Cette combinaison dotée d’airbags équipe déjà certains skieurs aux JO de Pyeongchang

Le ski alpin est un sport très dangereux et les vitesses effrénées que les skieurs atteignent les exposent à un risque d’accident grave. Pour faire face à ce manque de sécurité, la société italienne Dianese a développé des combinaisons de ski équipées d’airbags qui se déclenchent en moins d’un clin d’œil.

Le test du D-Air Ski par Jan Farrel

Nous le savons, le ski à grande vitesse peut être très dangereux voire mortel. Nous savons aussi que les skieurs professionnels atteignent des vitesses de plus de 160 km/h sur certaines pistes, et c’est la raison pour laquelle être équipé en circonstance est primordial.

Des études pour protéger les skieurs…

A ce titre, de nombreuses études scientifiques se sont développées autour du ski alpin, visant à trouver les meilleures solutions technologiques pour atténuer les blessures corporelles lors d’accidents à grande vitesse. L’une des dernières innovations est tirée du Moto GP (championnat professionnel de motos) et ses combinaisons équipées d’airbags gonflables.

C’est ce que proposait déjà Dainese, la marque italienne leader des équipements motos avec sa technologie « D-Air » permettant de détecter le moment d’un crash et de gonfler en une fraction de seconde la veste afin d’en protéger un maximum le porteur.

… et une mise en application par Dainese

Certains skieurs (dont Lyndsay Vonn, championne olympique) ont pu, à l’occasion des JO de Pyeongchang, profiter de la technologie Dainese, baptisée « D-Air Ski« . Ce système utilise trois accéléromètres et autant de gyroscopes. Il est situé dans une plaque dorsale sous la combinaison des skieurs et des capteurs communiquent via GPS un millier de fois par seconde afin de détecter un accident. L’airbag se déploie en seulement 45 millisecondes et n’ajoute qu’environ 800 grammes supplémentaires à un skieur. (Sachez à titre de comparaison que le clignement de vos yeux prend environ 300 millisecondes.)

La grande complexité de ce système réside dans la détermination de ce qu’est un accident et de ce qui ne l’est pas. Le discernement du danger se fait par un algorithme qui selon le vice président de Dainese, Roberto Sadowsky au média CNET « a prouvé qu’il fonctionnait à peu près à 100 pour cent. »

« C’est vraiment un outil de soutien à la sécurité […] que les skieurs adoptent naturellement parce qu’ils veulent être protégés. » conclut Roberto Sadowsky.

La combinaison n’est pas en vente pour le grand public, mais la version pour motard coûte environ 1500 euros. Chaque airbag est à usage unique et son remplacement coûte 200 euros.

Source


Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.