Facebook planche (encore) sur un satellite pour connecter le monde

Alors qu’il a récemment abandonné son projet de drone censé connecter le monde, le réseau social se penche sur la conception d’un nouveau satellite de communication.

satellite Facebook

© Unsplash / NASA

Selon nos confrères de Wired, Facebook travaillerait sur un nouveau projet de satellite qui pourrait lui permettre de connecter le monde à Internet. Dans un échange d’emails entre la FCC (Federal Communications Commission) et le réseau social, ce dernier indique que l’objectif du satellite est de « fournir des connexions Internet dans des zones mal ou peu desservies ». Baptisé Athena, le projet pourrait voir le jour dès l’année 2019.

Ce satellite n’est pas sans rappeler une ancienne initiative de l’entreprise qui avait abouti à un accident en 2016. Menée par l’entreprise SpaceX, la fusée transportant le satellite de Facebook estimé à 95 millions de dollars a explosé dès son lancement, sans qu’aucune victime ne soit heureusement à déplorer. Suite à cette mauvaise expérience, la société de Zuckerberg s’était alors tournée vers Aquila, un projet de drone solaire visant à fournir une connexion Internet aux zones reculées. Néanmoins, Facebook a finalement abandonné l’initiative, arguant du fait que de nombreuses autres entreprises travaillaient elles aussi sur un tel projet. Malgré cette annonce, la firme avait tenu à préciser qu’elle continuerait de s’intéresser de près à a question de la connectivité à Internet dans le monde.

Comme l’a indiqué le réseau social à Wired, Facebook croit « que la technologie satellitaire sera un catalyseur important de la prochaine génération d’infrastructures à large bande, permettant d’offrir une connexion dans les régions rurales où Internet est inexistant ».

Facebook rejoint les initiatives de Google et SpaceX

Pour atteindre cet objectif, la société devra concurrencer les projets des entreprises comme Google et de SpaceX, qui semblent toutes deux plus avancées que Facebook. Il y a quelques jours, Alphabet indiquait que Loon devenait une entité à part entière, qui devrait d’ailleurs être prête à lancer ses ballons au Kenya dès l’année 2019. Pour sa part, SpaceX planche sur Starlink, une initiative déjà autorisée à envoyer 4 425 satellites dans l’espace. D’ici quelque temps, l’entreprise devrait envoyer quelque 7 500 autres astronefs en orbite basse.


Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies