Suivez-nous

Tech

Face à la Chine, le sénat américain veut investir 100 milliards dans l’innovation

L’objectif est de financer la recherche sur des technologies émergentes telles que l’IA ou l’informatique quantique.

Publié le

 
capitole USA congrès
© Pixabay / skeeze

Aux États-Unis, rares sont les moments où démocrates et républicains parviennent à s’unir sur un projet commun. C’est pourtant ce qui s’est passé la semaine dernière à l’initiative de Chuck Schumer, le chef de la majorité du Sénat. En compagnie de membres des deux grands partis, il a décidé de soutenir le Endless Frontiers Act, une législation qui vise à investir 100 milliards de dollars dans les technologies émergentes telles que l’intelligence artificielle, l’informatique quantique, et les semi-conducteurs.

L’ambition des élus est clairement affichée : rattraper le retard accumulé par l’Amérique sur ces dossiers. Pour cela, la loi prévoit notamment de mettre le paquet pendant cinq ans dans la recherche. Ces efforts seraient chapeautés par une nouvelle direction de la technologie et de l’innovation, elle même rattachée à la National Science Foundation, une agence indépendante du gouvernement fédéral.

La Maison-Blanche et le Congrès sur la même longueur d’onde

Outre cet effort dans la recherche, un programme de résilience de la chaîne d’approvisionnement américaine serait mis en place. Les élus veulent éviter à l’avenir une nouvelle pénurie de semi-conducteurs qui pénaliserait fortement l’économie du pays.

Cité par nos confrères de The Hill, Chuck Schumer a aussi tenu à ajouter :

Cette législation renforcera la compétitivité américaine avec la Chine et d’autres pays en investissant dans l’innovation, en construisant des pôles régionaux à la pointe de l’économie de l’innovation, en créant des emplois américains bien rémunérés dans le secteur manufacturier et dans la haute technologie, et en renforçant la recherche et le développement aux États-Unis, et les capacités de fabrication.

Cette initiative a finalement de grandes chances d’être adoptée. Outre le soutien des deux partis, elle obtient aussi les faveurs de Joe Biden. La porte-parole du président, Jen Psaki, a notamment expliqué : « Nous sommes impatients de travailler avec le Congrès pour façonner davantage cette législation afin de renouveler le leadership mondial de l’Amérique dans le domaine de la science et de la technologie et de nous assurer que nous développons et fabriquons les technologies d’avenir. »

Pour rappel, nous vous parlions il y a quelques semaines d’un rapport de Commission nationale de sécurité sur l’intelligence artificielle, une instance américaine indépendante présidée par l’ancien PDG de Google, Eric Schmidt. Il soulignait la vulnérabilité stratégique de l’IA pour leur pays vis à vis de la Chine. Pour tenir le choc, un investissement massif dans la recherche était déjà prôné.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À la une

Les bons plans

Dernières news

Les meilleurs forfaits

Les tests