Connect with us

Moteurs de recherche

Google pourrait écoper d’une (petite) amende de la Russie

La Russie s’apprêterait à mettre une amende à Google car ce dernier n’aurait pas retiré certains liens pourtant bannis des résultats de recherche.

Il y a

le

Russie Google

Selon une source proche du dossier citée par l’agence Reuters, Google serait sur le point d’écoper d’une amende venue de Russie. Néanmoins, le montant est moindre puisque le moteur de recherche risque de payer un total de 700 000 roubles, soit l’équivalent de 9 200 euros, une goutte d’eau pour une entreprise dont le chiffre d’affaires a été de 95 milliards d’euros en 2017.

Google et Facebook pourraient voir leur pouvoir réduit en Russie

En Russie, la firme technologique est dans l’obligation de retirer des liens des résultats de recherche si elle souhaite éviter des amendes. En effet, certains sites sont bannis, si bien que la loi oblige les moteurs de recherche à les supprimer. Depuis décembre dernier, Google se doit donc de retirer ces fameux liens, mais il ne l’a pas fait entièrement, ce qui le place dans le viseur du régulateur des télécoms, Roscomnadzor.

De plus, l’agence Reuters rapporte que Moscou songe à durcir la loi applicable dans ce type de cas. En effet, la Russie a bien compris qu’une amende d’un tel montant ne serait absolument pas importante pour Google ou Facebook. Par conséquent, elle songerait à une solution plus radicale qui se solderait par le blocage des services enfreignant la loi.

Outre ce blocage, la révision de la loi se pencherait sur la possibilité d’une amende égale à 1% du chiffre d’affaires de l’entreprise visée. En 2017, la filiale russe de Google réalisait un CA de 45,2 milliards de roubles, soit 687 millions de dollars, ce qui veut dire qu’une telle amende pourrait avoir un impact beaucoup plus conséquent que précédemment.

Par le passé, le pays a déjà démontré que cette mesure plus extrême ne lui faisait pas peur, si bien qu’il s’est déjà chargé de bloquer LinkedIn. Il a également voulu mettre fin à l’utilisation du service de messagerie chiffré Telegram au mois d’avril dernier, mais cela n’a pas abouti, ce qui fait que l’application est encore disponible.

Source

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests