« covfefe » : la faute de frappe sur Twitter devient le nom d’une proposition de loi

« covfefe » devient le nom d’une proposition de loi lancée par le représentant démocrate de l’Illinois Mike Quigley.

Il y a deux semaines, le président des Etats-Unis a posté un tweet très tard la nuit, que l’on traduirait par « en dépit de la mauvaise covfefe de la presse ».

Le message a été laissé sur le compte pendant des heures, avant d’être supprimé. Et bien entendu, Twitter a fini par en faire un trending topic.

Aujourd’hui, Mike Quigley utilise ce mot « inventé » par le président américain pour nommer un projet de loi qui ferait en sorte que ses publications sur Twitter soient conservées dans les archives présidentielles (COVFEFE comme Communications Over Various Feeds Electronically For Engagement Act). Quelque chose qui devrait normalement encourager Trump à faire un peu plus attention à ce qu’il écrit.

« Si le président utilise les réseaux sociaux pour faire de soudaines déclarations publiques, nous devons garantir que ces annonces sont consignées et préservées pour consultation ultérieure », déclare le représentant dans un communiqué. « Les tweets sont influents, et le président doit être tenu responsable de chaque message ».

Plus précisément, le projet de loi COVFEFE prévoit d’inclure les réseaux sociaux dans la Presidential Records Act. Et d’après The Hill, cela rendrait potentiellement illégale la suppression des tweets du président. D’après l’élu qui propose la loi, Trump en aurait déjà supprimé 18. Or, comme il le rappelle dans une publication, les tweets de Trump sont des “déclarations officielles” du président des USA.

« L’utilisation fréquente et sans filtre par le président Trump de son compte personnel Twitter comme un moyen de communication officielle est sans précédent », explique Mike Quigley.

(Sources :  1 / 2 )


Nos dernières vidéos

Répondre

Send this to a friend