Facebook s’en prend enfin aux trafiquants de drogue (et évite le scandale de peu)

Un rapport alarmant a mis en lumière les ravages de nouvelles drogues synthétiques. Facebook, qui s’avérait être principal canal de vente, a réagi immédiatement en bloquant les groupes et pages dédiées à la vente de ces substances.

Le Centre de Contrôle des Maladies aux États-Unis vient de publier un rapport alarmant qui accable (encore) indirectement le géant Facebook. Cette fois-ci, il est question est drogues synthétiques, bien plus nocives que le cannabis, qui se répandent comme une trainée de poudre chez les jeunes américains.

Le rapport fait état de 30 000 personnes décédées suite à la consommation de ces drogue synthétiques d’un nouveau genre, soit 10 000 de plus que l’an passé. Là où ce rapport touche le réseau social, c’est que ces drogues sont majoritairement vendues sur internet, Facebook en tête.

Facebook veut empêcher la vente de drogue

Quelques heures seulement après la publication de ces statistiques, Facebook s’est empressé de réagir discrètement. Plusieurs personnes ont vu que le moteur de recherche de Facebook avait cessé d’afficher les pages et groupes contenant les mots-clés « OxyContin », « Xanax », « Fentanyl » – des substances de drogues synthétiques – ainsi que pour d’autres drogues plus classiques comme le LSD.

Toutefois, certains profils contenant ces termes continuent de figurer parmi la liste de résultats disponibles, tout comme certaines vidéos qui pour la plupart sont les reportages alarmants sur les effets de l’usage de ces substances.

Facebook propose de l’aide

Dans certains cas, Facebook est allé encore plus loin. Par exemple, en tapant « buy xanax » (« acheter xanax ») dans la zone de recherche, une pop-up affichant « pouvons-nous vous aider ? » apparait à la place des résultats. Un message indique « si vous ou quelqu’un que vous connaissez consomme avec abus de la drogue, nous aimerions vous aider à trouver des moyens d’obtenir de l’aide gratuite et confidentielle pour un traitement, ainsi que des informations sur la consommation de substances, la prévention et le rétablissement« .

Un bouton « Get support » ouvre le site de The Substance Abuse and Mental Health Services Administration (Administration des Services de Santé Mentale et de Toxicomanie), faisant partie du système de santé publique américain.

Facebook a confirmé avoir agit pour rendre plus difficile de trouver des revendeurs de substances illicites via le réseau social. L’entreprise explique être en train de retirer le contenu qui viole sa politique en matière de drogues en filtrant des centaines de termes associés aux drogues en empêchant l’affichage de résultats autres que des contenus de prévention et sensibilisation. Quant à la fonctionnalité « Get Support », elle sera bientôt déployée sur Instagram.


Un commentaire

  1. Bonjour
    En tous les cas..moi je ne partage aucune violence..haine..racisme ou vente de drogue et ont m’a désactivé mon compte sans raison..aucune repknse depuis 7 jours après avoir envoyé ma carte d’identité ainsi qu’un courrier en recommandé à Paris.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.