Suivez-nous

Cybersécurité

En Biélorussie, des hackers ont fait fuiter les informations personnelles de nombreux policiers (et menacent de continuer)

Plus de 1 000 policiers sont concernés et cela pourrait continuer.

Il y a

  

le

 
Siri Apple police interpellation
© Unsplash / ev

Depuis le mois d’août, de nombreuses manifestations ont lieu en Biélorussie après la victoire politique controversée d’Alexandre Loukachenko. L’homme est à la tête du pays depuis 1994, suite à quoi il a été réélu en 2001, 2006, 2010, 2015 et 2020. Cette année, il a été donné gagnant à 80,08% contre sa rivale Svetlana Tikhanovskaïa lors d’élections vraisemblablement truquées.

En conséquence, de nombreux manifestants descendent dans les rues pour contester cette réélection et montrer leur désaccord avec le manque de liberté politique présent en Biélorussie. Puissant soutien de Loukachenko, Vladimir Poutine est également visé par ces mouvements sans précédent pour le pays et sa capitale Minsk. Les manifestations ont entraîné plusieurs arrestations depuis un mois et demi, dont celles de presque 400 femmes (majoritairement libérée depuis l’événement) lors d’une récente marche de femmes qui comptait plus de 2 000 personnes.

« Personne ne restera anonyme, même derrière une cagoule »

Les mesures de répression étant grandissantes, un groupe de hackers a décidé de partager les informations personnelles de plus de 1 000 policiers de Biélorussie en représailles. Reuters a pu consulter un communiqué partagé par les hackers.

Dans celui-ci, les pirates informatiques indiquent : « Tant que les arrestations continueront, nous continuerons de publier ces données à une échelle massive. Personne ne restera anonyme, même derrière une cagoule ». Cette dernière phrase fait référence au fait que la majorité des forces de l’ordre sont vêtues de cagoule, des masques ou des casques lors des manifestations.

La porte-parole du ministère de l’Intérieur, Olga Chemodanova, n’a pas tardé à réagir en indiquant que les autorités trouveraient et puniraient les responsables de cette fuite. Elle a ajouté : « Les forces, les moyens et les technologies dont disposent les organes des affaires intérieures permettent d’identifier et de poursuivre l’écrasante majorité des personnes coupables de fuites de données personnelles sur Internet ».

Pour l’instant, aucun groupe de pirates informatiques n’a revendiqué la mise en ligne de ces informations. On ne sait pas non plus comment ces hackers ont été en mesure de s’emparer de ces données et de les partager.

Il y a quelques semaines, c’est Twitter qui dénonçait les agissements du gouvernement biélorusse en affirmant que le réseau social avait été bloqué et restreint sur le territoire. Plusieurs pays ont tendance à limiter l’accès à la plateforme sociale lors de périodes politiques particulières, que ce soit la Biélorussie, l’Égypte ou le Vénézuéla.

Antivirus Bitdefender Plus
Par : Bitdefender
1 commentaire

1 Commentaire

  1. Exil

    22 septembre 2020 at 17 h 45 min

    dans l’écosystème Utopia, les données se vendent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *