Facebook enquête sur son rôle dans les violences en Birmanie

Est-ce un début d’aveu de la part de Facebook ? Depuis plusieurs mois, des structures internationales pointent son rôle à minima passif dans les violences qui ont eu lieu en Birmanie, notamment contre les Rohingyas, la minorité musulmane du pays mais Facebook semblait jusque-là principalement faire le dos rond.

brevet-facebook

L’enquête gérée par une structure externe

En interne, il y a un véritable questionnement qui a commencé à minima avec l’élection de Donald Trump en 2016. Le réseau social de Mark Zuckerberg a alors réalisé l’influence qu’il pouvait avoir notamment dans la diffusion de fakes news. Bien sûr, des initiatives ont été lancées, des groupes de travail ont vu le jour. Mais, les résultats peinent encore à se voir.

Le réseau social se retrouve désormais face à une nouvelle polémique. Pour y faire face, l’entreprise de Mark Zuckerberg a donc lancé un audit mais il a été confié à une structure externe afin d’éviter les polémiques. Il sera géré par « Business for Social Responsabilité », une organisation basée à San Francisco. L’audit aurait commencé ces derniers mois selon Vice News.

Une polémique qui dure depuis plusieurs mois

Cela fait désormais plus d’un an que l’attitude de Facebook est largement critiquée sur le sujet. En mars dernier, l’ONU expliquait suspecter des actes de génocide et penser que Facebook aurait contribué au conflit. Celui-ci a causé le déplacement de 700.000 personnes vers le Bangladesh après qu’elles aient été visées par la violence.

En avril, des activistes birmans avaient écrit une lettre ouverte à Mark Zuckerberg. A l’époque, il s’était excusés pour ne pas être suffisamment clair sur le rôle important que pouvait jouer leurs organisations pour comprendre les problèmes régionaux. 5 employés de Facebook avaient ensuite été envoyés sur place. Mais, ils n’avaient passé que deux jours sur place. On espère que l’audit durera un peu plus longtemps pour savoir le rôle réel qu’aura joué Facebook dans ce conflit.

Source


Un commentaire

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.