parce qu’il est actuellement encore très/trop peu utilisé de manière marchande qu’il présente un potentiel d’évolution immense et donc aussi un potentiel spéculatif rare.

    Dit plus simplement: il suffit de pas grand chose pour que ces 70 millions de dollars de Bitpay décuplent, d’autant que l’innovation technologique est du coté du BTC. Par contre il faudrait un événement majeur et fortement improbable pour que les 11.2 trillions de VISA décuplent.

    Ces chiffres sont donc plutôt une bonne nouvelle pour les amateurs de cryptomonnaies ou pour ceux qui hésitent à s’y mettre: le potentiel évolutif est toujours bien là et reste immense. Tout est en place, il ne reste qu’une barrière psychologique elle aussi massive, qui est vouée à diminuer, sachant que les statistiques montrent que les nouvelles générations présentent beaucoup moins de résistances à l’idée de posséder des bitcoins (ref: https://medium.com/@Bitcom21/bitcoin-is-a-demographic-mega-trend-data-analysis-160d2f7731e5). Or, bientôt, ce seront eux les décideurs.

  2. Adisma

    4 juin 2019 at 11 h 25 min

    Il serait intéressant de comparer le pourcentage de transactions purement spéculatives pour les monnaies classiques plutôt que le volume des transactions.

  3. Fernando

    9 juin 2019 at 12 h 43 min

    Cette étude n’est absolument pas impartiale puisqu’elle omet de dire que la monnaie traditionnelle est également speculative par nature ! Et qu’elle ne donne aucun chiffre permettant de relativiser.

    – Visa : 11.200 milliards par an
    – Mastercard : probablement un peu moins

    Le Forex (= marché par excellence de la speculation sur les devises) : 1.500 milliard par JOUR soit environ 540.000 milliard par an

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests