[Blog Action Day] Le tour du monde dans un frigo

(cet article est signé Martin, suite à ma proposition de vous faire participer au Blog Action Day – proposition qui fut un bide, d’ailleurs, en fait vous vous en foutez de l’environnement :-))

Petite devinette : Le tour du monde dans un frigo vous y croyez ?
Oui, je sais ce que vous pensez :  "le super marché est à deux kilomètres de chez moi, donc tous les aliments qu’il y a dans le frigo × deux kilomètres ça fait… ça fait… sûrement pas le tour du monde !" Et je vous réponds faux ! Je vais vous présenter un de ces aliments qui a lui tout seul traverse à plusieurs reprises la France avant d’arriver chez vous !
Oui, oui, c’est le… Essayez de deviner 🙂

(cet article est signé Martin, suite à ma proposition de vous faire participer au Blog Action Day – proposition qui fut un bide, d’ailleurs, en fait vous vous en foutez de l’environnement :-))

Petite devinette : Le tour du monde dans un frigo vous y croyez ?
Oui, je sais ce que vous pensez :  "le super marché est à deux kilomètres de chez moi, donc tous les aliments qu’il y a dans le frigo × deux kilomètres ça fait… ça fait… sûrement pas le tour du monde !" Et je vous réponds faux ! Je vais vous présenter un de ces aliments qui a lui tout seul traverse à plusieurs reprises la France avant d’arriver chez vous !
Oui, oui, c’est le… Essayez de deviner 🙂

C’est sûrement l’un des aliments les plus populaires de votre frigo ! Il passe régulièrement à la télévision et généralement il vous coupe pile en plein milieu du film que vous regardez  (pô très sympô !). Il ne prend que très peu de place avec ses 10 cm environ et ses 125 grammes. Il adore les fraises, le lait, le sucre, les colorants, les conservateurs… car ces ingrédients font partie intégrante de lui.

Souvent, si l’on tend bien l’oreille lorsque l’on ouvre son frigo, on entend "glou, glou, glou…hum c’est bon le pétrole". Normal, c’est sa boisson préférée, il en boit sans modération… C’est d’ailleurs pour ça qu’il est le bonheur des compagnies pétrolières. De plus il ne se déplace que rarement à pied et la plupart du temps il utilise l’avion, le camion, le train, la voiture (le 4×4, ou de belles voitures de sport quand il a de la chance…). Il passe la majorité de sa vie à voyager et très peu dans votre frigo (sauf si vous oubliez de le manger).

Il parcourt environ 9115 km avant d’arriver entre vos mains et là… vous pouvez vous régaler en mangeant votre yaourt à la fraise.
Etonnant, n’est ce pas ? C’est pourtant le résultat d’une étude réalisée par une scientifique allemande, Stéphanie Böge.
Elle démontre qu’en additionnant la distance parcourue par tous les composant du yaourt à la fraise (fruit, lait, sucre, emballages, pot en plastique, étiquettes…), plus le trajet du produit fini jusqu’au domicile du consommateur, celui-ci parcours 9115 km !

Inutile de vous dire que j’écris cet article dans le but de rappeler que même un des gestes les plus banals comme manger un yaourt à la fraise est lourd de conséquences.
Bien sûr il n’en est pas de moindres conséquences que de boire du Caco Calo (à vous de deviner de quoi je parle), de manger un kiwi de Nouvelle-Zélande, ou de déguster des fraises à la chantilly au mois de Février ! Évidement il serait intéressant de développer ses multiples conséquences désastreuses dû au pétrole telles que les guerres, la destruction de l’environnement, les problèmes économiques (l’or noir porte bien son nom, Le pétrole est un luxe!)…
Mais en restant simple, sachant que l’or noir (le pétrole) commence à se faire rare et sachant que 20% de la population de la planète consomme 80% des ressources naturelles mondialeS, est-il responsable et juste de cautionner une telle industrie de gaspillage ?

Je ne peux me permettre de terminer cet article sans vous proposer au moins une alternative.
La première chose à faire serait de s’alimenter de manière plus locale et saisonnière. Pour cela, hop ! On regonfle les pneus du vélo non utilisé depuis 3 ans ou on enfile ses bonnes chaussures de randonnée qu’on utilise habituellement une fois par an, on endosse un sac, on récupère l’argent économisé du dernier 4×4 à la mode qu’on a refusé d’acheter (et du pétrole qui aurait été utilisé pour aller à l’hyper marché à 10 bornes de chez vous), et on va le dépenser au marché du coin dans de la bonne nourriture sans colorants, ni pesticide, ni sucre ajouté, ni autres produits chimiques et donc bio (pas forcément labellisé, les petits producteurs n’ont souvent pas le label bio car celui-ci coûte extrêmement cher), acheté à des petits producteurs (vous devenez créateurs d’emplois, quelle générosité ! continuez !).
Maintenant que vous vous êtes remis en condition physique après cette balade en vélo, je vous propose de mettre en route votre propre réflexion afin de trouver d’autres solutions simples et respectueuses.
Courage !

Martin – http://www.journal-lyceen.com

PS : On ne sait pas toujours quoi faire pour agir pour la protection de l’environnement. Le mieux sûrement serait de s’impliquer dans une association de protection de l’environnement. Seulement, un tel investissement n’est pas toujours évident. Alors pourquoi pas prendre quelques petites habitudes de vie respectueuse de la planète…
Voici quelques sites donnant des idées pour agir :

http://www.milpot.net/ : Pour favoriser la solidarité à sa porte…
http://www.defipourlaterre.org : Car chaque petits gestes compte.
http://alliancepec.free.fr/Webamap/index1.php : Pour consommer localement et responsable.
http://www.123envoiture.com/ : Moins de voiture sur les routes c’est pas plus mal non ?


Le tour du monde dans un frigo"]

Nos dernières vidéos

12 commentaires

  1. Une choses est certaine : je me coucherais moins bête ce soir grâce à cet article! 🙂
    Moi aussi j’ai fais un article pour le Blog Action Day, mais il est beaucoup plus modeste et un petit fouillis…
    Mais le geste est là, je tenais à en parler c’est important de respecter la planète sur laquelle on vit…
    Bonne continuation, et dans l’immédiat bonne soirée 😉

  2. Bonjour,

    Trés bonne article qui donne matière à réflèchir à l’impact que causes nos habitudes de consommation sur la biosphere.

    Un petit geste de l’homme, Un grand pas pour l’environnement.

  3. et voilà ! encore une fois, c’est le consommateur qui doit faire l’effort… :-/
    car, c’est bien connu, c’est le consommateur qui demande à ce que son yaourt à la fraise parcourt 9115km avant d’atterrir dans son frigo !

    et si on s’attaquait aux industriels, d’abord ?! 😉

  4. Bonsoir,

    @eiffel: je suis tout à fait d’accord avec ton commentaire ! La règlementation concernant les transports devrait être plus contraignante en matière d’économie d’énergie qu’elle ne l’est actuellement.
    Ton commentaire me fait penser à une fois où l’on m’a dit "… pourquoi sommes nous condamnés à acheter de l’alimentation Bio plus chère que l’alimentation modifier ?" Sachant que le bio c’est la nourriture à sa base, c’est pas très logique. Je ne sais pas si les efforts que je propose dans cet article sont réellement – des efforts – … en tout cas je pense que c’est une des solutions pour faire pression sur les industriels tout en ayant un mode de vie simple et surtout respectueux.

    @Namory : Merci beaucoup ! A propos de mode de consommation, j’ai lu une question très intéressante et qui fait beaucoup réfléchir "comment peut on espérer une croissance économique (donc croissance de la consommation) infinis, dans un monde où les ressources naturelles sont finis ?"

    @caro : Super que cet article t’ait plus ! Je pense également qu’il est aussi important de respecter une personne que l’environnement… N’hésite pas à parler de cet article si tu le veux bien 🙂

    Cordialement,

    Martin

  5. Super article.
    Le dernier numéro de Que Choisir (n°452 – Octobre 2007) propose tout un dossier sur ce thème.
    Produits de saison, produits localement (idéalement dans un rayon de 300km), agriculture raisonnée ou bio, conditions sociales des travailleurs… tout y est.

  6. [quote]"On regonfle les pneus du vélo non utilisé depuis 3 ans"[/quote] <– Très bonne idée ! Bravo pr l’article, c’est instructif.

  7. Pour avoir travaillé sur ce sujet, il faut savoir qu’en France, il y a de vrais travaux en cours afin de créer des outils de mutualisation des transports…au lieu d’avoir un camion à moitié plein qui transporte des marchandises pour un distributeurs on aurait un camion qui transporterait pour plussieurs distributeurs….moins de Km au final, les entrepôts sont tous concentrés au même endroit maintenant et donc gain d’argent pour les distributeurs….il n’y a que comme ça qu’on peut faire inflêchir leur position.
    Je vais au marché du coin quand je suis en Normandie, mais les champs sont pleins de pesticides et les camionnettes utilisées ne sont pas de première fraicheur (contrairement aux légumes) et polluent énormément

  8. Exemple vécu: un copain dirige une petite usine de yaourts à côté d’Annemasse en Haute-Savoie pour une très grande marque. Les palettes sont envoyées par semi-remorque, par la route, en… Bretagne, au centre de distribution national! Et ensuite dispachées, toujours par la route, dans toute la France…
    Donc, les yaourts de cette marque que l’on trouve au supermarché situé tout au plus à 2 km de l’usine de production ont traversé deux fois la France, même pas en ferroutage… un vrai scandale!

  9. Si seulement on pouvait aller au marché du coin… Déjà il faudrait qu’il y en ait un en dehors des heures de travail et à moins de 10 km de la maison… Idéalement sur la place du marché qui ne porte plus son nom avec raison depuis trop longtemps… Ouin, c’est juste devant chez moi !!!

    Pis des produits produits 🙂 "bio", au milieu de la Brie, entre céréales et betteraves, comment dire, "y en a pas", les gros agriculteurs du coin ont bien fait comprendre au petit qui voulait tenter l’expérience que "ça ne se fait pas ici, tu plies ou tu parts"

    Donc vu que le marché est en semaine, qu’il est plus loin que le supermarché en plus, que la qualité n’est pas forcément vraiment au rendez-vous et qu’on fait les courses pour deux semaines voir trois (du coup on en prend plus) c’est voiture…

    Et complément chez le petit épicier du coin, qui va tous les matins à Rungis (100 borne A/R) en camionette, pas trop "propre", bien trop vieille pour respecter ne serait-ce qu’Euro 3 (2 ?)…

    On n’a pas tous une campagne facile-facile (heureusement qu’on a un potager perso même si cet été n’a pas été très productif, à part pour les prunes et les haricots, important ça le potager perso pour respecter l’environnement niveau nourriture)

  10. pour ceux qui habite dans les bouches du rhone, le vaucluse ou le gard, il y a http://www.lepanierpaysan.com/pr...

    Que des produits locaux (je fais de la pub mais je n’ai aucun autre rapport que d’en être client régulier depuis 2 ans). et en plus c’est moins cher qu’au supermarché (j’ai fait 2 études)

    Et s’il y en a que cela tente le créateur cherche des personnes en France pour faire la même chose que lui

Send this to a friend