Connect with us

Auto-Moto

Un ex-employé d’Uber avait averti l’entreprise du danger avant un accident mortel

Alors qu’une voiture autonome d’Uber a entraîné la mort d’une femme en Arizona au mois de mars, un ancien employé de l’entreprise a révélé qu’il avait averti ses supérieurs de dangers liés à la sécurité des véhicules. Cela signifie qu’Uber aurait été au courant des risques.

Il y a

le

Uber Toyota
© Uber

Le 18 mars dernier à Tempe, Arizona, un véhicule autonome appartenant à Uber a renversé une femme qui est décédée lors de son transfert à l’hôpital. Suite à l’accident, l’entreprise américaine s’est exprimée dans un communiqué, déclarant : « Le véhicule était en mode autonome lors de la collision, avec un opérateur derrière le volant lorsqu’il a heurté une femme qui traversait en dehors des clous ».

Uber aurait été au courant des risques

Suite à cet accident, Uber avait suspendu les essais, qu’il a repris au mois de juillet en assurant s’atteler de très près à la question de la sécurité. Selon la firme, de nouvelles normes de sécurité sont entrées en vigueur.

Néanmoins, un ancien employé d’Uber assure qu’il avait adressé un email à ses supérieurs afin de les prévenir des risques d’accident. Responsable des opérations d’essais de l’unité, Robbie Miller a envoyé cet email à la date du 13 décembre, soit trois mois avant l’événement survenu à Tempe. Ce dernier a été adressé à Eric Meyhofer, responsable de l’unité des véhicules autonomes, John Thomason, vice-président des logiciels, et cinq autres dirigeants et avocats d’Uber.

> Lire aussi :  Uber condamné à une amende de plus d'un million de dollars pour le hack de 2016

Comme le rapporte The Information, Miller a indiqué dans son courriel : « Les voitures sont régulièrement accidentées et causent des dommages. Ceci est généralement le résultat d’un mauvais comportement de l’opérateur ou de la technologie AV. Une voiture a été endommagée presque tous les deux jours en février. On ne devrait pas heurter des éléments tous les 15 000 miles. Les infractions répétées pour mauvaise conduite entraînent rarement la cessation d’emploi. Plusieurs des chauffeurs n’ont pas été correctement contrôlés ou formés ». Ancien employé de Google et Otto dans le même secteur, Miller précise avoir fourni une liste de recommandations à Uber afin que des mesures puissent être prises.

Pour rappel, un rapport de police a déclaré que l’opératrice à bord du véhicule était en train de regarder des vidéos sur son smartphone au moment de l’accident de Trempe, preuve que les opérateurs n’ont pas été suffisamment formés.

Source

1 commentaire

1 Commentaire

  1. JCL

    12 décembre 2018 at 23 h 09 min

    En quoi le fait qu’un employé ne fait pas son boulot correctement, démontre t il qu’il n’est pas correctement formé???

    Pour le reste de l’article à charge, rappelez-vous que les premiers fabricants de voitures ont aussi reçu des avertissements (absurdes) sur les dangers des véhicules automobiles … et malgré des millions de morts liés à cette invention diabolique, pas un seul article pour montrer du doigt ces tueurs à grande échelle … contrairement à ce qui se fait mais pour le super méchant Uber 🙂 🙂 🙂

    Peut être devrions nous revenir aux sages mesures de sécurités imposées naguère. Par exemple faire précéder les véhicules autonomes par un homme à pied agitant un drapeau rouge 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests