Suivez-nous

Drones

Des drones sèment la pagaille à l’aéroport de Londres

À l’heure où j’écris ces lignes, plus aucun avion ne décolle de l’aéroport de Londres-Gatwick car des drones ont été signalés à côté de l’infratructure.

Il y a

le

Aéroport
Ⓒ Erik Odiin / Unsplash

Décidément, on dirait que certains petits malins n’ont toujours pas compris pourquoi il était interdit de faire voler des drones à côté des avions de ligne. Alors que les tours de contrôles parisiennes sont particulièrement attentives aux vols des UAV depuis l’accident manqué de 2016, c’est dans la capitale anglaise qu’un nouveau scénario catastrophe a été évité de justesse.

Les passagers voyageant à l’aéroport de Londres-Gatwick viennent ainsi de connaître bien des déboires, se résumant par de longues heures d’attentes et des centaines de vols ajournés à cause de deux drones qui auraient été aperçus près des pistes.

Des vacances gâchées à cause de pilotes irresponsables

Les terminaux concernés par l’incident étaient plus que remplis lorsque le personnel a décidé de suspendre entièrement le trafic aérien, pour une durée indéterminée. C’est ainsi près de 110 000 passagers qui sont restés bloqués à l’intérieur du second aéroport du Royaume-Uni.

Plus de 760 atterrissages et décollages ont dû être décalés. Heureusement, aucun accident n’est à déplorer, et c’est une bonne nouvelle. Car quand on sait à quel point un drone peut endommager un avion, on est en droit d’être rassuré quand cela n’arrive pas.

Les pilotes des drones n’ont toujours pas été identifiés

Selon les autorités, et plus particulièrement l’équivalent de la DGAC locale, les deux appareils semblent avoir été délibérément pilotés à distance afin de perturber le trafic aérien. En effet, les aéronefs s’éclipsent dès que la police tente de les appréhender, et réapparaissent dès que les avions sont à nouveau autorisés à voler.

Heureusement, les engins de ce type peuvent aussi avoir une utilité sécuritaire, contrairement à ce qui a pu se passer cette semaine. Ils sont notamment utilisés pour éloigner les oiseaux qui pourraient gêner les activités des aéroports, ou encore pour inspecter la carlingue des modèles aéronautiques vendus par Airbus, à Toulouse.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests