Suivez-nous

Réseaux sociaux

Comment le compte Twitter du patron du réseau social a été piraté ?

Vendredi dernier, le PDG de Twitter a vu son propre compte piraté sur son réseau social. Mais comment les hackers ont-ils réussi à s’emparer d’un compte aussi important ?

Il y a

le

Twitter social
© Unsplash / Marten Bjork

Décidément, les réseaux sociaux ne sont pas si sécurisés que l’on souhaiterait l’imaginer. Vendredi 30 août, ce n’est d’autre que le premier compte Twitter apparu sur la plateforme au petit oiseau bleu, qui a connu un piratage bref de plusieurs dizaines de minutes. Un cas qui n’est pas isolé, mais dont la cible ne fut d’autre que le PDG Jack Dorsey, ayant cofondé le site de microblogging Twitter.

Le compte de l’entrepreneur et milliardaire de 42 ans a ainsi été hacké par un groupe déjà connu sur la toile, grâce à son identification par le hashtag « #ChucklingSquad », le nom d’un groupe apparent de pirates informatiques ayant pris part à une vague de prise de contrôle de comptes de réseau sociaux cette semaine. En l’espace d’une vingtaine de minutes, des tweets haineux et racistes ont été publié sur la toile, via le compte de @jack, le premier du genre à être apparu sur Twitter, à la date du 21 mars 2006.

Comment le patron de Twitter a pu se faire pirater son propre compte ?

Il s’agit certainement de la cible numéro 1 pour effectuer un piratage original, percutant et de grande visibilité. Le compte Twitter de Jack Dorsey est également à l’origine du tout premier tweet de la plateforme, mentionnant à l’époque : « Just setting up my twttr » (je règle mon Twitter).

Difficile à croire donc que le cofondateur de la plateforme américaine ne possède pas une sécurité de taille pour accéder à son compte, à commencer par l’identification à double facteurs, proposée pour tous les utilisateurs. Pourtant, aux alentours de 22 heures (heure de Paris), son compte a bel et bien été piraté.

Les raisons liées à l’intrusion sur son compte n’ont toujours pas été confirmées. Il faut dire qu’elles font entrer en jeu une autre entreprise, n’étant qu’autre que le deuxième opérateur de services mobile aux États-Unis, AT&T. La compagnie pourrait être à l’origine de la mésaventure de Jack Dorsey. En effet, le cofondateur de Twitter aurait changé de carte SIM dans une période précédant l’intrusion, « et le numéro de téléphone associé au compte a été compromis à cause d’une faille de sécurité du fournisseur mobile », déclarait le service de communication de Twitter, via la plateforme.

Twitter patron piratage

© Twitter Comms

Le service Cloudhopper, à l’origine du piratage du compte du patron de Twitter

Comment un changement de carte SIM aurait-il pu en arriver là ? A l’origine de Twitter, l’outil de microblogging était accessible par SMS, d’où les tweets étaient finalement envoyés. Avant que l’application mobile arrive et permette de tweeter directement depuis la plateforme, les internautes passaient par un numéro spécial auquel ils rédigeaient leur tweet, pour ensuite pouvoir le publier sur le réseau social.

Ce service existe toujours, et s’appelle désormais Cloudhopper du fait d’un rachat par Twitter d’une société permettant de l’aider à développer son service d’envois de tweets par SMS. A en croire les messages des pirates depuis le compte de @jack, ce dernier aurait été utilisé par les hackers. En regardant les tweets postés, la mention du service est présente, et semblerait démontrer l’origine du piratage. Pour l’heure, AT&T n’a pas souhaité s’exprimer quant à la mésaventure. L’entreprise avait par ailleurs déjà été reconnue fautive pour le piratage de plusieurs comptes Twitter de youtubeurs, dont James Charles, Shane Dawson ou encore le comédien King Bach.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publication recommandée

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests