Essai Audi A7 Sportback 2018 : IA, connectivité, l’évolution de l’espèce

Audi vient de lancer la nouvelle version de sa berline « coupé » Audi A7 Sportback, avec toujours plus de technologies numériques embarquées. Phase 2 d’une même auto ou vraie nouveauté ? Voici notre essai complet.

Avec la nouvelle Audi A7 Sportback 2018, Audi fait évoluer sa grande berline à hayon pour en faire un ensemble qui se veut encore plus désirable. Le nouveau look est au premier regard bien plus attrayant, et l’habitacle évolue également fortement en termes de design et de technologie, avec une gamme de caractéristiques autonomes intelligentes et des écrans multiples pour justifier la position de l’A7 sur le marché haut de gamme.

La première A7 Sportback, lancée en 2010, était le deuxième des coupés quatre portes d’Audi après la A5. Il est conçu pour combler l’écart entre les berlines A6 et A8, tout en offrant une option un peu plus sportive et plus axée sur le style aux acheteurs qui ne se contente pas du choix traditionnel de berlines quatre portes à trois volumes.

En 2018, Audi a donc  lancé le modèle de deuxième génération, basé sur une évolution de la plateforme MLB Evo de la marque, partagée avec la nouvelle A8. L’empattement est plus long qu’auparavant et le design a évolué, mais le thème général est inchangé. C’est plus une grande routière qu’un coupé sport. Les rivales sont, sans surprise, d’origine allemande et comprennent la Mercedes CLS, l’ancienne mais toujours compétitive BMW 6 Series Gran Coupe, et la toute nouvelle Porsche Panamera. Côté gabarit et style, on pourrait également ajouter la Tesla Model S, même s’il est évident qu’elle ne boxe pas du tout dans la même catégorie.

Comme pour l’A8, Audi a fait un énorme saut technologique avec la nouvelle A7. Chaque moteur de la gamme sera doté d’une technologie hybride « douce » pour améliorer l’efficacité, les deux moteurs de lancement utilisant un système intelligent de 48 volts. Dans un premier temps, la gamme se composera de deux six cylindres de 3,0 litres, un à essence et un diesel, avec quatre cylindres, un hybride plug-in et des modèles S et RS arrivant à une date ultérieure. Le vaisseau amiral de la RS 7 devrait bénéficier d’un V8 bi-turbo ou d’un groupe motopropulseur hybride rechargeable de 700 ch – tous deux dérivés de Porsche.

Audi A7 Sportback 2018 : au volant

Il y a deux moteurs disponibles avec l’A7 au lancement. Les deux sont six cylindres, l’un à essence et l’autre diesel. Les deux utilisent également le système hybride doux 48 V d’Audi, qui utilise un démarreur à courroie qui récupère l’énergie lors du freinage ou de la conduite en roue libre et la stocke dans une batterie au lithium-ion sous le plancher du coffre.

Le système permet d’arrêter le moteur lorsqu’on roule en roue libre à des vitesses comprises entre 55 et 160 km/h, le système d’arrêt/démarrage pouvant s’activer pendant que la voiture roule encore jusqu’à l’arrêt. Cela n’a cependant que peu d’impact sur l’expérience de conduite globale.

Malgré l’évolution de la perception du public à l’égard des véhicules diesel, le 3.0 TDI devrait représenter une part importante des ventes. Il est vrai que combiné à la boîte automatique à huit rapports, il s’agit d’un groupe motopropulseur d’une grande souplesse, au performances étonnantes puisque le 0 à 100 km/h départ arrêté est abattu en 5,7 secondes. Moi qui ai une certaine aversion pour le diesel, je dois avouer que j’ai été bluffé par les performances, le couple, les reprises et… le son de ce moteur, en tous points supérieur à son homologue essence, avec pourtant seulement 286 chevaux, soit 54 de moins que la version essence.

C’est le diesel qui plaira davantage à ceux qui s’inquiètent des coûts d’exploitation et qui sera la meilleure offre pour les acheteurs de voitures de société jusqu’à l’arrivée de l’option hybride rechargeable.

L’ancienne Audi A7 était une grand tourisme confortable et efficace, sans être particulièrement sportive ou agile. Audi a essayé d’y remédier avec la nouvelle voiture, en introduisant une nouvelle plate-forme plus légère et de nouvelles caractéristiques telles que les quatre roues directrices. Celle-ci permet de faire tourner les roues arrière jusqu’à cinq degrés dans la direction opposée à basse vitesse pour faciliter les manœuvres, et deux degrés dans la même direction à des vitesses plus élevées pour le rendre plus agile et plus stable.

Quatre réglages de suspension différents seront proposés sur l’A7. Il y a des ressorts en acier standard, des ressorts sport inférieurs de 10 mm, des ressorts avec amortisseurs adaptatifs et un système de suspension pneumatique adaptatif complet.

Avec cette volonté de lui donner un aspect plus sportif, la A7 est certainement plus aiguisée qu’une A8, avec moins de mouvements de caisse et une direction plus directe, ce qui augmente la sensation d’agilité dans une certaine mesure. Grâce à la traction intégrale Quattro, elle reste stable par tous les temps. C’est inspirant et facile à placer sur la route, mais on n’a jamais l’impression de conduire une voiture pour le seul plaisir de le faire comme cela peut être le cas par exemple avec une Porsche Panamera.

Cela étant, entre l’isolation des bruits extérieurs, aérodynamiques et de roulement, et la discrétion du moteur V6 Biturbo de 340 chevaux, le confort dû au silence à bord de l’A7 impressionne vraiment. Je me demande même si à 130 km/h le niveau de décibel n’est pas équivalent à celui d’une Tesla tant c’est le calme absolu à bord. C’est une voiture géniale pour avaler des kilomètres dans un mix de confort, de sécurité et de performances idéal. Une quiétude à mettre probablement en partie au crédit de la suspension pneumatique qui vous fait vous sentir sur un tapis volant (au ras du sol). A ce sujet, Le client peut choisir entre quatre configurations de suspension : une suspension à ressorts en acier traditionnelle, une suspension sportive qui abaisse le niveau du véhicule de 10 millimètres, un amortissement à commande électronique et une suspension pneumatique qui adapte la garde au sol de façon autonome.

Grâce à ces évolutions, la voiture, dont le poids approche des deux tonnes (1890 kg à vide), reste étonnamment légère et agile, et la rigueur du châssis n’est jamais prise en défaut, même dans les routes sinueuses qui surplombent la région des lacs italiens où nous avons eu la chance de l’essayer durant deux jours pluvieux du printemps lombard.

Design et vie à bord

Le design de la A7s est plus distinctif que la plupart des Audi, mais il reste élégant. L’intérieur fait également un grand bond en avant, tant sur le plan esthétique que sur le plan technique.

Comme la plupart des modèles de la gamme Audi, la nouvelle A7 n’est pas une refonte radicale, mais une évolution de la forme de la voiture précédente. Cependant, les porte-à-faux raccourcis et l’empattement allongé donnent au coupé à quatre portes un profil plus athlétique que le précédent modèle.

Nombre de détails la distinguent également de l’ancienne voiture, notamment la calandre extra-large, les phares à l’allure élégante et les lignes de style proéminentes. Mais c’est la grande et distinctive barre lumineuse arrière OLED d’une seule pièce qui la distingue vraiment – pour une entreprise considérée comme assez conservatrice, c’est une agréable surprise. Les animations lumineuses intelligentes lorsque vous verrouillez ou déverrouillez la voiture sont soit très cool, soit un peu voyantes selon les préférences. Le spoiler arrière, qui s’ouvre à une vitesse de plus de 120 km/h, est toujours présent.

À l’intérieur, Audi a adopté la même approche que pour la nouvelle A8, mais il y a un peu plus d’orientation  vers le conducteur grâce au tableau de bord incliné et à la position de conduite plus basse et plus sportive. Le tableau de bord de l’ancienne voiture est remplacé par un système d’info-divertissement à double écran qui contrôle presque tous les aspects du confort et des fonctions d’info-divertissement de la voiture. Une nouvelle génération de Virtual Cockpit avec un écran de 12,3 pouces est également de série.

Autant le dire tout de suite, l’intérieur, et notamment le tableau de bord, est absolument superbe, avec toujours ce mélange parfait entre design et luxe qui est définitivement la marque de fabrique Audi. Comme vous pouvez vous y attendre, la qualité des matériaux, de l’ajustement et de la finition est en grande partie irréprochable. La qualité correspond vraiment à celle de la A8, bien que l’aménagement et le design soit un peu plus sportif par rapport à celui de la limousine de la firme.

Pour une berline coupé vous serez agréablement surpris par l’espace disponible. Les passagers avant bénéficient de beaucoup d’espace pour la tête et les jambes, avec des sièges de soutien et des sièges réglables à l’infini. L’espace pour les jambes est amélioré pour les passagers arrière par rapport à l’ancien modèle.

« Audi, j’ai chaud », ou comment l’intelligence artificielle comprend les commandes vocales

Le système d’info-divertissement à double écran est extrêmement bien conçu et esthétique. Les surfaces de l’écran tactile sont haptiques, fournissant un retour d’information au toucher lorsqu’on appuie dessus. Cela signifie qu’au lieu de taper légèrement comme d’habitude, vous devrez appuyer sur l’écran pour commencer à utiliser le système, mais une fois que vous y êtes habitué, c’est une configuration fantastique à utiliser. Sur l’écran central supérieur de 8,6 pouces s’affichent les données de navigation et d’info-divertissement, alors que l’écran du bas permet d’agir sur diverses commandes comme celle de la climatisation. Celui-ci permet également d’afficher un clavier AZERTY complet ou un trackpad évolué qui rappelle le pad tactile du précédent modèle, avec un mode de saisie plus intelligent puisqu’on peut « écrire » des mots entiers à la vole et non plus lettre par lettre. Un système de double écran qui n’est pas sans rappeler celui que propose Infiniti sur sa Q50S depuis… 2014.

Voir notre vidéo de commandes des écrans haptiques tactiles

Avec cette nouvelle génération de MMI, la nouvelle Audi A7 poursuit sur la lancée de la stratégie de digitalisation de l’A8. L’architecture intérieure se mêle au nouveau système de navigation à commande digitale MMI Touch qui remplace le bouton rotatif et les boutons et commandes traditionnels du modèle précédent par deux grands écrans tactiles haute résolution. Le conducteur contrôle le système d’info-divertissement depuis l’écran supérieur.  Audi propose un affichage tête haute en option qui projette les informations importantes sur le pare-brise. La commande vocale en option de la nouvelle A7 Sportback facilite encore un peu plus les opérations. Avec MMI Navigation plus, le système de dialogue vocal traite les questions et les instructions de deux façons : grâce à l’information stockée à bord, d’une part, et grâce aux informations détaillées disponibles dans le cloud, d’autre part. Ainsi, vous pouvez seulement dire « j’ai chaud » et la voiture réglera la climatisation après vous avoir demandé quelle température vous souhaitez.

Autre point intéressant, la connectivité de la voiture ne concerne plus seulement l’accès à internet : les services en ligne d’Audi connect se sont développés. Parmi les nouveautés se trouvent les services Car-to-X, qui utilisent l’intelligence en réseau de la flotte Audi pour donner des informations sur la signalisation et les dangers potentiels.

Conduite semi-autonome

La nouvelle A7 Sportback comprend 39 systèmes d’assistance à la conduite pour faciliter la tâche du conducteur. Ceux-ci sont répartis en trois packs : l’Audi AI parking package, le Pack Assitance City avec le nouvel assistant au passage piéton, et le Pack Assitance Route. Ce dernier inclut des fonctionnalités telles que l’Assistant prédictif de conduite efficiente, qui encourage un style de conduite visant à réduire la consommation de carburant, et l’Assistant de conduite adaptatif (ADA), qui complète le régulateur de vitesse Adaptive Cruise Control (ACC) grâce à des interventions de direction utiles pour conserver sa place dans la voie. Tous les systèmes d’aide à la conduite comportent des mécanismes de contrôle améliorés.

Nous avons déjà pu prendre en main sur la dernière Aurdi A4 ces différents systèmes qui confèrent à la voiture une sorte de conduite en mode « autopilot » très convaincant, même si on ne peut échapper à une certaine frustration du fait que la législation oblige à reprendre la main après quelques secondes avec une alerte demandant de remettre les mains sur le volant. Mais à vitesse stabilisée sur autoroute et toutes les assistances enclenchées, le comportement n’est pas sans rappeler celui d’une Tesla, avec un suivi du tracé de la route précis et rassurant.

Comme pour la A8, Audi prévoit de déployer la gamme complète de systèmes de sécurité autonomes au fur et à mesure que la technologie sera éprouvée. D’ici là, des caractéristiques telles que le régulateur de vitesse adaptatif, le freinage d’urgence automatique, l’assistance au maintien de la voie et l’assistance au stationnement font en sorte que les caractéristiques de la voiture peuvent prendre le relais lorsque les compétences ou l’attention du conducteur baissent.

En conclusion

Malgré son nom avec « sport » dedans, l’Audi A7 Sportback n’est pas une berline sportive comme peut l’être l’une de ses rivales la Porsche Panamera. Cependant, cette nouvelle génération est certainement ce qui se fait de mieux en matière de grande routière. Le design, le confort et la technologie embarquée sont simplement au top de ce que l’on peut faire en 2018. Ce n’est certainement pas l’auto la plus « fun » du marché mais dès que vous montez à bord, vous êtes saisi par la sensation de qualité et de modernité qui s’en dégage, et le plaisir du « cruising » au long cours à bord de ce vaisseau est incomparable. A des prix s’étalant de 73 000 € à 94 500 € selon les versions, voici un vrai jouet pour geek fortuné !

J’aime

  • Le design extérieur et intérieur
  • La qualité de fabrication époustouflante
  • Le mix parfait entre confort et performances
  • Les technologies embarquées

J’aime moins

  • Une certaine « paresse » de la boite de vitesse dans certaines situations


Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.