Suivez-nous

Gaming

Donald Reignoux devient le capitaine français de Fordzilla, l’équipe Esport de Ford

Découvrez dès maintenant les premières informations de l’équipe Esport de Ford : Fordzilla avec le capitaine français Donald Reignoux.

Il y a

  

le

 
Donald Reignoux Capitaine Fordzilla
© ES1

Il y a quelques mois, lors de la Gamescom, Ford annonçait son arrivée dans l’Esport avec une réelle volonté de créer une équipe compétitive dans la simulation automobile. La semaine dernière, lors de la Paris Games Week 2019, nous avons eu la chance d’être invités par Ford pour rencontrer Donald Reignoux. Habitué normalement à prêter sa voix pour de nombreux doublages dans les dessins animés (Titeuf par exemple), les séries (Reese dans Malcolm), ou bien entendu les jeux vidéo (Peter Parker dans Spider-Man, Connor dans Detroit Become Human), c’est cette fois en tant que capitaine français de l’équipe que nous l’avons rencontré. Ce dernier nous présente et nous explique en détail les envies et les objectifs à venir de Fordzilla.

Désolé pour les problèmes de stabilité de la vidéo, le sol de la mezzanine sur laquelle nous avons tourné l’interview n’était pas stable.

Presse-citron : Tu es le capitaine de Fordzilla France, première question, comment est-ce que l’on passe du doublage, à capitaine d’une équipe Esport ?

Donald Reignoux : Ce n’est pas arrivé du jour au lendemain, cela fait des années que je joue à la console, et notamment aux jeux de voitures. Cela fait quelques années maintenant que je présente pour ES1, donc la chaîne de l’Esport, un magazine bimensuel où je traite que de l’actualité du simracing. Et en parallèle de ça, je suis également le commentateur officiel de Gran Turismo pour le Championnat du monde. Donc finalement, cela fait beaucoup d’activités dans le monde de l’Esport autour du simracing, que je connais bien. Que je traite dans son intégralité, c’est pourquoi nous sommes là aujourd’hui. Dans le but d’aider Ford à se développer dans sa démarche avec Fordzilla, pour trouver les futurs champions de leur équipe qui les représenteront sur différents jeux que ce soit sur Gran Turismo, sur Forza, mais aussi sur Asseto Corsa et iRacing.

Presse-Citron : Du coup, ton rôle sera plus celui d’un manager, qui recherchera de nouveaux talents. Tu n’auras pas de volant au sein de Fordzilla ? 

D.R. : Non, je ne vais pas du tout être au volant. Je vais être là en tant que manager. Dans un premier temps, aller les chercher, les faire évoluer, leur donner des conseils, leur faire rencontrer les bonnes personnes, leur dire comment progresser, s’entraîner. C’est vraiment un rôle de manager dans sa globalité, c’est pour ça que c’est le rôle de « Capitaine » en France.

Presse-citron : Avez-vous des joueurs en situation de handicap dans les rangs de chez Fordzilla ? Et si non, est-ce une possibilité dans les prochaines semaines ? 

D.R. : Il n’y a absolument aucune barrière concernant les personnes en situation de handicap. Je suis passé pas loin de la tétraplégie à cause de gros accidents donc nous n’avons aucun souci là dessus. Je sais à quel point cela peut-être difficile ce genre de situation. Si aujourd’hui il y a un joueur qui sort du lot et qui peut performer, car on reste dans l’Esport donc il faut être dans le haut du tableau, et bien au contraire, tout comme on a besoin de filles aussi, nous sommes ouverts à tout le monde. C’est l’ambition de Ford. Aujourd’hui, on m’a annoncé moi en tant que capitaine, mais on n’annonce pas de joueurs. Tout simplement parce que nous n’avons pas de line-up à ce jour, mais on va aller les chercher. C’est ça aussi l’intérêt, c’est de créer une équipe, une dream team sur mesure, que je ne connais pas aujourd’hui — mais on va aller la chercher. Alors, peut-être que nous aurons quelqu’un qui sera paraplégique, ou bien une femme. Et je le souhaite que ce soit d’autant plus varié pour montrer que l’Esport est ouvert à tous du moment où nous avons le talent. Et il ne faut pas qu’il y ait de discrimination.

Presse-citron : Tu insistes sur le fait qu’à ce jour, il n’y a pas de line-up, du coup, qu’elles sont les prévisions pour Fordzilla ? Fin 2019 ? Début 2020 ? Ou alors l’objectif est la next-gen ?  

D.R. : Non, nous ne sommes pas dans l’objectif d’un line-up de next-gen. On est clairement sur une année qui va croître dès la fin de l’année 2019 ainsi que l’ensemble de 2020. Nous n’avons pas d’objectifs de timing pour l’instant. Nous sommes à la Paris Games Week pour tenter de trouver les premiers sélectionnés pour Forza. Puis, on va continuer très vite avec les autres jeux en étant très impliqué avec Gran Turismo dont j’ai déjà des idées de pilotes à intégrer pour ce jeu. Pour iRacing, on a une belle scène en France, tout comme pour Asseto Corsa qui est peut-être un peu moins développé. Mais iRacing il y a quand même beaucoup de joueurs.
Pour le moment, nous n’avons pas d’objectif de temps et le but est d’avoir entre dix et quinze joueurs. Donc environ trois ou quatre joueurs par jeux. Si cela se trouve, ce sera cinq joueurs dans un jeu, trois dans un autre. On ne sait vraiment pas comment les choses vont évoluer. Il n’y a pas de pression en tout cas.

Presse-citron : On se dirige clairement vers un vrai métier de manager comme on peut le voir dans les vraies compétitions automobiles, cela va demander énormément de temps. Est-ce que tu vas poursuivre ton métier de doubleur, ou bien, vas-tu te consacrer à fond dans ce nouveau rôle de capitaine ? 

D.R. : Bien évidemment, je ne vais pas arrêter toutes mes activités professionnelles. J’ai une société qui travaille beaucoup dans le simracing, avec toute une équipe qui travaille fortement sur l’aspect développement. Je n’en parle pas tous les jours, mais on travaille tous les jours dans le simracing. Je suis là, mais il y a toute une équipe avec moi qui va surveiller et nous aider à avancer dans le bon sens donc pas de soucis en tout cas.

Presse-citron : Merci beaucoup pour ces premières informations sur les objectifs de Fordzilla, avant de conclure, peux-tu nous dire quelle est la première compétition que vous visez avec l’équipe ? 

D.R. : Les compétitions démarrent en même temps que les compétitions réelles, alors je pense qu’au printemps on aura de quoi aligner les premiers pilotes sur les premières compétitions et l’on verra ce que cela donne. Comme je le disais, il n’y a pas de pression, on avancera à notre rythme d’une manière différente que les autres marques ont pu faire, et c’est encore mieux.

N’hésitez pas à suivre l’actualité de Fordzilla dès maintenant : 

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests