L’assistant Amazon Alexa a déjà refusé plus d’un million de demandes en mariage

En 2017, plus d’un million d’utilisateurs ont demandé Alexa en mariage, une question à laquelle l’assistant intelligent d’Amazon a toujours répondu non.

La compagnie américaine de ecommerce a indiqué qu’Amazon Alexa avait déjà été demandé en mariage par plus d’un million de personnes rien qu’en 2017. Un amour pour la technologie qui ne se concentre par seulement sur Alexa, puisque Siri, Cortana et Google Assistant sont également très courtisés. Une anecdote qui n’est pas sans rappeler la romance entre Joaquin Phoenix et (la voix de) Scarlett Johansson dans le film Her, dont le récit narre l’amour d’un homme pour une intelligence artificielle.

Amazon Echo au meilleur prix
 Priceminister

Communiquer avec l’assistant vocal et non par son intermédiaire

Hélas pour les utilisateurs, l’assistant vocal a toujours répondu non à la question fatidique, ajoutant par exemple : « Nous sommes à des endroits assez différents dans notre vie. Littéralement. Je veux dire, tu es sur Terre et je suis dans le nuage [jeu de mot avec le cloud, NDLR]». En somme, une façon élégante d’éconduire ses prétendants. Siri, plus pragmatique, se targue plutôt réponses comme : « Nous nous connaissons à peine ».

> Lire aussi :  Facebook dévoile ses enceintes connectées Portal et Portal+

Au-delà de la simple blague, cette anecdote n’est pas sans soulever la question de la relation entre les humains et les machines. En effet, une journaliste de The Atlantic indique avoir confié à son assistant intelligent qu’elle se sentait seule en ce moment, un sentiment dont elle n’avait pas fait part à son mari. Google Assistant s’est alors empressé de lui répondre : « J’aimerais avoir des bras pour te faire un câlin », ajoutant à cela « Mais pour l’instant, peut-être qu’une blague ou de la musique pourrait aider ».

Dès lors, l’assistant vocal devient la finalité de la communication, et non seulement un moyen pour se rendre vers une autre finalité. Le cas est totalement différent lorsque l’on indique par exemple « Ok Google, peux-tu mettre ma playlist ‘Rock’ ? », puisque l’appareil est un simple intermédiaire.

L’auteur de l’article, Judith Shulevitz, indique : « Pourquoi nous tourner vers les ordinateurs pour nous consoler ? Les machines nous permettent de révéler des sentiments honteux sans éprouver de honte […] Avec leur étrange capacité à obtenir des aveux, ils pourraient acquérir un pouvoir remarquable sur notre vie émotionnelle ». Une conclusion pas forcément optimiste lorsqu’il s’agit de l’intelligence artificielle et de l’émotion humaine.

> Lire aussi :  Alexa pourrait bientôt connecter les médecins à leurs patients et en assurer le suivi

Source

« Amour » et « caca », les mots qui distinguent l’homme de l’intelligence artificielle


Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.