Ajax pas si propre que ça ?

Bien sûr je vous parle d’Ajax depuis quelque temps (et je vais continuer), bien sûr je trouve les fonctionnalités rendues possibles par cette couche applicative intéressantes dans certains cas, bien sûr Fuzz contient de l’Ajax (sur les propositions du Génie en Chef).
Bien sûr…

Bien sûr je vous parle d’Ajax depuis quelque temps (et je vais continuer), bien sûr je trouve les fonctionnalités rendues possibles par cette couche applicative intéressantes dans certains cas, bien sûr Fuzz contient de l’Ajax (sur les propositions du Génie en Chef).
Bien sûr…

Ce qui ne m’empêche pas de me poser certaines questions et d’essayer de garder un oeil critique sur le sujet (je suis parfois un bon poseur de questions mais plus souvent un assez mauvais fournisseur de réponses).
Et ces questions ont principalement trait à l’accessibilité des sites en Ajax, du point de vue du respect des standards du Web, mais également et plus largement du point de vue de leur compatibilité avec les appareils mobiles (smartphones et PDA équipés d’un vrai navigateur Web).
D’abord, l’accessibilité ou du moins le respect des standards : là je crois que parallèlement à une sorte de mouvement de fond qui consiste à ce que les concepteurs de sites prennent progressivement conscience du fait qu’il vaut mieux programmer propre, pour tout le monde et si possible en organisant son code-source de façon à ce qu’il soit lisible par n’importe-quel validateur, parallèlement au fait que l’on annonce ici et là un Internet Explorer 7 plus respecteux des normes, j’ai l’impression qu’on assiste à une sorte de danse de deux pas en avant un pas en arrière avec l’irruption des applications en Ajax. De nombreux sites Ajax – donc développés récemment – que j’ai eu l’occasion de visiter étaient compatibles uniquement avec Internet Explorer (alors que même Start.com de Microsoft devient progressivement 100% compatible Firefox).
D’autre part, je ne me suis pas amusé à faire le test, mais je ne suis pas certain que la plupart des sites Ajax que j’ai pu visiter passent sans encombres le test dans un validateur conforme W3C. A vérifier. Je continue d’ailleurs à y travailler pour Fuzz, même si comme me l’a justement rappelé un camarade sur ce blog, ce n’est pas une fin en soi.
En fait, pour le moment, ce qui me chiffonne le plus reste l’incompatibilité totale des apllications Ajax que j’ai l’habitude d’utiliser avec le navigateur web de mon Smartphone ou de mon PDA (ou plutôt les navigateurs, vu que je les ai à peu près tous testés, autant sur plateforme Windows Mobile que Symbian, et je pense que c’est pire sur Palm).
Il s’agit là pour moi d’une pierre d’achoppement, du point faible d’Ajax. Je sais que de ce point de vue je ne suis pas représentatif, vu mon grave état de geek en phase irrécupérable, mais je me dis aussi que les smartphones avec vrai navigateur web vont se répandre de plus en plus auprès du grand public (cela a déjà commencé d’ailleurs), et que le web mobile est enfin en train de devenir une réalité pour tout un chacun, geek ou pas.
Que faut-il faire ? Nokia a annoncé récemment une nouvelle génération de navigateur pour ses smartphones qui sera justement compatible avec les applications web de dernière génération, en citant précisément Ajax parmi elles. Mais il s’agit là d’une plate-forme propriétaire (il faudra acheter un Nokia pour bénéficier du navigateur Nokia). En-dehors de ce cas précis, quid des autres navigateurs mobiles (Pocket Internet Explorer, NetFront, Minimo…) ? Que nous réservent les futures versions ? Ou alors est-ce qu’il faut compter plutôt sur les prochaines versions de Netvibes and Co pour être compatibles avec les navigateurs mobiles ?
Est-ce le navigateur qui doit s’adapter à l’application ou l’application qui doit s’adapter au navigateur ?
That is the Web 2.0 question…


Nos dernières vidéos

9 commentaires

  1. Un site Ajax qui marche (presque).

    Pandora est un site qui vous permet de créer votre propre station de radio, avec un twist.

    Pandora est a l’origine du Music Genome Project – pour faire court c’est l’identification unique de pièces musicales à l’aide de 400(!) critères.

    Pandora a engagé des musiciens/musicologues qui taggent chacune des plusieurs 100taines de milliers de morceaux qu’ils ont en catalogue.

    Voilà le truc. Vous ouvrez un compte sur Pandora et vous créez votre station de radio (vous pouvez en créer jusqu’à 100) en donnant le nom d’un artiste ou d’une chanson (une seule entrée suffit, vous pouvez en faire plusieurs si ça vous tente) – le système va jouer des morceaux connexes à vos choix trouvés grâce aux tags.

    Par exemple j’ai créé une station avec R.L. Burnside comme artiste, après la première chanson (une de R.L.) MA station a joué une chanson de Skip James, proche de R.L dans les tags.

    Ca permet de découvrir des trucs qu’on ne connassait pas forcément… et le système va plus loin. Vous pouver cliquer sur une pièce qui vient d’être jouée par votre station et dire "j’aime pas celle-là, j’en veux plus des comme ça" ou "cool, j’en veux d’autres des comme ça" et le contenu de votre station s’adapte à vos goûts.

    La vesion gratuite joue quelques commerciaux, la version payante (US$3/mois) n’en joue pas.

    Vous pouvez rendre votre station publique et la partager avec d’autres. J’ai essayé de le faire et de l’intégrer à ma page Protopage ( page 3/3 de mashup.coachfu.com ) ça marche mais il semble que seuls les membres inscrits puissent en profiter… c’est pas supposé – I’m gonna dig on this one.

    Pandora, c’est ici: http://www.pandora.com

  2. Goddamnit! Me suis pas donné la peine de faire une recherche avant de poster…

    Une question: est-ce que tu t’intéressais à l’OL avant qu’ils se mettent à performer? Du temps où ils étaient en D2 ou dans le bas du classement de D1? Personnellement je suis jamais allé les voir jouer à Gerland.

    Tu te risques à un pronostic pour la Champions League?

  3. Non, mais l’histoire est un peu plus compliquée que ça. Quand l’OL était en D2, je ne m’intéressais pas à l’OL mais pour cause : je ne m’intéressais pas au foot du tout. Et même je détestais ça. Mais je suivais un peu car j’avais plein de copains qui bossaient chez Cegid qui était encore une petite start-up, la boîte de JM Aulas le président de l’OL. Et du coup en bon lyonnais j’étais au courant puisqu’Aulas a racheté l’OL en 87. Perso je m’intéresse au foot réellement depuis la finale de la coupe du monde 98 et surtout depuis que mon fils a été en âge d’en faire et qu’il adore ça. J’ai bien été obligé de suivre et je me suis vraiment pris au jeu. Mais c’est vrai que ça correspond aux années de domination de l’OL, j’ai vu mon premier vrai matche à Gerlan il y a trois ans, tu vois que j’ai un certain retard à rattraper. Et c’est vrai aussi que du coup je n’ai connu qu’un OL dominateur, et mon fiston (8 ans) encore plus que moi. Le jour où ils vont devenir moins bon, ce qui arrivera fatalement, ça va être duraille…

  4. Perso, j’ai opté (sur un intranet) pour l’Ajax en tant que "plus". Ca donne une application utilisable avec Ajax, donc plus fluide et plus pratique, mais aussi utilisable sans (pour des Mac Os 9.2). Ca oblige à un double développement (ou presque) mais ça marche dans tous les cas. Comble de tout, je suis passé par des popup pour palier le problème. Je sais, je suis un goret :o)

  5. Pour continuer dans la déviation de sujet, moi je supporte l’OL depuis 1993 (premier match à Gerland, Lyon s’impose 2 à zéro devant Paris, but de Stéphane Paille et James Debah), ma femme depuis 1997 (année de notre rencontre) et ma fille depuis … qu’elle sait dire "but!" et "allez Lyon!" (elle a 2 ans et demi).

    Pour en revenir au sujet. Voici ma démarche:

    – Pour le front, je crée une interface utilisateur exempte de javascript. Je fais les contrôles server-side nécessaires pour faire tourner les différents modules. Ensuite j’ajoute au grès de mes envies une couche comportement en redéfinissant les propriétés et méthodes des objets affichés (Thanks DOM) et là ça brille bien mieux avec AJAX

    – Pour l’administration, alors là généralement j’intègre directement des fonctionnalités liées à AJAX.

  6. Minimo a pour principale caractéristique d’être un navigateur issu du monde PC. Comme pour tout , il y a du bon et du mauvais.

    *Mauvais* : il n’est pas optimisé pour les toutes petites plates-formes (mais vu la montée en puissance des téléphones mobiles due à la loi de Moore, c’est chaque jour un peu moins grave) ;

    *Bon* : c’est un navigateur "full-featured", basé sur Gecko, avec tout un paquet de technos avancées, dont XML, SVG, XUL (?), DOM, RDF, JS, CSS & co, bref,on peut y faire tourner des applis Web comme sous Firefox (et pour cause, c’est le même moteur).

    Rappelons que Minimo est encore *très* loin d’être une version Alpha, et qu’on ignore s’il deviendra un vrai produit un jour… Pour l’instant, ça n’est qu’un projet communautaire.

  7. Je n’ai pas eu l’occasion de le tester sur mon PDAphone quand je l’avais encore car il n’était pas assez stable pour se faire vraiment une idée, mais je suis ça avec intérêt. Si Minimo pouvait être le Firefox mobile, ce serait très bien.

Répondre