Suivez-nous

Internet

La French Tech bat un record en 2019, mais elle semble chercher un second souffle

Il y a

le

French Tech
© lafrenchtech.com

Une étude de l’agence d’études de marchés CB Insights sur la French Tech montre que Paris et la BPI restent le cœur de l’écosystème des startups Françaises grâce à une French Tech toujours vaillante mais qui cherche maintenant un deuxième souffle, au coude à coude avec l’Allemagne et derrière l’Angleterre qui continue de voler largement au-dessus.

C’est grâce à 7 deals de financement d’un montant supérieur à 50 millions de dollars (dont 150 millions d’euros pour Doctolib) que la French Tech réussi à battre un record en termes de financement des startups pour le premier trimestre 2019. Elle commence l’année avec plus de 1,1 milliard de dollars de financements soit mieux que n’importe quel trimestre de l’année 2018. Le second trimestre 2019 semble bien parti avec la récente levée record de ManoMano à hauteur de 110 millions d’euros.

Cependant, l’activité en nombre de deals continue de rester assez basse puisqu’elle tombe à 178 deals au premier trimestre contre 187 au trimestre précédent, alors qu’en Allemagne et en Angleterre, le nombre des financements reprend de façon significative.

Nombre de deals par trimestre

Nombre de deals par trimestre © La French Tech x CB Insights

Au cours de l’année passée, l’activité de la French Tech en nombre de deals à fluctué entre 156 et 199 deals par trimestre alors que l’Angleterre est restée au-dessus de 300 pour atteindre 368 au premier trimestre de cette année et atteindre plus de 5,6 milliards de dollars pour ce seul trimestre. En dollars, CB Insights estime que la France pourrait atteindre le total de 4,7 milliards de financement sur l’année 2019 avec un nombre de deals pratiquement équivalent à celui de l’année dernière, à condition que le montant des deals continue de rester élevé.

Moins de deals, mais des deals plus gros

Une analyse des types de deals qui ont été enregistrés dans ce premier trimestre en France montre qu’après avoir connu une assez forte contraction sur la deuxième partie de 2018, les financements de type early-stage et séries A sont passés de 53% du nombre total de deals au quatrième trimestre 2018 à 62% au début de 2019, alors que le nombre de financements de séries ultérieures (B et +) a diminué de plus de 11%. Il semble que cette baisse en nombre ait été accompagnée d’une assez nette augmentation des montants des deals, plus matures.

Cette tendance semble être aussi accompagnée par une certaine augmentation des montants mis dans des deals early-stage puisque la médiane des deals early-stage est passée de 1,2 millions de dollars au 3ème trimestre 2018 à 1,6 million de dollars au début de cette année. Cette augmentation est aussi probablement due à une plus grande sélectivité des investisseurs et une meilleure qualité des projets présentés.

Financement du secteur tech

Financement du secteur tech © La French Tech x CB Insights

Les startups délaissées ?

La croissance progressive des investissements des grandes entreprises ou des Corporate VC qui s’est échelonnée sur tout l’année 2018, les faisant passer de 14 à 24% de l’ensemble du nombre de deals a connu un arrêt brutal en 2019, les faisant revenir à 16%. Le plus gros investissement fut celui de $82 millions en série C de Sodexo dans la plateforme Wynd.  Il n’en reste pas moins clair que les incubateurs et les accélérateurs les plus actifs au premier trimestre de 2019 sont liés à des grandes entreprises.

L’étude mentionne l’accélérateur « La maison des Startups » qui est lié à LVMH, la Microsoft AI Factory ou encore la Plateform58 qui est financée par la Banque Postale, une filiale de la Poste. Elle note aussi l’importante activité de la Station F, campus d’hébergement de startups, co-financé par Xavier Niel, CEO de l’opérateur Free/Iliad) et la Caisse des Dépôts avec l’aide de la Mairie de Paris, ainsi que du fonds d’investissement Kima Venture, lui aussi lié à Xavier Niel, qui garde sa place de fonds d’investissement privé le plus actif en France.

Les investisseurs les plus actifs dans la French Tech

Les investisseurs les plus actifs dans la French Tech © La French Tech x CB Insights

C’est cependant la BPI (c’est-à-dire l’Etat) qui reste le n°1 des investisseurs en France pour les startups.  Paris enfin reste enfin le coeur de la French Tech représentant 75 deals qui ont compté pour 776 millions de dollars investis en Q1 2019, néanmoins en retrait par rapport aux 82 deals du Q4 2018. Les autres villes les plus actives, Lille (5 deals) et Lyon (4 deals) sont loin derrière et devant Toulouse et Montpellier (3 deals).

Internet et la mobilité sont les plus populaires

Une analyse des investissements par secteurs d’activités montre qu’ils restent orientés en majorité vers l’Internet. Ce secteur représentait un montant record de 640 millions de dollars d’investissements au premier trimestre 2019 pour 101 deals, soit plus de 2,5 fois le montant du trimestre précédent, ce qui semble confirmer une net augmentation du montant moyen des deals sur ce secteur. Le secteur de la mobilité et des télécoms fait aussi une belle remontée passant de 19 deals pour 45 millions de dollars au 3ème trimestre de 2018 à 36 deals pour 402 millions de dollars au début de 2019.

Les investissements dans le logiciel continuent leur remontée régulière entamée en 2018 pour atteindre 24 deals, mais pour un montant total plus faible de 65 millions de dollars. Ces remontées se font au détriment de l’électronique qui s’écroule de 24 deals à la fin de 2018 à 6 pour un montant de 35 millions de dollars en Q1 2019.  Parmi ces investissements, les secteur de l’industrie les plus ciblés sont les technologies de la publicité qui reviennent à leur niveau du début de 2018 ($93 millions) mais avec moins de deals comme ContentSquare ou Botify.

Répartition des deals par secteur

Répartition des deals par secteur © La French Tech x CB Insights

Les investissements dans la gestion de la force de travail et les ressources humaines (TalentSoft) remontent pour dépasser leur niveau du début de l’année 2018. Les deux secteurs qui ont le plus attiré les investisseurs au premier trimestre de cette année sont les places de marchés et l’Intelligence artificielle. Dans le premier on verra notamment un investissement de 70 millions de dollars chez Miraki ou encore de beaux deals chez Malt 29 millions) et OnePark (17 millions).

La coqueluche des investisseurs a donc été l’IA qui est passée de 10 deals au 2ème trimestre de 2018 à 16 deals pour atteindre 130 millions de dollars au premier trimestre 2019. CB Insights cite notamment Shift Technologies qui a levé 60 millions de dollars, Dental Monitoring 51 millions et GreenVawes Technologies 8 millions.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À la une

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Advertisement RED

Les tests