Compagnies aériennes : les technologies au service du confort, par petites touches…

Les innovations technologiques que j’ai pu tester lors de mes derniers voyages en avion m’ont inspiré ce billet, que je souhaitais vous proposer depuis déjà quelque temps. Avec les quelques dizaines de milliers de miles que j’ai accumulés dans les airs sur l’année écoulé[1], j’ai eu le loisir d’observer et de comparer les prestations proposées,

Les innovations technologiques que j’ai pu tester lors de mes derniers voyages en avion m’ont inspiré ce billet, que je souhaitais vous proposer depuis déjà quelque temps.

Avec les quelques dizaines de milliers de miles que j’ai accumulés dans les airs sur l’année écoulé[1], j’ai eu le loisir d’observer et de comparer les prestations proposées, au sol mais surtout à bord.

J’ai donc pu constater les progrès, ou du moins les évolutions qui ont investi ce secteur. Si j’ai rarement été bluffé par les « nouveaux » services proposés, plutôt à la traîne par rapport à ce à quoi notre vie numérique terrestre nous a habitués, le geek en moi a quand même noté quelques points dignes d’intérêt, dont voici les principaux.

La caméra embarquée qui filme ce que le pilote voit. Un service attendu par de nombreux voyageurs depuis longtemps. S’il ne révolutionne pas le confort du passager, il offre une vraie distraction. J’y enfin eu droit à bord d’un Boeing 777 d’Air France sur un Paris New York en juin dernier. En fait, il y a deux caméras, comme sur un AR.Drone 🙂 : l’une sous la carlingue, fixée sur le ventre de l’appareil, qui filme le sol, ce qui permet aux voyageurs assis loin des hublots (rangée centrale) de voir ce que l’avion survole à la verticale. L’autre caméra, placée dans le nez de l’avion, filme ce que le pilote voit. Les deux diffusent la vidéo live sur votre écran individuel si vous choisissez le canal correspondant. La vue caméra du cockpit est fascinante lors des manœuvres d’atterrissage : vous voyez exactement ce que le pilote voit, de la descente jusqu’au stationnement. L’approche et le contact avec la piste sont un grand moment de cinéma !

Voici ce que cela donne en vidéo (ici sur un vol Tam à Recife au Brésil) :

Le WiFi et internet à bord : luxe ou ultime nuisance ? Delta Airlines a été l’un des pionniers dans l’offre WiFi à bord de ses avions. Je n’ai pas eu l’occasion de tester, et, comme pour le TGV, je suis partagé sur cette option : l’avion, encore plus que le train, reste l’un des derniers endroits de tranquillité mentale absolue, un moment où vous n’êtes pas connecté. Des instants privilégiés où vous pouvez laisser divaguer votre esprit, réfléchir, prendre des notes… Finalement je me demande si le vrai luxe ne sera pas plutôt de ne pas avoir de connexion web. Cela étant, sur un vol de 10 heures, pouvoir surfer un peu ne doit pas être si désagréable que cela.

Divertissement : bien mais peut mieux faire. De gros progrès en quelques années, avec les écrans individuels tactiles en réseau, qui permettent d’accéder à des dizaines d’heures de programmes audio et vidéo, et même des jeux. Je ne suis jamais autant allé au cinéma qu’au cours de ces derniers mois, où j’ai eu le temps de dévorer de nombreux films récents pendant les vols long-courriers. Malheureusement, à l’ère des écrans HD et de l’iPad, la qualité et la définition des écrans embarqués dans les avions fait un peu pitié.

Audio. Sur un vol American Airlines, j’ai eu la chance d’avoir à disposition un casque audio haut de gamme Böse avec fonction d’annulation de bruit (« noise cancellation »). L’effet en vol est génial : quand vous activez la fonction vous n’entendez plus un bruit extérieur, et comme en avion le bruit extérieur est principalement celui produit par les réacteurs, et qu’il est continu et sur une plage de fréquence stable, vous n’entendez plus rien. Comme si le pilote coupait les moteurs. Parfait pour vous relaxer même si vous n’écoutez pas de musique ni ne regardez de film : écouter le silence à 11.000 mètres de hauteur est plutôt relaxant. Bon, chauffeur, tu peux remettre les gaz maintenant, on tombe.

La fin des magazines papier et le passage au numérique. Avec l’avènement des supports de publication numérique et les versions web des principaux titres de presse internationale, les compagnies aériennes lorgnent du côté des économies que pourrait représenter la suppression des journaux papier dans les avions. C’est Singapore Airlines qui va ouvrir le bal de la lecture numérique : Bientôt la fin des journaux papier à bord des avions ? Ajoutons à cela diverses initiatives – pour le moment réservées à une élite – qui consistent à proposer des iPad chargés avec les journaux du jour à bord de certains vols : Avec IXAIR l’iPad s’envoie en l’air.

Ixair iPad

On le voit, le progrès technologique au service de l’agrément du passager arrive à doses homéopathiques dans les avions. Il y en a d’autres, comme la possibilité de téléphoner (au prix fort) sur certaines lignes, ou encore le réseau social aérien Air France KLM Bluenity. Dans le même esprit, l’Airbus A380 propose un réseau de communication entre passagers à l’intérieur des avions pendant le vol, utilisant justement les écrans individuels pour chatter entre gens de bonne compagnie et créer des liens dans les nuages histoire de passer le temps.

Et dans le futur ?

Difficile d’imaginer ce qui pourrait améliorer le confort et l’agrément des passagers, mais il reste encore certainement quelques pistes à creuser, en s’inspirant de notre environnement quotidien comme par exemple la possibilité de regarder la télé autrement qu’avec des vidéos pré-enregistrées ou d’écouter la radio en live. J’imagine qu’avec le satellite cela ne doit pas être très compliqué.

Enfin, pour conclure, si vous aimez l’avion et tout ce qui va avec, jetez donc un œil sur NowBoarding, le blog très documenté du camarade Damdam sur l’actualité de l’aviation et des compagnies aériennes.

[1] je sais, pour mon bilan carbone, c’est mal. Ça vous économisera un commentaire inutile 🙂



Nos dernières vidéos

21 commentaires

  1. Hello,

    petite coquille je pense: le 767 est sorti de la flotte d’AFR en 2001-2002 si ma mémoire est bonne, donc sur le CDG-NYC c’est certainement 777 que tu as voulu dire 😉

  2. Eric

    @JP : j’ai corrigé, merci pour la précision ! J’adore cet avion soit dit en passant : spacieux, silencieux, stable, confortable 🙂

  3. Ah le Wifi à bord, sil seulement Air France pouvait s’y mettre. Si on veut se couper du monde, on peut facilement.

    Par contre le Wifi pour s’occuper pendant 8h de vol, c’est très bien venu !

    Ps : par contre le premier progrès à faire avant tout cela : pour ceux qui n’ont pas les moyens de voyager en affaire, proposer des sièges un tant soit peu confortables… Serait un luxe !

  4. « l’avion, encore plus que le train, reste l’un des derniers endroits de tranquillité mentale absolue »…

    Visiblement, on ne voyage pas sur les même lignes ! Parce qu’entre le bruit continu de l’appareil, l’inconfort des sièges, l’ (les) immanquable bébé(s) qui braille(nt), le tocard du rang derrière qui a toujours un truc qui lui convient pas et qui fait sonner l’appel de l’hôtesse toutes les 5 minutes, et enfin le papi qui a la vessie de la taille d’un dé à coudre et qui dérange sa rangée 3 fois dans le vol pour aller se soulager…

    Ou alors nous ne voyageons pas dans la même classe ^^

    Comme disait l’autre, nous n’avons pas les même valeurs :b

  5. Très bon article monsieur 🙂 Je pense qu’il faudrait proposer aux compagnies aériennes des tests de leurs systèmes de divertissement (IFE) en vol, car ce sont des bons leviers de promotions pour eux. Si tu as l’occasion de voler sur Emirates ou Qatar Airways, c’est une expérience de dingue, vraiment.

  6. Pingback: A lire : « les technologies au service du confort » | Now Boarding

  7. Tout a fait d’accord avec toi concernant l’absence du Wifi dans l’avion. On peut le voir comme un inconvénient, mais avec le développement des smartphones et des hotspots wifi, il est aujourd’hui de plus en plus difficile de se déconnecter du net : une pause « forcée » ne fait donc pas de mal de temps en temps !

    Par contre, la distribution d’iPads a bord releve plus du gadget a mon avis.

    Finalement, ce qui manque le plus dans les avions aujourd’hui n’est pas forcément lié aux nouvelles technologies : des boissons et repas gratuits et des sieges un peu plus confortables sont deux points importants qui se dégradent pourtant beaucoup ces dernieres années, et encore plus avec le développement des compagnies low cost.

  8. @Steela D’où la nécessité du casque anti-bruit mentionné par Eric dans l’article ! 🙂 Il faudra ensuite y ajouter des lunettes lecteur de DVD pour pouvoir vraiment « etre dans son monde » dans l’avion, et tout sera parfait !

    Les désagréments liés aux autres passagers sont une constante des voyages, que ce soit en avion ou en train d’ailleurs. Je pense que ce sera difficile de changer tout ca de si tot ! 🙂

  9. Ca peut aussi augmenter l’inconfort du vol, vécu sur un Paris-Kuala Lumpur : un type sur le siège derrière soit qui tape comme un malade sur son écran (soyons clairs : la fonction tactile des écrans d’avion est capricieuse) !

  10. J’ai pu tester le wifi en vol entre Atlanta et Menphis et j’ai apprécié !! Actuellement en congé je n’avais pas pris le temps de surfer depuis quelques jours et j’ai profité d’un vol pour me reconnecter un peu … Et oui toutes les situations sont différentes et c’est à chacun de décider si il souhaite se connecter ou non – et non au provider !!

    Apprenons à mieux « nous gérer » car si nous attendons des fournisseurs qu’ils nous ménagent des moments/endroits de repos … On court à notre perte !!

  11. Ce ne sont pas des technologie de 1ère classe tout ça ?

    Je me posais une autre question, est-ce que la réception GPS fonctionne en avion ? (pour suivre l’avancée)

  12. En 2006 j’ai eu le plaisir de tester le Wifi sur un vol Corean Air, entre Paris et Seoul … franchement c’est très pratique. Boucler ses mails, mettre son blog de voyage à jour, discuter en ligne avec les amis et la famille alors que vous êtes en plein vol et que vous en prenez pour 10h, un vrai plaisir.
    Bon, maintenant, soyons légèrement taquin … si vous utilisez un PC, c’est plus sympa pour vos voisins qu’un Mac … la batterie dure moins longtemps et ça ne les gêne pas trop. Allez, j’arrête.

  13. @nicolas: le gps fonctionne très bien, en collant l’appareil au hublot 😉 j’ai enregistré plusieurs trajets ainsi il y a quelques années.
    @jeremy: le casque antibruit élimine le bruit de l’avion, pas celui des passagers proches de toi (les pages de fréquences de la voix sont très peu filtrées, au moins chez Bose, ca élimine le brouhaha, mais pas la voix de quelqu’un d’intelligible)
    @jeremy toujours: euh, rien n’est gratuit en ce bas monde. si les low cost sont moins cher c’est justement parce que, entre autre, les repas ne sont pas inclus d’office dans le billet mais sont laissés au choix du passager.

  14. Voyagez en classe Affaires au minimum, c’est mieux !

    Je ne comprends pas pourquoi les gens prennent encore des billets en économie, le service y est tellement moins agréable !! :o(

  15. La caméra c’est intéressant à atterrissage surtout. Le reste du temps (la plus rand partie du voyage) il n’y a rien à voir.

    D’ailleurs ça fait peur aux passagers qui ne savent pas que l’avion atterri « en crabe » lors qu’il y a du vent de travers…

  16. Pingback: 3G et internet au sommet de l'Everest, ça c'est fait

  17. Pingback: Des Chromebooks Google pour les passagers des vols Virgin America

Répondre