Suivez-nous

Réseaux sociaux

Désinformation : comment les autorités américaines veulent protéger les élections

Le ministère de l’Intérieur veut rassurer et convaincre les électeurs en cette période cruciale.

Il y a

  

le

 
Élections USA Russie cyberattaque
© Presse-citron.net

Au mois de mai dernier, des experts en cybersécurité ont tiré la sonnette d’alarme. La pandémie de coronavirus accroît les risques de cyberattaques lors des élections de novembre prochain aux États-Unis. Plusieurs facteurs sont évoqués parmi lesquels de potentiels problèmes liés au vote par correspondance ou encore les tentatives de désinformation émanant de puissances étrangères habituées à de telles pratiques.

C’est justement ces deux points qu’a pu développer Brandon Wales, directeur du bureau d’analyse Cyber et Infrastructure au sein du ministère de l’Intérieur américain, lors d’une webconférence organisée par la MIT Technology Review, à laquelle nous avons pu assister.

Le rôle primordial des réseaux sociaux

Selon lui, la crise sanitaire en cours change la donne en ce qui concerne le scrutin. Des mesures pour éviter la contamination seront de mise avec des aménagements afin de respecter la distanciation physique entre les électeurs.

Le recours massif au vote anticipé par courrier bouscule aussi profondément les habitudes. Ainsi, et c’est notamment le cas pour certains états clés, les votes ne seront pas décomptés avant la fin du scrutin. Dès lors, il y a fort à parier qu’il faudra plusieurs jours, voire semaines, avant de connaître le résultat final dans ces « swings states ».

Dans ce contexte, les opportunités de désinformation sont nombreuses. Brandon Wales a indiqué qu’une des missions des autorités est de rassurer les citoyens sur le sérieux du processus et la sécurité des infrastructures. Il note que c’est justement sur la fiabilité du système de vote par correspondance que les principales fausses nouvelles sont apparues ces derniers temps.

Pour répondre à cette menace, des échanges réguliers sont d’ailleurs organisés avec les grands réseaux sociaux. L’idée est qu’ils soient réactifs face à ce danger. Sauf que cela n’a rien d’évident dans une démocratie où la liberté d’expression est garantie. Selon le dirigeant, les règlements mis en place par les géants du web permettent néanmoins de modérer ces contenus.

Enfin, Brandon Wales a souligné que les citoyens jouent un rôle primordial dans la diffusion de la désinformation. Il les a enjoint à bien lire et à recouper les articles avant de les partager.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests