Facebook informe les personnes touchées par le scandale Cambridge Analytica

Facebook informe les utilisateurs qui sont touchés par le scandale Cambridge Analytica. Selon le réseau social, il y en aurait plus de 87 millions.

Transparence oblige, Facebook s’engage à informer les personnes dont les données personnelles ont pu être partagées avec la société Cambridge Analytica.

Et à partir de ce lundi, le numéro un des réseaux sociaux commencera à notifier les personnes qui sont concernées par ce scandale.

Comme le rapporte CNBC, Facebook va envoyer deux types de notifications (qui seront mis en avant au-dessus du fil d’actualité). La première s’affichera sur les écrans de ceux qui ne sont pas affectés et sensibilise simplement les utilisateurs sur l’existence d’un paramètre qui permet de contrôler quelles applications tierces ont accès aux données.

La seconde évoque le scandale Cambridge Analytica et inclut un bouton qui permet à l’utilisateur de savoir comment il a pu être affecté par ce scandale.

87 millions de comptes concernés

Pour rappel, le scandale a éclaté après des révélations selon lesquelles une application appelée thisisyourdigitallife a pu collecter des données de dizaines de millions d’utilisateurs en profitant de la plateforme de Facebook. Par la suite, cette société a transmis ces données à Cambridge Analytica (qui a travaillé pour la campagne de Donald Trump).

Au début des révélations, on évoquait une cinquantaine de millions de comptes affectés par ce scandale. Mais plus tard, Facebook a revu ce chiffre à la hausse, affirmant que finalement, plus de 87 millions de comptes seraient touchés. Il s’agit d’utilisateurs majoritairement américains. En France, moins d’une centaine de personnes auraient téléchargé l’application qui a fait la collecte de données. Mais cela a suffi pour que le développeur puisse accéder aux données de plus de 200 000 personnes (car avant 2014, l’application pouvait également obtenir des données sur les amis sur Facebook de ses utilisateurs).

Ces informations sont cependant démenties par Cambridge Analytica, qui assure que le développeur de l’appli thisisyourdigitallife n’a accordé une licence que pour des données de 30 millions de personnes. D’autre part, la société qui a aidé Donald Trump à accéder à la Maison Blanche insiste sur le fait qu’elle aurait supprimé ces données en apprenant de Facebook que celles-ci ont été collectées de manière incorrecte.


Commenter