Suivez-nous

Tech

Comment Google Maps est utilisé par la police dans des enquêtes criminelles

Les autorités américaines exploitent les données de l’historique de localisation de Google Maps afin de traquer les suspects dans certaines enquêtes.

Il y a

  

le

 
Google Maps police
© Unsplash / henry perks

Si Google Maps est particulièrement utile lorsqu’il s’agit de trouver un lieu ou d’enregistrer une adresse pour la retrouver facilement, les autorités se servent aussi de l’historique de localisation dans le cadre de certaines enquêtes criminelles.

L’historique de localisation de Google Maps accessible aux autorités sans consentement

Comme l’indique un récent article du New York Times, la police américaine exploite régulièrement les capacités de Google Maps lorsqu’elle cherche à résoudre une enquête. Les demandes de cette dernière seraient en forte augmentation depuis six mois, atteignant environ 180 requêtes par semaine, ce qui montre à quel point les autorités exploitent le potentiel de l’historique de localisation du service.

Grâce à Google Maps, ces dernières peuvent donc déterminer le lieu où un suspect s’est rendu lors d’un crime, ce qui augmente les chances de le considérer comme étant plutôt coupable ou innocent. C’est en 2016 que les autorités ont utilisé cette méthode pour la première fois, dans le cadre d’une enquête en Caroline du Nord, aux États-Unis. Depuis, la pratique s’est donc largement répandue.

Néanmoins, l’historique de localisation de Google Maps peut poser problème, car il a déjà induit les autorités en erreur. En conséquence, un homme a été arrêté à cause de ces données, qui semblaient indiquer qu’il était coupable. Mais l’homme en question a finalement été relâché une semaine plus tard suite à plusieurs témoignages l’innocentant.

Pour rappel, Google réalise un historique de localisation afin de pouvoir proposer de la publicité ciblée, ce qui explique pourquoi il est en possession d’autant d’informations, qu’il conserve. S’il peut être désactivé, il enregistrera tout de même certaines données, précise le New York Times.

De fait, la question de la vie privée se pose très largement, sachant que les autorités ne demandent pas forcément le consentement des utilisateurs pour accéder à leur historique de localisation sur Google Maps.

Vous pouvez maintenant tester le concurrent français de Google Maps en alpha

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests