Suivez-nous

Fintech

Avec la fintech Paylead, la donnée bancaire attire les investisseurs

La startup française lève 6 millions d’euros en série A, pour renforcer sa maîtrise de l’analyse de la data bancaire.

Il y a

  

le

 
Paylead donnees bancaires
© Paylead

Contrairement à d’autres fintech qui s’appuient sur des API externes pour leurs infrastructures, Paylead veut continuer à employer et développer sa propre technologie. Mis à part quelques nouveaux responsables dans l’équipe commerciale, la startup française centrée sur l’analyse de la donnée bancaire veut recruter là où elle possède toute sa richesse : son équipe tech et data.

Cette semaine, elle vient de boucler un tour de table auprès d’Open CNP, d’Hugues Le Bret (le fondateur du Compte Nickel) et de ses investisseurs historique Side Capital. 6 millions d’euros en série A viennent ainsi d’être injectés dans Paylead, qui vit une croissance rapide depuis sa création en 2016. Une bonne nouvelle pour le paysage fintech français, mais une moins bonne pour notre confidentialité ?

Que propose Paylead ?

« Les Fintechs continuent de séduire les fonds en ce début d’année et la donnée bancaire a le vent en poupe » se félicitait la startup dans un communiqué de presse paru ce jeudi 5 février. Il faut dire que désormais, elle est bien placée pour faire partie des leaders européens de son marché, celui de l’analyse de la donnée bancaire.

Mais finalement, que développe et propose réellement Paylead ? À ce jour, son modèle d’affaires se concentre autour d’un service de programme de fidélité pour les commerçants. En analysant les données bancaires de leurs clients, Paylead est en mesure de proposer à des enseignes de mettre en place des services tel que du cashback.

La face émergée de l’iceberg est plutôt intéressante. Elle va dans le sens du consommateur, en lui offrant ainsi une remise sur ses achats de quelques pourcents, et permet aux entreprises de récompenser leurs plus fidèles clients. Pourtant, à l’ombre de cette offre basée sur le traitement des données bancaires, des doutes persistent.

Les données bancaires attirent les investisseurs

Paylead se base sur les paiements effectués directement chez les commerçants qui ont souscrit à son service d’analyse. Autrement dit, sa mission l’entraîne à se pencher sur – et seulement sur – les transactions enregistrées dans une seule et même enseigne.

Pourtant, la levée de fonds que Paylead vient de recevoir a de quoi inquiéter. Elle montre une nouvelle fois l’importance que les projets en lien avec la data bancaire possèdent auprès des investisseurs.

Sans pointer du doigt Paylead ou l’un de ses concurrents en particulier, c’est au modèle de la banque numérisée en général qu’il faudra désormais ouvrir l’œil. Alors que les géants du web tels que les réseaux sociaux ou les fournisseurs d’appareils électroniques sont souvent au cœur de scandales liés à la confidentialité, l’open banking et les outils numériques gravitant autour de la banque seront les prochaines plateformes à recueillir des informations très détaillées sur notre vie et nos tendances de consommations.

Le 21 février dernier, un document confidentiel obtenu par VICE mettait en avant l’activité de Yodlee, le premier courtier américain de données bancaires. Au centre des questions : la tenue anonyme ou non de la big data revendue. Un questionnement inquiétant. Malgré la très récente prise de conscience de la richesse de confidentialité de nos données personnelles, les soupçons se concentrent déjà sur des éléments très sensibles. En parlant d’anonymat, c’est bien de l’un des derniers verrous de cette protection de nos données que l’on questionne déjà. La carte bancaire se transforme, se numérise et s’emporte partout. Mais ses traces sont bien réelles, et certains ne devraient pas tarder à en profiter.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *