Choc pétrolier et pic du référencement

Google vient d’annoncer une mise à jour de son algorithme afin de mettre en avant du contenu récent. Le groupe souhaite ainsi prendre d’avantage en compte la dimension SOMOLO (social, mobile & local), et s’inscrire dans cette tendance globale du web.

Article rédigé par Florian P. Webaddict, passionné d’actualité et webmarketer depuis plusieurs années, Florian s’intéresse notamment à l’économie et aux usages d’Internet dans le monde.

Google vient d’annoncer une mise à jour de son algorithme afin de mettre en avant du contenu récent. Le groupe souhaite ainsi prendre d’avantage en compte la dimension SOMOLO (social, mobile & local), et s’inscrire dans cette tendance globale du web.

La  question de l’évolution du moteur est importante tant la qualité des résultats de Google permet au groupe de vendre sa solution de référencement payant Adwords. Mais malgré les nombreuses mises à jour, il semble que les places à prendre se font de plus en plus rares dans le moteur, dont les pages de résultats n’ont que peu évolué ces dernières années.

Ted Ives, relayé par Laurent Bourrelly sur son blog fait une analogie entre le pétrole et le référencement : selon lui, 87% des mots clés/pages de résultats « importants » se sont stabilisés depuis 6 ans, et il considère qu’il reste encore trois années maximum pour que les 17% de positions restantes ne se stabilisent.

En se basant sur ses expériences chiffrées, il arrive à la conclusion que les ressources (mots clés disponibles) s’épuisent, alors que la demande s’accroit avec l’augmentation du nombre de référenceurs : on s’orienterait ainsi vers un pic SEO d’ici trois ans.

Face à ce constat, Laurent Bourrelly rappelle que le premier rempart face à ce phénomène reste de réduire au maximum la dépendance de son site envers les moteurs de recherche, tout en ajoutant que cette tendance illustre seulement la difficulté croissante du métier de référenceur.

Panda, le premier « choc pétrolier » du SEO ?

On apprend par ailleurs cette semaine que le moteur de shopping  Twenga assigne Google en justice après les conséquences de la mise à jour Panda, qui lui aurait fait perdre près de 60% entre Juin et Septembre 2011. En suivant l’analogie de Ives, on peut considérer que cette mise à jour est un « choc pétrolier » du référencement, et on peut s’attendre à des chocs collatéraux similaires à chaque mise à jour du moteur.

L’analyse de Ives, et les soucis de Twenga posent cependant la question de l’évolution des résultats dans les moteurs de recherche et de leurs conséquences :
Est-il normal pour Google d’avoir des résultats stables ? Reste-t-il de la place pour de nouveaux acteurs, alors que l’historique d’un nom de domaine est un critère primordial ? Un site pourrait-il vraiment détrôner Wikipedia ou Amazon ?


Nos dernières vidéos

19 commentaires

  1. Même quand on n’est qu’un petit blog le référencement peur être une source de traffic importante. Cependant, pour éviter d’être uniquement dépendant de google, des solutions existent maintenant, les réseaux sociaux !
    J’arrive à avoir des visites en me concentrant uniquement la dessus pour http://chatgagzine.wordpress.com/

  2. Pour répondre à la dernière question, pour moi la réponse est oui.
    Il est possible qu’un challenger apparaisse et détrône Google en tant que moteur de recherche. Woframalpha ou tout autre moteur de recherche sémantique par exemple. Ça ne se fera pas en un jour, mais c’est tout à fait possible.

  3. Pingback: Panda, le premier "choc pétrolier" du SEO ? | Référencement naturel et SEO | Scoop.it

  4. Il est assurément évident que la réduction de l’impact de Google est la meilleure chose qu’il soit.
    Avoir des visiteurs fidèles, des utilisateurs venant de facebook et twitter et tout le reste est 10 fois mieux que depuis google.
    Un internaute fidèle se fout de votre référencement google.

  5. Puisque que le référencement naturel n’est plus naturel, pourquoi ne pas aussi donner une part de marché équitable à chaque moteur de recherche ?

  6. Pingback: Panda, le premier "choc pétrolier" du SEO ? | Entertainment | Scoop.it

  7. Dans un business viable, il faut limiter au maximum son impact à google car du jour au lendemain on peut fermer boutique suite à une mise à jour. Pour moi, c’est la même chose sur les réseaux sociaux …

  8. Pingback: Panda, le premier "choc pétrolier" du SEO ? | Référencement Naturel | Scoop.it

  9. Merci pour la citation. La notion de Peak SEO est théorique, mais elle indique sans doute une réelle tendance.
    Dans les commentaires, je lis des interrogations pour trouver des palliatifs. Quelques solutions sont indiquées dans mon billet, mais l’idéal est de viser un trafic réparti en 3 tiers :
    http://twitpic.com/3r16ou

  10. Pingback: Panda, le premier "choc pétrolier" du SEO ? | Le Référencement naturel et ses interactions avec les réseaux sociaux et le référencement payant | Scoop.it

  11. Le travail du référenceur ne vas disparaitre mais évoluer. Google Panda est le commencement d’une série de MAJ de Google dont le but est d’avoir des résultats basés sur des critères moins « virtuels ». Le référenceur se doit de faire un travail de gestion, de formation et d’encadrement des personnes qui vont travailler sur le site web.

  12. Ces pas cette montée en puissance de google qui va donner un effet catastrophique à mes sites internet. Autant vous dire que si google plonge ya toujours bing et yahoo ^^.

  13. « Twenga assigne Google en justice » pour perte de trafic, doit on leurs rappeler que le trafic ne leur appartiens pas ? Google en fais ce qu’il veux ! C’est juste le résultat du monopole de Google.

Répondre