Facebook et les constructeurs chinois, un problème aux Etats-Unis

Huawei et d’autres constructeurs chinois figurent parmi les sociétés auxquelles Facebook a donné des accès privilégiés pour reproduire des fonctionnalités du réseau social sur mobile (il y a dix ans).

Les polémiques concernant Facebook et les données n’en finissent plus. Dimanche, le New York Times a publié un article sur les coopérations de Facebook avec des fabricants de smartphones. Alors que le réseau social n’est pas encore totalement remis du scandale Cambridge Analytica, le NYT écrivait que « La société a formé des partenariats de partage de données avec Apple, Samsung et des dizaines d’autres fabricants d’appareils, soulevant de nouvelles préoccupations au sujet de ses protections de la vie privée ».

Cette fois-ci, Facebook a (très) rapidement répondu à l’article du New York Times, précisant que ces collaborations avec une soixantaine de constructeurs n’avaient rien à voir avec sa plateforme pour les développeurs d’applications, qu’une entreprise a utilisé pour collecter des données pour Cambridge Analytica.

« Bien que nous soyons d’accord avec bon nombre de leurs préoccupations concernant les contrôles des informations sur Facebook partagées avec les développeurs d’applications tierces, nous ne sommes pas d’accord avec les problèmes qu’ils ont soulevés au sujet de ces API », a répondu le numéro un des réseaux sociaux.

Ces partenariats ont été établis à l’époque où les smartphones commençaient à être popularisés. Et afin de proposer son service sur un maximum de mobiles, Facebook a donné un accès à des API aux constructeurs pour que ceux-ci puissent reproduire des fonctionnalités du réseau social.

« Étant donné que ces API ont permis à d’autres entreprises de recréer l’expérience Facebook, nous les avons contrôlées dès le départ. Ces partenaires ont signé des accords qui empêchaient l’utilisation des informations Facebook de quelqu’un à d’autres fins que de recréer des expériences semblables à Facebook », a expliqué le réseau social.

Le sujet aurait pu être clos

Mais il s’avère que parmi les constructeurs avec lesquels Facebook a travaillé, il y a des sociétés chinoises. Comme le rapporte Axios, mardi, le sénateur Mark Warner (un démocrate membre du comité de surveillance du sénat américain) « a exprimé des inquiétudes » sur le fait que Facebook a peut-être partagé des données avec des constructeurs chinois considérés comme trop proches de Pékin.

Et aujourd’hui, Facebook confirme que parmi les 60 constructeurs avec lesquels il a travaillé, il y a effectivement des sociétés chinoises. « Facebook et beaucoup d’autres entreprises technologiques américaines ont travaillé avec eux et d’autres fabricants chinois pour intégrer leurs services sur ces téléphones », a déclaré Francisco Varela, vice-président des partenariats mobiles pour Facebook, dans un communiqué. « Les intégrations de Facebook avec Huawei, Lenovo, OPPO et TCL ont été contrôlées dès le départ – et nous avons approuvé les expériences Facebook que ces entreprises ont construites. »

« Compte tenu de l’intérêt du Congrès, nous voulions préciser que toutes les informations de ces intégrations avec Huawei ont été stockées sur l’appareil, et non sur les serveurs de Huawei », a-t-il ajouté.

En tout cas, le sénateur Warner demande à Facebook de rendre des comptes. « La nouvelle que Facebook a fourni un accès privilégié à l’API de Facebook aux fabricants d’appareils chinois comme Huawei et TCL soulève des inquiétudes légitimes, et j’attends avec impatience d’apprendre comment Facebook a assuré que les informations sur leurs utilisateurs n’étaient pas envoyées aux serveurs chinois », a-t-il déclaré.

Au mois de février, les patrons des agences de renseignement américains, dont ceux de la CIA, du FBI et de la NSA, ont exprimé leurs inquiétudes concernant Huawei. Chris Wray, directeur du FBI, s’était dit « profondément préoccupé par les risques de permettre à toute entreprise ou entité qui est redevable à des gouvernements étrangers qui ne partagent pas nos valeurs de gagner des positions avantageuses sur nos réseaux de télécommunication ».

Sinon, d’après VentureBeat, Facebook terminerait son accord avec Huawei cette semaine.

(Source)


Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.