Suivez-nous

Robots

Dans le futur ce bras de super-héros vous aidera dans votre quotidien

Des chercheurs de l’université de Sherbrooke au Canada ont mis au point un bras robotisé capable d’accomplir un certain nombre de tâches dans le jardinage ou le bricolage.

Il y a

  

le

 
Bras_robotise
© Université de Sherbrooke

Un nouveau bras robotique articulé vient d’être présenté par l’équipe de Catherine Véronneau chercheuse à l’université de Sherbrooke. Celui-ci fonctionne via un système hydraulique, dispose d’un angle de 3 degrés de liberté de mouvement et repose sur la hanche de l’utilisateur. Il pèse environ 4 kilos, équivalent à un bras humain, et peut en soulever jusqu’à 5. Ce type de dispositif est plus connu sous le nom de bras robotique surnuméraire.

Sa principale application est d’imiter un bras humain dans des tâches domestiques ou industrielles. Il peut ainsi cueillir des fruits, aider dans le bricolage, détruire des murs ou peindre. Il fait donc preuve d’une dextérité impressionnante afin de pouvoir se saisir des objets avec précision ou accomplir la tâche voulue. Il est capable de fournir beaucoup de puissance tout en ménageant la quantité de masse que l’utilisateur doit supporter.

Un dispositif qui fonctionne avec une commande humaine

Toutefois, il est dépendant d’un système d’alimentation externe imposant et n’est pas autonome à ce jour. Son fonctionnement est en effet subordonné à une deuxième personne qui le contrôle et doit activer les commandes pour que le bras robotique effectue la manœuvre souhaitée. Mais cela ne semble pas le plus important pour la chercheuse.

Elle veut d’abord se concentrer sur le fonctionnement mécanique de l’appareil. Ce n’est que dans un deuxième temps que le bras sera amélioré, en le dotant éventuellement de capteurs, pour reproduire des actions humaines qu’il aura détectées dans les différentes étapes de l’accomplissement d’une tâche.

« […] pour l’instant, ce n’est pas trop mal d’avoir ce bras sur mes hanches, puisqu’il ne fait que 4,2 kg (sans charge utile) et qu’il est situé près de mon centre de gravité (pour réduire l’inertie). Je m’y habitue rapidement et je peux compenser certains des mouvements […], mais j’ai encore des problèmes pour compenser les mouvements de torsion (comme quand le bras frappe une balle de tennis avec une raquette), ce qui est drôle! Nous avons également remarqué que le harnais doit être connecté de manière rigide au corps, car s’il y a un jeu entre le harnais et le corps, il peut être inconfortable » a déclaré Catherine Véronneau par mail à IEEE Spectrum.

Même si en réalité vous ne pourrez pas encore vous prendre pour Inspecteur Gadget avec ce prototype, les résultats de cette recherche demeurent néanmoins prometteurs pour l’avenir.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests