Suivez-nous

Réseaux sociaux

Comment une IA permet à un espion d’approcher ses cibles sur LinkedIn

Un espion aurait utilisé une photo de profil générée par une IA afin d’approcher des sources américaines de haut rang sur LinkedIn. Les intéressés n’y ont vu que du feu.

Il y a

le

linkedin
© stockvault.net

Il y a quelques mois, nous vous présentions le site ThisPersonDoesNotExist.com. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un générateur de faux visages créés par une IA. Ce procédé nommé generative adversarial network fonctionne à partir d’une base de données comportant de très nombreux visages humains afin de générer aléatoirement des photos qui s’avèrent au final assez crédibles.

La Chine serait une adepte de la pratique

L’on peut s’amuser à l’infini avec cette IA, mais certains semblent en avoir fait une utilisation beaucoup plus pragmatique. Une utilisatrice de LinkedIn du nom de Katie Jones dispose de 52 connexions sur le réseau social professionnel. Parmi elles, de nombreuses personnalités qui comptent à Washington, dont l’assistant d’un sénateur, un sous-secrétaire d’état adjoint ou encore Paul Winfree, un économiste actuellement candidat pour la Réserve fédérale.

En bref, du beau monde. Mais le souci semble être que Katie Jones n’existe tout simplement pas. Les mentions de son CV ne sont pas valables et les employeurs cités n’ont jamais entendu parler d’elle. La pratique des profils fantômes à des fins d’espionnage n’est pas nouvelle. La Chine serait particulièrement friande de ce genre de pratiques et viserait pas moins de 30 000 cibles, des personnes de plus ou moins grande importance. De quoi obtenir des informations intéressantes à moindres frais.

Mais ce qui surprend le plus avec Katie Jones, c’est que sa photo de profil aurait entièrement été générée par une IA. Si le visage s’avère légèrement asymétrique, il semble bien difficile de distinguer qu’il s’agit d’un faux. D’autant que les utilisateurs de LinkedIn ne sont pas toujours très attentifs lors de la réception d’une demande de connexion. « Je suis probablement le pire utilisateur de LinkedIn dans l’histoire de LinkedIn … J’accepte littéralement toutes les demandes d’amis que je reçois » affirme à ce sujet Paul Winfree.

Depuis sa découverte, le compte de Katie Jones a été supprimé par LinkedIn qui se livre à une vraie chasse aux fakes. Il en va de la crédibilité de ce réseau social. Il faudra toutefois s’habituer à l’utilisation de l’IA à des fins peu scrupuleuses. La sensibilisation et la vigilance des utilisateurs semblent être les meilleures armes pour y faire face.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests