Google lance Google Music, son service de musique dans le cloud

La rumeur courrait depuis un petit bout de temps sur le web : Google a annoncé le 10 mai lors de sa conférence Google I/O le lancement de son nouveau service Google Music.

La rumeur courrait depuis un petit bout de temps sur le web : Google a annoncé le 10 mai lors de sa conférence Google I/O le lancement de son nouveau service Google Music.

Google Music, encore en version bêta privée, accessible uniquement sur le territoire américain et sur invitation, ce qui fait quand même beaucoup de restrictions (on parle de musique là, et la musique et le web, même avec Google, c’est toujours un peu compliqué) est un service dans le cloud qui permet aux utilisateurs d’envoyer leur musique sur un serveur Google et d’y accéder pour l’écouter ensuite à partir de n’importe-quel terminal connecté à internet, PC, Mac, smartphone ou tablette.

Selon les blogs américains qui y ont eu accès, l’interface de Google Music rappelle les autres services de musique en streaming comme Grooveshark ou Deezer. Il est possible d’accéder à sa bibliothèque, d’écouter des titres individuellement et de créer des playlists personnalisées, manuellement, ou en utilisant la fonction intelligente de Google Music qui à l’image de Genius d’iTunes regroupe plusieurs titres selon vos goûts et leur similarité.

Si vous n’avez pas d’accès à internet (en mode avion notamment), vous pouvez toujours écouter vos musiques sur votre mobile puisque l’application enregistre et stocke automatiquement les derniers titres joués. Il est possible de synchroniser jusqu’à 20.000 titres sur le serveur Google Music.

Google Music est gratuit, et comme la plupart des nouveaux services de Google, sera étendu progressivement à tous les utilisateurs en version bêta. Google insiste sur la facilité et l’instantanéité de la synchronisation entre plusieurs appareils et surtout sans aucun fil (une notion qui revient comme un leitmotiv), ce qui ressemble à une petite pierre dans le jardin d’Apple et le pensum que constitue la synchro avec l’infâme iTunes et plusieurs terminaux. On sait d’ailleurs qu’Apple a dans ses cartons un projet similaire, mais sur ce coup Google a pris les devants.

Notez que Google continue à pousser son avantage et à inciter par touches cosmétiques les mobinautes à passer à Android : Google Music n’est pour le moment disponible que sur les tablettes et smartphones Android.

Rappelons enfin qu’il existe déjà d’autres services de stockage et de streaming de musique dans le cloud : avec Deezer il est déjà possible d’envoyer ses musiques et de les écouter en ligne, et DropTunes permet de lire en streaming ses fichiers musicaux hébergés sur Dropbox. Mais bien sûr avec Google, on peut compter sur le fait que tout cela sera plus simple et facile à utiliser.


Nos dernières vidéos

24 commentaires

  1. Bonjour Eric,
    A la fin de l’article il est indiqué « avec Deezer il est déjà possible d’envoyer ses musiques ».
    Ce service était bien disponible aux débuts de Dezzer, mais il me semble bien que le « bouton d’ajout » ai disparu depuis un bon moment, à mon grand désespoir… à moins que ?

  2. Le concept est intéressant. Google risque de frapper fort encore, c’est d’ailleurs un peu ce qui fait peur avec google, c’est que même en étant les plus Gros ils arrivent encore à grossir.

  3. Pingback: Le blog télécoms de Xavier Studer – TSR.ch (Blog) | DavnecNews

  4. Pingback: La location de films bientôt disponible sur les smartphones et tablettes Android

  5. « On sait d’ailleurs qu’Apple a dans ses cartons un projet similaire, mais sur ce coup Google a pris les devants. »

    Est-ce que sortir un service en beta, limité à un seul pays et sur invitation seulement est vraiment ce qu’on peut appeller prendre les devants ? ^^

  6. @Fab. Oui quand même car Google propose au moins pour un pays alors qu’Apple ne propose rien…et il y a très peu de chance de les voir proposé un système ouvert à tous.

    Le concept est intéressant, le cloud sera de toute façon l’avenir; si aujourd’hui il pose la question de la sécurité et de la vie privée, on voit bien que les acteurs majeurs de l’informatique et du web s’avancent de plus en plus sur ce terrain.

    « Jusqu’à 20.000 titres », il n’y aurait donc aucune limite en terme de quantité ? car entre 20.000 titres en MP3 192 ou même 320kps et un fichier Flac la taille est bien différente.

    C’est avec de tel concept que je regrette encore qu’on jette 13millions d’euros avec Hadopi au lieu d’avoir une offre légale intéressante…

  7. C’est vrai que c’est encore que le début du projet, mais je suis sûr que quand la version finale verra le jour ça va être super, et les Deezer et iTunes vont en prendre un coup…

  8. Google pousse a utiliser Android? Un minimum non?

    La différence avec Apple est qu’il n’oblige pas. Notez ça.

    Google crée des choses qu’Apple utilise. Que fait Apple pour Google?

    RIen. Ce sont simplement des requins qui veulent connaitre votre carte de crédit avant votre nom. Qui décide du contenu de votre iphone et vous dit quand l’ouvrir et quand la fermer?

    Ils « inventent » le copier coller a grand renfort de pub comme si cela n’existait pas avant, entre autres…

    Votre blog est pas mal mais définitivement pro Apple. ca commence a devenir inquiétant qu’une telle bouse complètement sous contrôle retienne votre attention.

    Au fait pourquoi attendre?
    Pour bosser chez I-Arnaque, c’est par là

    http://www.apple.com/jobs/fr/welcome.html

    • Eric

      @Rezniko : me considérer comme pro-Apple – surtout à la lecture de cet article (?) – est tellement absurde et à côté de la plaque que je préfère en rire.
      J’attends maintenant celui qui va me traiter de troll anti-Apple, on a à peu près un échantillon équilibré des deux, ça va ça vient 🙂
      Mais bon on ne pas lutter contre l’idéologie. Quand je roulais en Honda je me faisais insulter par les yamahistes, etc etc etc. L’histoire est un éternel recommencement hein, chacun ses batailles.
      (rappel pour la 2689466 fois : je n’ai pas de Mac, je suis sous Windows depuis 1996 et je ne roule pour personne)

  9. Tres bonne initiative à mon sens.

    En tout cas ça va en étouffer quelques uns du côté de chez Hadopi ou des majors parce que soyons francs ou est ce que les utilisateurs vont la trouver la musique a synchroniser ? Et qu’ils s’etranglent bien comme il faut ils comprendrons peut être que le monde a changé et que leurs méthodes d’un autre temps ne régleront pas leurs problèmes…

  10. dites-donc @Rezniko.. m’enfin !

    Bon, hum, à part-ça j’ai hâte de tester GMusic : Si on peux ajouter ses morceaux c’est tout bonus publicité pour les petits groupe (MySpace reloaded ?). En plus, j’ai des vieux vinyles et cd de groupes à la marge du mainstream qui ne demandent qu’a êtres partagés et re-connus car certains sont des monuments de la musique.
    Naturellement ça ne fera pas plaisir à Metallica, mais bon ils sont déjà pétés de tunes alors…

  11. Eric t’es vraiment un pro google…t’aurait franchement pu attendre que Apple annonce le siens et faire l’annonce en même temps pour plus d’impartialité 😀 *joke*
    En tout cas moi ca me branche bien ce google music, si la simplicité, efficacité se confirme je sauterais dessus a son arrivé ici 🙂
    Merci pour la news !

  12. Bonjour, donc Google va se lancer dans la bataille contre Apple et Deezer si je comprend bien… Ca peut être intéressant pour les utilisateurs mais ca se passe comment pour les « groupes » par exemple ? J’ai un ami qui joue dans un groupe de rock local ( groupe OtherSide sur Marseille ), il aura la possibilité de placer ses morceaux ou c’est juste des contrat avec les ténors de l’industrie de la musique ? J’avoue ne pas saisir ^^ La fatigue surement 🙂

  13. Pingback: 7 fonctionnalités disponibles exclusivement dans Google Chrome

  14. Pingback: mSpot Music, comme Google Music, mais sans Google

  15. Pingback: News-Hightech » mSpot Music, comme Google Music, mais sans Google

  16. Pingback: Lionel Tardy blog » Blog Archive » Apple vs Google, un air de cloud

  17. Pingback: Google Music ouvre officiellement... aux USA

Répondre