Suivez-nous

Fintech

Avec la fintech Younited Credit, Fortuneo s’ouvre au crédit à la consommation

Une collaboration tout aussi opportune pour la banque en ligne que pour la startup française.

Il y a

  

le

 
Fortuneo credit consommation
© Presse-citron.net

Fondée en 2000, la banque en ligne Fortuneo vient de franchir une nouvelle étape dans son offre bancaire. À partir de ce mercredi 10 juin, les plus de 800 000 clients de la filiale du Crédit Mutuel Arkéa en France, Belgique, Suisse et Luxembourg vont pouvoir accéder à un nouveau service de prêt personnel, pour du crédit à la consommation. Un moyen de compléter et finaliser la stratégie de la banque en ligne, qui vise à fournir une offre dite « essentielle » pour ses clients, comprenant un compte courant, des produits d’épargne, et désormais du crédit.

Ces dernières années, Fortuneo n’était pourtant pas si étrangère aux offres de prêts. Il y a trois ans, sa stratégie l’avait poussé à lancer une offre de crédit immobilier, un moyen de trouver une autre forme de revenus, pour la banque en ligne qui se targue aujourd’hui d’être la plus rentable du marché. Depuis, l’industrie a beaucoup changé, et pour faire face à un rythme bien plus soutenu où les banques se doivent de proposer des services simples et rapides, Fortuneo a décidé de se tourner vers une fintech, Younited Credit.

En substance, la nouvelle offre de crédit à la consommation se repose sur des taux fixes, aux mensualités constantes et pour des durées de remboursements allant de 6 mois à 7 ans. Les montants d’investissements prêtés varient quant à eux de 1 000 à 50 000 euros. Pour asseoir sa position 100 % digitale, Fortuneo annonce proposer son offre avec des signatures de contrat « directement en ligne ». Enfin, les réponses aux demandes de prêts sont envoyées dans les 24 heures ouvrées.

Credit conso Fortuneo

© Fortuneo

Une collaboration opportune

C’est sur ces deux dernières caractéristiques que la collaboration de Younited Credit a pris tout son intérêt. « Cela fait de nombreuses années que l’on travaille avec des fintech, c’est dans notre ADN » déclarait Grégory Guermonprez, le Directeur Fortuneo à Presse-citron, avant d’ajouter que « nous avons voulu nous associer au leader sur ce marché, avec la meilleure expérience client dans le domaine ».

Il faut dire que la fintech française n’en est pas à son premier coût d’essai. Elle qui avait déjà permis à la néo-banque berlinoise N26 d’ouvrir son offre à un nouveau service de prêt. Pas question pour autant de se comparer à ces nouveaux établissements pour Fortuneo, qui profitait de nous rappeler dans un entretien l’une de ses différences majeures avec les néo-banques : « chez nous, l’encours moyen est de plus de 30 000 euros par client, ce qui est loin de la moyenne des néo-banques, à 1000 euros. On peut y distinguer le volet épargne de la banque en ligne, qui n’existe pas chez les néo-banques qui ne se chargent que des moyens de paiement ».

Présent lors de notre échange, le directeur de Younited Credit Geoffroy Guigou partage aussi cette idée. Malgré que sa fintech reste totalement libre de continuer à travailler avec d’autres clients, « le crédit est un métier qui prend des temps d’apprentissage long. Il y a donc une prime au premier qui s’est lancé, à l’avantage de Fortuneo » nous expliquait le cofondateur de la pépite française. « Même si on est aujourd’hui 340 collaborateurs chez Younited Credit, on ne peut pas lancer un nombre infini de partenariats par an avec les banques. Ça donne un avantage à Fortuneo, par rapport à d’autres acteurs bancaires qui se lanceraient avec nous d’ici quelques mois ou plusieurs années », ajoutait-il.

Une crise déterminante pour Younited Credit

Tout cela n’aurait pas pu voir le jour sans que Younited Credit décide, le 29 novembre 2019, de lancer une branche pleinement consacrée à son activité B2B. Mais la crise due à l’épidémie de coronavirus fut encore plus déterminante : lors de ces derniers mois, avec une activité B2C en baisse, la fintech s’est érigée comme une nouvelle référence. Outre son dernier partenariat avec Bpifrance pour proposer un complément au Prêt Garanti par l’Etat pour les TPE/PME, de nombreux acteurs de la fintech commencent à se tourner vers les services de la jeune pousse.

« C’est sûr que la crise accélère le développement de notre branche Younited Business Solutions pour un certain nombre de raisons. Il s’agit des banques, qui souhaitent proposer leur offre de crédit, notamment du côté des banques de détail qui souhaitent accélérer leur digitalisation. Mais Younited Business Solution s’occupe aussi de proposer aux commerçants des solutions de paiement permettant d’étaler l’achat d’un bien. Nous leur proposons du crédit pour offrir des remboursements en plusieurs fois pour les clients. C’est un produit qui est réellement amené à se développer avec la crise actuelle » reconnaissait Geoffroy Guigou durant notre entretien.

Il se pourrait donc que d’autres établissements français finissent par faire appel à Younited Credit. La startup le sait et s’en félicite, tout en rappelant qu’au final, malgré son travail avec plusieurs acteurs, le produit final dépendra de la stratégie de la banque elle-même. « En matière de financement, même si nos technologies peuvent se retrouver chez différents acteurs, à la fin, ce qui fera la différence, ce sont les politique de taux et de risque. Chaque acteur de la banque en ligne a en quelque sorte sa stratégie, un appétit aux risques plus ou moins grand, et un positionnement concurrentiel qui peut varier. Sur ce point, il y aura toujours une marge de manœuvre forte pour les banques qui sont partenaires de Younited Credit », concluait son président.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *