Suivez-nous

Séries

Avec le confinement, le piratage de films et de séries pourrait très largement augmenter

La tentation pourrait devenir grande pour les internautes de passer par des sites pirates illégaux.

Il y a

  

le

 
pirate bay
© Presse-citron.net

Le coronavirus est en train d’impacter profondément le monde du cinéma. De nombreuses salles sont contraintes de fermer un peu partout en occident, au gré des mesures de confinement. Cette situation inédite profite notamment aux services de streaming et autres sites de téléchargement qui voient leur fréquentation exploser. Les utilisateurs français peuvent notamment retrouver les contenus des différentes plateformes légales comme Netflix, Apple TV+ ou Disney+ qui vient d’être lancé dans l’Hexagone. Mais d’autres acteurs devraient également tirer leur épingle du jeu : les sites de streaming et de téléchargement illégaux.

Selon une étude de la société Muso, la tendance est même déjà en route et les sites en question ont enregistré plus de 11,2 milliards de visites au cours du mois de février dans le monde. Le nombre moyen de téléchargements quotidiens de torrents de janvier à février a quant à lui augmenté de 36%. Pour cela, les utilisateurs font appel à toutes sortes de techniques pour se rendre anonyme, à l’image des VPN dont la cote de popularité explose ces dernières semaines.

De mauvaises habitudes qui pourraient devenir durables ?

La Chine avait auparavant ouvert le bal. Les 70 000 cinémas du pays ont dû fermer leurs portes en janvier. Les visites de sites pirates ont dans la foulée augmenté de 89 % entre le 18 et le 26 janvier. Sur le mois entier, elles sont en progression de 12,21 % par rapport à 2019.

Deux films semblent avoir particulièrement attiré l’attention des internautes de l’empire du Milieu. Les téléchargements de Contagion, le long métrage de Steven Soderbergh qui raconte l’histoire d’une pandémie, ont augmenté de 152 %. Parasite, le meilleur film aux Oscars, a fait encore mieux avec une progression de 240 %.

Avec les cinémas fermés un peu partout aux États-Unis et en Europe pour une durée encore indéterminée, on peut donc s’attendre à une poursuite de ce mouvement durant les mois de mars et avril. C’est une mauvaise nouvelle pour l’industrie cinématographique car on sait que même une fois les salles rouvertes, ces habitudes de consommation illégales de contenus pourraient bien perdurer.

1 commentaire

1 Commentaire

  1. PapounetUT

    12 avril 2020 at 16 h 55 min

    C’est sur qu’avec les multi rediffusions des navets sur les chaines française le piratage a encore de beaux jours devant lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Partenaire : Samsung

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests