Cybercriminalité : 6,1 milliards d’euros dérobés en 2017 en France selon Norton

Selon la nouvelle édition du rapport Norton by Symantec sur les cyber-risques, pas moins de 6,1 milliards d’euros ont été dérobés en France en 2017.

Norton livre son rapport sur la cybercriminalité en France en 2017

Le géant Symantec vient de livrer la toute dernière édition de son rapport annuel concernant les cyber-risques. Ainsi, en France comme à travers le monde, les personnes connectées pensent être en sécurité en ligne mais les cyber-attaquants ont prouvé le contraire. En 2017, pas moins de 146,3 milliards d’euros ont été dérobés auprès de 978 millions de personnes. C’est ce que révèle la nouvelle édition du rapport Norton sur les cyber-risques, une enquête menée dans 20 pays.

En ce qui concerne la France, le rapport indique que plus de 19 millions de personnes ont subi les conséquences d’actes de cybercriminalité l’année dernière, ce qui équivaut à 42 % de la population adulte en ligne. Les pertes financières en France atteignent 6,1 milliards d’euros au cours des 12 derniers mois, et chaque victime a perdu en moyenne 16 heures pour réparer les dommages causés.

Toujours selon Symantec, les personnes victimes de cette cyber-criminalité partagent bien souvent un profil similaire. Il s’agit de personnes connectées au quotidien, en toute confiance avec le web donc, et qui se connectent sur de multiples appareils, à domicile comme en déplacement. Selon le rapport, les victimes ultra-connectées sont plus susceptibles de présenter des vulnérabilités au niveau de la sécurité informatique la plus élémentaire, et cela revient à « laisser la porte de chez soi ouverte en partant« .

Ainsi, les utilisateurs multi-connectés ont notamment la fâcheuse tendance à utiliser le même mot de passe en ligne sur tous leurs comptes. Ceux qui utilisent des mots de passe différents sont également deux fois plus susceptibles d’enregistrer ces derniers dans un fichier sur leur terminal mobile. Enfin, 43% des victimes de cyber-criminalité en France ont pourtant confiance dans leur capacité à protéger leurs données et informations privées.

En France, c’est évidemment le ransomware qui continue encore et toujours de faire des ravages. Pas moins de 45% des personnes ayant été victimes de cyber-attaques avouent avoir cliqué sur un lien de phishing, ou avoir répondu à un faux email. De même, le réseau Wi-Fi domestique de deux victimes sur cinq a été piraté, tandis que plus d’un tiers ont été victimes d’escroquerie au support technique. Enfin, pour 34% d’entre eux, c’est l’adresse email ou le profil Facebook/Twitter qui a été piraté.

Le rapport fait également la liste des pertes financières enregistrées en 2017, à la suite des atteintes suivantes :

  • Fraude par carte bancaire (1 212 euros)
  • Détection et résolution d’activités inhabituelles sur leur réseau Wi-Fi domestique (496 euros)
  • Vols d’informations de paiement sur leur téléphone (463 euros)
  • Informations personnelles compromises (214 euros) ;
  • Clic sur un lien de phishing, ou divulgation d’informations personnelles ou financières en réponse à un faux e-mail (106 euros)
  • Escroquerie au support technique (78 euros)

Mieux se protéger en 2018

Évidemment, Norton propose quelques conseils pratiques visant à améliorer la sécurité des internautes français en 2018.  Pour cela, il suffit bien souvent de s’en tenir aux règles de base et adopter des comportements élémentaires, comme bien gérer ses mots de passe. Aisni, il faut plutôt privilégier un libellé composé d’une suite de mots faciles à mémoriser mais difficiles à déchiffrer. Plus le mot de passe est long, mieux c’est. Par ailleurs, si le compte ou l’appareil le permet, l’authentification à deux facteurs peut être envisagée afin d’ajouter un niveau de sécurité supplémentaire.

Il faut également apprendre à mieux déjouer les pièges des réseaux Wi-Fi publics. Si un utilisateur doit impérativement accéder à ses données via un réseau Wi-Fi public, il doit songer à utiliser un réseau privé virtuel (VPN) pour sécuriser la connexion et préserver la confidentialité de ses informations. Norton invite également l’internaute à rester vigilant concernant le phishing, et réfléchir à deux fois avant d’ouvrir des messages ou des pièces jointes. Enfin, le géant de la sécurité invite évidemment les internautes à protéger leurs terminaux avec un logiciel de sécurité « robuste et multi-plateformes« .


Un commentaire

  1. Depuis que je me suis faite pirater mes coordonnées bancaires sur un Wifi public lors d’un voyage aux USA, j’utilise toujours un VPN !

    Bon, c’est un peu chi*** de devoir constamment l’activer à chaque fois que je me connecte à un Wifi public, mais au moins, je n’ai plus plus eu de problème depuis …

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies