Commentaires et discussions : la grande évasion

La question est récurrente, et je ne suis pas le premier à la poser : l’âge d’or des blogs est-il révolu ? Quelques indices laissent penser qu’effectivement la plus belle période serait derrière nous. Encore faut-il s’entendre sur ce que l’on considère comme « l’âge d’or ». Si l’on s’appuie sur des critères comme la croissance régulière

La question est récurrente, et je ne suis pas le premier à la poser : l’âge d’or des blogs est-il révolu ?

Quelques indices laissent penser qu’effectivement la plus belle période serait derrière nous. Encore faut-il s’entendre sur ce que l’on considère comme « l’âge d’or ». Si l’on s’appuie sur des critères comme la croissance régulière et exponentielle du trafic, alors oui, on doit pouvoir dire sans trop se mouiller que la plupart des principaux blogs, notamment high tech, connaissent depuis quelques mois sinon une baisse du moins un tassement de leur croissance. Ce qui signifie que celle-ci continue à progresser, mais probablement moins fortement que durant la période faste de 2005-2008. Contredisez-moi avec des exemples si je me trompe.

tw

Stagnation ou maturité ?

Si l’on considère les choses du point de vue du verre à moitié plein (surtout s’il y a un bon mojito dedans), on peut aussi analyser cette stagnation comme un palier temporaire qui préfigure une prochaine période de croissance, celle où le grand public investira en masse les médias sociaux. La courbe de croissance de l’audience de Presse-citron a toujours fonctionné selon cette logique : des périodes de 3 à 6 mois de forte augmentation du trafic suivies de phases de stagnation d’un trimestre, l’ensemble formant un escalier aux marches relativement régulières sur une période de 5 ans.

Toujours dans cette logique, on peut également considérer que les blogs sont arrivés à maturité, et que les plus anciens (ou les plus fréquentés) se sont un peu institutionnalisés, qu’ils font partie du PIF (paysage internet français), et que leur audience ne grossira plus de façon aussi forte que durant la période précédente.

Enfin, si l’on attribue ce palier de croissance à l’explosion de l’audience sur les réseaux sociaux (Twitter et Facebook principalement), qui par effet de vases communicants aspirent les internautes qui auparavant passaient davantage de temps sur les blogs, on peut aussi considérer que ce trou d’air est temporaire, dû à un effet de hype qui se tassera au profit des autres sites, et que ces derniers retrouveront une progression régulière quand le mouvement de balancier leur sera de nouveau favorable.

Bref, les blogs ne sont pas morts, ils sont juste mûrs. Sinon qui va produire du contenu ? Certainement pas Twitter, qui n’est qu’un relais. Ce qui m’évoque d’ailleurs une analogie que l’on pourrait faire avec l’économie des biens et des services : les entreprises de services existent parce-qu’il y a en amont des entreprises industrielles pour produire des biens. Sur le web, les créateurs de contenu sont les manufacturiers et les réseaux sociaux représentent le tertiaire. Et comme dans l’économie traditionnelle, le tertiaire pourrait devenir le secteur le plus important. Ca vaut ce que ça vaut mais j’y crois.

On discute, mais chez les autres

Il y a en revanche un domaine où l’empreinte des réseaux sociaux se fait réellement sentir. Ce domaine ce sont les discussions. Avec l’avènement de Twitter nous avions déjà constaté un déplacement des commentaires sur le site de micro-blogging, y compris de réactions à des articles publiés dans les blogs, mais j’ai le sentiment que ce phénomène s’amplifie très fortement depuis quelques semaines. Les commentaires connaissent un effet de dispersion important, sur Twitter mais maintenant aussi sur Facebook, notamment du fait que nos articles sont publiés, republiés, tweetés, re-tweetés ou agrégés automatiquement un peu partout. Du coup le visiteur réagit spontanément de là où il, est sans forcément revenir sur la source d’origine. En fait Twitter et les autres ne créent pas de contenu (ils le reprennent juste), mais ils sont un support pour faire du contenu à partir des discussions. Résultat : moins de commentaires par article sur les blogs, et les discussions qui partent dans le nuage… Même si des extensions comme BackType permettent de rapatrier automatiquement les commentaires sur son blog.

Je me demande si ce dernier phénomène n’est pas plus préoccupant pour celui qui produit du contenu, qu’une éventuelle stagnation de son audience. Car – vous le savez, c’est un de mes crédos – les discussions constituent l’essence même des blogs (pas loin de 100.000 commentaires sur Presse-citron pour près de 5000 billets publiés, je vous laisse faire le calcul pour trouver qui produit le plus de contenu ici). Si les gens qui passent chez vous viennent juste prendre une part de gâteau et se barrent chez le voisin pour le déguster et bavarder autour, la maison va être moins animée, et donc moins gaie, forcément.

En fait, même si certains sont marginaux, il y a plusieurs modes de dispersion des commentaires, qui constituent chacun une fuite de la matière vivante qui normalement caractérise les blogs : quand un billet est publié, il est donc commenté sur le blog lui-même, mais aussi sur Twitter, Facebook, par email (il m’arrive de recevoir des commentaires par email). Et ces commentaires ne s’additionnent pas : ils se soustraient de ceux postés sur le blog.

S’adapter ou mourir ?

Les réseaux sociaux et le micro-blogging, dont l’émergence et la croissance ont accompagné celle des blogs avec l’arrivée du Web 2.0, seraient-ils en train de jouer un mauvais tour aux blogueurs en leur mangeant la laine sur le dos ? Je ne le crois pas, mais le risque existe. Il est certain que les lignes bougent, et que les blogs vont devoir s’adapter à cette nouvelle donne, tant du point de vue technique qu’éditorial.

Se réinventer, se remettre régulièrement en question : une routine d’entrepreneur. Sinon tu es mort.


Nos dernières vidéos

40 commentaires

  1. C’est l’effet de monopole qu’est en train de prendre facebook maintenant accessible depuis de multiples sites portails ou depuis les mobiles.

    Je tiens l’exemple d’une des dernieres pub pour un telephone mobile où le premier argument de vente est sa fonctionnalité Facebook !

  2. L’apparition des blogs devait avoir un impact négatif sur les forums.
    Pour que le blog tienne il faut continuer de l’animer, de répondre aux commentaires et de produire du contenu.

  3. Oui effectivement Eric, ce qu’apportent les medias sociaux en terme d’audience, ils le reprennent très largement…

    Un truc qui m’avait affolé à une époque c’était le système de bookmarks de Facebook et notamment quand je me suis aperçu qu’une fois bookmarqué, facebook ne renvoyait pas vers votre site, mais construisait sa propre URL… en somme il aspire le web… les pages fans ou l’on publie plus dessus que sur son propre blog, facebook connect qui ne donne que des moitiés d’utilisateurs etc…

    Bref, je deviens allergique aux médias sociaux en ce moment…

  4. Bien d’accord sur le risque des « fournisseurs de contenus » mais je pense que c’est l’une des forces potentielles de GWave: une intégration blog/micro-blogging/réseaux sociaux.

  5. Je voudrais répondre sur l’impact financier que peut avoir cette migration des commentaires (pouvant être liée à la baisse de dynamisme qu’elle peut engendrer.
    Une piste possible: un blog pourrait se monétiser à la fois en fonction des visites qu’il reçoit directement, mais aussi en fonction de la diffusion de ses articles. On pourrait alors imaginer un système de pub insérée dans l’article qui s’exporte avec lui (lors des diffusions sur les réseaux sociaux, les lecteurs de flux RSS)et serait capable de comptabiliser son nombre d’affichage (ou de clic, ou d’autres critères) et de rétribuer l’auteur en conséquence.
    Je ne sais pas si ça existe déjà (surement, vu que tout existe déjà sur le net 😉 )et si c’est vraiment réalisable, mais ça va dans le sens d’une certaine justice pour les créateurs de contenus type blog.

  6. Eric

    @faxos : bonne idée, c’est un peu ce que l’on fait déjà en insérant des pubs dans le flux RSS. Autre idée, puisque c’est la valeur ajoutée des blogs : payer un abonnement pour pouvoir poster des commentaires 🙂

  7. Je pense que les blogs de type « perso », ou on on étale ses états d’âme avant de partir au boulot le matin sont effectivement supplantés par les rouleaux compresseurs style FB. Par contre, les blogs de type « pro » (genre presse-citron) n’ont rien à craindre.

    La raison ? Ces blog de type « pro » ne ressemble pas à des « blogs » tels que le commun des mortel semble l’entendre, mais à des « sites web » classiques.

    Pour prendre un exemple concret, quand je surfe sur jeuxonlines, clubic, ou presse-citron, je n’ai pas le sentiment de surfer sur un site différent (dans le concept), si ce n’est, « eventuellement » le caractère plus « intimiste » de presse-citron car il n’y a qu’un intervenant.

  8. Le citron deviendrait t il trop mure?
    Effectivement, pour l’instant, il serait difficile de prévoir la disparition des blogs car créateur de matière première.
    A moins bien sur que l’on ne délocalise tous les bloggeurs en Chine!
    Quand je visite un lien via twitter, je laisse tout de même un commentaire. Mais je constate que ma pratique n’est pas légion.
    Comment donner envie aux internautes de laisser une trace?

  9. Je fais un peu le même constat que toi Eric. Ca twitte, ça retwitte, mais la discussion n’est plus centralisée dans les commentaires. De même moins de discussions inter-blogs j’ai l’impression. Après ça reste du subjectif, et ma perception n’est pas forcément celel de tout le monde.

  10. Si tu acceptes le fait que els discussion partent chez FaceBook, tu pourrais ajouter FaceBook connect sur ton blog afin de récupérer peut être une partie des commentaires, postés sur ton blog mais avec un profil FaceBook…

  11. monétisation, pub, payer… autant de mots que les internautes ne veulent surtout pas voir !!!
    je crois que vous faites tous fausse route: il faut plutot chercher à se financer autrement: proposer des goodies par exemple ou comme techcrunch, développer une tablette.
    Certes il est vrai que l’âge d’or est révolu (je me souviens des débuts de notre premier blog qui faisait 600 visiteurs/jour en même pas 3 mois puis passer à 2000 visiteurs/jour)
    aujourd’hui, si on a 200 visiteurs/jour, on peut être satisfait, pourtant le contenu a été enrichi (live, interview, exclu…, autant de choses qui normalement aurait dû boosté le trafic). il y a matière à reflexion sur une prochaine évolution ou adaptation des blogs dans les prochains mois et sur le web commme tout va très vite, tout s’accèlere, si on rate le train en cours, on risque vite de disparaitre.

  12. un billet pour un pote….19 billets sur twitter, 259 billets sur mon nombril….zzz…zzz
    Attention car dans la nature la phase qui suit la maturation , c’est la décomposition….on appelle aussi ça la pourriture !

  13. Le problème est plus lié au modèle économique des blogs « professionnels ».

    Pour les blogueurs qui décident de vivre de cette activité le modèle économique dominant c’est la pub, et avec l’avènement des flux RSS et de la (re)publication des contenus le seul moyen de continuer à faire venir les lecteurs sur le blog ce sont les commentaires (ce qui fait que je suis ici aujourd’hui d’ailleurs _sinon je ne sors pas de Greader…_).
    Avec la dispersion des commentaires via Twitter, Facebook et consorts c’est une des dernières raisons d’un lecteur régulier de venir sur le blog qui s’envole et, de ce fait, moins de visibilité pour les pubs.

    Il reste cependant une chance aux blogs, les personnes qui cliquent le plus sur les pubs sont celles qui proviennent d’une recherche sur un moteur et, dans ce domaine, le blog reste encore le support idéal.
    Mais pour combien de temps…

  14. Pour ma part je trouve un bénéfice bienvenu à l’arrivée massive des internautes sur twitter : cela décante tous ces blogs qui se contentaient de relayer (et se pensaient producteurs de contenu), puisque 140 signes suffisent largement à faire ce qui constituaient leur « ligne éditoriale » (je suis gentil).
    Ces blogs sont l’anti-thèse du billet ici présent, qui est un modèle éditorial.

  15. Merci à toi Eric pour le link dans l’article 🙂

    Concernant la fuite des commentaires vers Facebook et autres réseaux tu as raison de la souligner.

    Les blogueurs (nous tous), payons un peu l’engouement précipité vers ces réseaux, et devons faire face à une sècheresse des commentaires.

    Un vrai dilemme, d’un part on souhaite faire connaître son article alors on le diffuse avec des relais média, mais d’un autre côté on perd des commentaires sur notre site.

    Je pense personnellement qu’il s’agit là d’un sacrifice naturel et impossible à éviter.

    Il faut bien être conscient que nous ne publions jamais en intégralité notre article vers d’autres sites.

    Alors au final, les internautes seront bien forcés de lire l’article original sur le support principal.

    La question est donc pourquoi font-ils des commentaires ailleurs que sur notre site ?

    Par fainéantise ?

    A mon avis les commentaires apparaissent plus facilement sur Facebook ou autre car les contraintes pour poster sont moins grandes.

    Nous avons tous des gros soucis de spam qui nous obligent à blinder nos blogs de protection. Autant de barrières à l’entrée.

    D’autant plus que les visiteurs lambda ont la flemme de faire une inscription en ligne.

    Pas de champs à remplir à chaque fois, et une pseudo intimité vis à vis du web en général.

    J’ai d’ailleurs remarqué que les commentaires sur Facebook étaient souvent plus « décalé » et drôle.

    Le mal des blogs vient entre autres de là je pense, de la lourdeur à publier un commentaire.

    Je me souviens à une époque sur un de mes sites avoir testé un full access à mes visiteurs, sans aucune contrainte pour poster des commentaires. Je dois avouer que l’opération fut bonne, le compteur avait grimpé en flèche.

    Mais il n’aura pas fallu longtemps pour que des spammeurs s’incrustent.

    Alors le spam tueur de blog ?

  16. @Erci,

    ajoute un module pour ajouter des commentaire au DESSUS de ton article, tu verra bien si cela à un impact. Sous FaceBook on est clairement poussés à commenter, notre photo apparait en dessous des posts ^^

    Tu peux toujorus essayer la double entrée pour les commentaires…

  17. @deballer.com : je suis perplexe sur votre analyse… les analyses et expériences ici et là montrent que si le bénéfice est réel, les internaute ne sont pas partisans du moindre effort du tout. Par ailleurs, si la barrière technique ou d’usabilité était une raison principale, il n’y aurait pas autant de gens sur facebook (qui reste un site avec sa logique ergonomique et éditoriale assez complexe).

    Je pencherais plutôt la dimension psychologique : des internautes trouvent tout simplement plus simple de partager du contenu avec un cercle privé ou semi-privé, sans forcément s’afficher tel quel sur la toile publique (en commentaire d’un blog). On se (re)constitue sa petite veille personelle avec la discussion « propriétaire » qui va bien.
    Ca rejoint aussi, de fait, l’aspect éditorial des choses : dans un blog, il y a un émetteur, le bloggueur. Le commentateur se fait émetteur a posteriori aussi, à l’attention du premier. La discussion sur un billet de blog ailleurs que sur un blog laisse les commentateurs s’affranchir du rapport interactif entretenu habituellement avec le bloggueur et sa communauté éventuelle…

  18. Le blog professionnel va mourir. Tout ceci est une évolution normale avec l’arrivée et la démocratisation de Facebook, Twitter et consorts.

    Avant, pour écrire quelque chose, il fallait faire une démarche proactive : créer un blog. Soit un blog sur des plateformes ouvertes telles que Blogger, Canalblog etc., soit en installant un logiciel dédié sur un espace d’hébergement. Dans tous les cas, c’était comme l’opposition entre le livre et la télévision. Pour l’un on s’oblige à imaginer quelque chose, pour l’autre on reçoit de l’information déjà prédigérée, préformatée.

    Le bloggeur pro ou non, était vu jusqu’alors comme le grand manitou du web : comme il est beau, comme il est fort, comme c’est bien présenté ce qu’il dit, comme il écrit bien ! tout ceci donnait des complexes au futur bloggeur dans l’âme. Le seul truc qui lui restait : les commentaires. Mais bon c’est pas lui qui avait lancé la discussion en premier donc c’est forcément moins bien

    Avec l’arrivée de Facebook (surtout depuis qu’il est en français), de Twitter et des outils de Social Networking en général, poster un message ou un article sur un sujet qu’on a dans la tête est devenu très facile et immédiat. Plus besoin de monter des usines à gaz, il suffit de se connecter sur les réseaux sociaux et d’écrire (en même temps que l’on vérifie le dernier mail de grand maman, ou le poke de la super blonde sur la super photo d’un ami facebook…)

    Le blogging à Papa est mort, vive le blogging

    (On peut d’ailleurs remarquer une baisse des visiteurs uniques ces derniers temps, stats Google Analytics)

  19. @Peter : je me demande si tu ne fais pas un amalgame entre contenant et contenu. L’évolution vers une plus grande facilité pour publier est une bonne chose, par exemple, tu utilises wordpress sur ton site, cela te permet de ne pas être informaticien.
    Mais ce n’est pas pour autant qu’une démarche pro-active sur ton contenu n’est plus nécessaire. L’interêt, c’est de justement se concentrer sur ton contenu, et pas sur l’html ou le css. Le blog à papa façon frontpage est mort, je suis d’accord, mais les articles de papa, pour le moment je le préfère au blogging tendance truffé de rOOOAA , lol sur fond d’un article à deux balles.

  20. @JJ : « Des internautes trouvent tout simplement plus simple de partager du contenu avec un cercle privé ou semi-privé, sans forcément s’afficher tel quel sur la toile publique ».

    Je partage cet avis puisque j’ai écrit plus haut :
    « Pas de champs à remplir à chaque fois, et une pseudo intimité vis à vis du web en général. »

    🙂

    Et comme je l’ai déjà dit, on ne peut pas s’arrêter à ce seul argument. L’aspect technique apparait également, par expérience j’ai déjà constaté que le côté « administratif » des blogs pour était répulsif et pouvait freiner certain visiteur à commenter.

    Et concernant Facebook je ne suis pas d’accord, le site est on ne peut plus simple. Une fois inscrit, vous pouvez commenter tout et n’importe quoi en seulement un clic… Ce qui est très loin d’être le cas pour les blogs…

  21. Je ne trollerai pas sur le thème facebook puisque ce n’est pas le sujet de ce billet, cependant je constate que beaucoup de gens primo-arrivants sur facebook avouent « ne rien y comprendre ». Deux semaines après, l’effet d’accoutumance a bien joué et ça leur paraît naturel. Mais le bénéfice perçu lorsqu’on est invité à cliquer « j’aime » sous un item n’est pas d’une évidence radicale. En tout cas il n’y a guère que la génération C qui se sent comme un poisson dans l’eau dès la première minute, les « digital natives » ayant défriché un peu le terrain du temps du facebook anglophone…

  22. Pingback: L'impact de Twitter sur les blogs | Presse-Citron

  23. Sans ses commentaires, un blog n’est plus qu’un magazine… Plus de lien communautaire, plus d’interactivité avec le lecteur, plus de crowd sourcing non plus…

  24. Bonjour à tous,

    comme dit plus haut, il me semble également que les blogs « persos » vont disparaitre au profit d’une migration vers Facebook et autres réseaux sociaux. Cela signifie peut-être moins de Skyblog et ce n’est pas forcément une mauvaise chose 😉

    Pour les blogs d' »experts » ou de passionnés, c’est différent : je pense que l’usage de cet outil est bien ancré et je ne vois pas comment il pourrait disparaitre : on ne peut pas évoquer des sujets de fond en 140 caractères par exemple. Les blogs restent tout à fait complémentaires des outils de micro-blogging de type twitter : l’affichage des tweets dans un blog permet au visiteur d’aller plus loin et d’accéder à d’autres ressources via une interface unique.

    La question que je me pose, c’est est-ce que les blogs vont évoluer vers des solution CMS à part entière et est-ce que certaines entreprises ne vont pas switcher leurs sites intitutionnels sur des plate-formes de type WordPress qui permettent de lier des pages, d’aggréger des actus et de converser avec les visiteurs.

    Les avantages me paraissent multiples : gain de temps en intégration et développement – meilleur référencement – maintenance simplifiée etc…

    L’avenir des blogs..C’est peut-être le bon vieux site internet…sauce 2.0

  25. Pingback: La vie est belle, par Beru » Depuis 1 mois

  26. Pingback: Twitter appauvrit-il les blogs ? | Presse-Citron

  27. Pingback: Einstein en 140 caractères, ou la psychologie du commentaire | Blogue 90 degrés

  28. Pingback: Au tour de Facebook | Vincent Dutrait - Illustrations

  29. Pingback: Restructurer son réseau social pour mieux communiquer | Presse-Citron

  30. Pingback: Interview : Eric Dupin de Presse-Citron

  31. Pingback: Discussions dans les blogs : Highlighter, l'extension qui change tout

  32. moi par contre je pense au contraire que les petits blogs tendent de plus en plus à se faire connaitre via les plus gros et deviennent eux-mêmes plus importants créant ainsi des réseaux de blogs et sous-réseaux de blogs importants.

  33. Pingback: Nouvelle plate-forme de commentaires Facebook : quelques remarques

  34. Pingback: Google+ publie son API pour la recherche, les +1 et les commentaires

Répondre