Suivez-nous

Réseaux sociaux

Des fuites révèlent la relation très spéciale nouée entre Facebook et Tinder

Des mails rendus publics montrent comment Mark Zuckerberg a envisagé d’entrer sur le marché des applications de rencontre avant d’y renoncer, pour le plus grand bonheur de Tinder.

Il y a

  

le

 
Facebook Dating
© Facebook

Début septembre, Facebook a lancé aux États-Unis et dans 19 autres pays sa nouvelle fonctionnalité Facebook Dating. Il faudra encore attendre 2020 pour la voir arriver en France mais c’est une véritable révolution sur le marché des rencontres en ligne. L’idée semblait en réalité trotter dans la tête de Mark Zuckerberg depuis fort longtemps. Selon une série de mails révélés dans le cadre d’un procès contre le réseau social, le fondateur de Facebook avait déjà évoqué cette piste dès 2014.

Il déclarait alors : « Facebook n’est pas explicitement un service de rencontres, mais il n’y a pas de honte à en faire partie. Je parierais que plus de dates et de relations commencent via Facebook que sur tous les autres services de rencontre combinés. »

Tinder en situation de dépendance vis à vis de Facebook

Un peu plus tard, il faisait également part de de sa préoccupation quant à la progression un peu trop rapide de Tinder, aux dépens de son entreprise : « Je pense beaucoup à Tinder. Leur croissance est particulièrement alarmante pour moi car leur produit est entièrement basé sur les données de Facebook et il est bien meilleur que tout ce que nous avons construit avec les recommandations utilisant le même corpus. »

Malgré toutes ses réserves, le PDG ne se lancera finalement pas. Il se produit alors un moment clé dans la vie des deux entreprises. Facebook décide d’empêcher les développeurs d’applications tierces d’utiliser les données relatives aux amis de leurs utilisateurs. Toutes sont impactés, à l’exception notable de certaines compagnies… dont Tinder. Le deal est clair, elle accédera toujours à ces informations si elle accepte de partager les droits de marque de Moments. Il s’agit d’une application de partages de photos que Facebook a depuis décidé de fermer.

Tinder bénéficie donc de cette aide inespérée de la firme de Menlo Park pour continuer de croître mais cette dépendance aux données du réseau social peut aussi lui porter préjudice. C’est notamment le cas en mars 2018 à la suite du scandale Cambridge Analytica, lorsque le réseau social décide de restreindre un peu plus le type d’informations accessibles aux applications tierces. Un gigantesque bug frappe alors Tinder qui doit procéder à une mise à jour express de son application.

L’ensemble de ces révélations ne semble pas vraiment ravir l’entreprise de Mark Zuckerberg qui reste plutôt discrète. Un porte-parole a néanmoins déclaré que ces fuites « sont sorties de leur contexte par quelqu’un ayant un agenda contre Facebook ».

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests